Test également disponible sur : PC - Xbox One - PS4

Test Metro Exodus : la série n'est plus sur des rails, et c'est pas plus mal !

Test Metro Exodus : la série n'est plus sur des rails, et c'est pas plus mal !
La Note
note Metro Exodus 17 20

Après deux épisodes confinés dans des couloirs de métro, la saga vidéoludique inspirée par les livres de Dmitry Glukhovsky devait forcément se renouveler. Pour cela, Metro Exodus a choisi la voie du monde ouvert, ou plus exactement semi-ouvert. Les draisines de métro se voient remplacées par un véritable train prêt à traverser toute la Russie, et la linéarité du jeu appartient désormais au passé. Et puis on voit enfin du pays ! En contrepartie, le rythme général est moins maîtrisé que dans les précédents épisodes, ce qui pourra dérouter légèrement quelques fans. Heureusement l'univers est toujours aussi intéressant, et les graphismes sont une nouvelle fois à la pointe de la technologie. On conclut donc la trilogie Metro en beauté !


Les plus
  • Techniquement impressionnant
  • Souvent magnifique
  • Un univers toujours aussi fort
  • Des décors bien plus variés qu'avant
  • Armes hautement personnalisables
  • Interface presque entièrement diégétique
Les moins
  • Le mutisme d'Artyom
  • Certains monologues inutiles
  • Pas mal de temps morts
  • Manque de musique
  • VF sans accent russe
  • Quelques passages déjà vus ailleurs


Le Test

Décidément, la série Metro semble abonnée aux polémiques éditoriales. Il y a six ans, Last Light avait osé le mode de difficulté accessible uniquement en contenu téléchargeable payant. Aujourd'hui, ce n'est heureusement plus le cas. Mais cette fois c'est le retrait à la dernière minute de la version Steam de Metro Exodus, au profit de la boutique Epic Games, qui fait couler de l'encre. Ironiquement, c'est une locomotive à vapeur qui se trouve au centre de l'aventure... Allez, le test va entrer en gare dans un instant, éloignez-vous de la bordure du quai s'il vous plaît.


Metro ExodusAprès les événements de Metro Last Light, la vie continue dans les couloirs de métro moscovites. Mais loin de se contenter de cette vie de reclus, Artyom part régulièrement affronter les créatures mutantes à la surface, dans le but d'y trouver d'autres survivants. Naturellement, il va finir par découvrir des signes de vie, et se retrouve même à fuir à bord d'un train, avec Anna sa snipeuse de femme et quelques autres fidèles compagnons de route. Nous ne vous donnerons guère plus de détails en ce qui concerne le scénario, car l'aventure vous réserve un petit twist dès ses premières minutes. Pas de surprise en revanche en ce qui concerne les graphismes : tout comme ses prédécesseurs, Metro Exodus reste un mètre étalon en la matière. La première rencontre entre Artyom et un hurleur devrait vous en convaincre, l’œil vif de la créature prouvant à lui seul le souci du détail qui semble avoir guidé les développeurs. La diffusion de la lumière et les effets météo ne sont pas en reste, le jeu nous proposant régulièrement des panoramas absolument splendides.



Metro ExodusTechniquement et artistiquement, on ne peut que s'incliner. Le soin apporté à la réalisation s'étend jusqu'à des aspects secondaires, que d'autres studios auraient tout simplement négligé. Les craquelures et saletés sur la vitre du masque à gaz, le fait qu'on puisse essuyer ce dernier d'un revers de main, ou encore les araignées qui courent sur l'écran si on ne brûle pas leurs toiles sont à nouveau de la partie. Et l'interface se montre presque entièrement diégétique, à la Dead Space. Autrement dit, la plupart des informations ne sont pas bêtement affichées à l'écran, mais intégrées à la combinaison d'Artyom (compteur Geiger, boussole indiquant la direction du prochain objectif principal, durée restant de filtres pour le masque à gaz…). Quant à la carte des environs, elle est matérialisée par un véritable objet dans le jeu, qu'Artyom peut retourner pour lire l'objectif en cours, présenté sous la forme de notes manuscrites. Le résultat est sans appel : la majeure partie du temps, aucun HUD disgracieux ne vient polluer l'écran.

 

METRO, BRICO, DODO

Metro ExodusIl subsiste tout de même une ou deux exceptions à cette règle, comme la possibilité d'afficher les armes et munitions que l'on possède, ou encore les manipulations effectuées sur les établis. Mais c'est plutôt pour la bonne cause, puisque ce dernier point permet au joueur de personnaliser totalement les armes, grâce à des dizaines d'accessoires allant du chargeur à la lunette de visée, en passant par tel ou tel type de poignée. Il est également possible de fabriquer de nouvelles munitions et de nettoyer les armes (la crasse s'entasse visiblement dessus au fil du temps) afin d'améliorer leurs performances. Toutes ces opérations s'effectuent grâce des composants matériels et chimiques que l'on récupère dans l'environnement. Les armes pneumatiques, que l'on doit recharger en augmentant leur pression, répondent une nouvelle fois à l'appel et viennent elles aussi enrichir le gameplay des combats. Metro Exodus aime également inciter le joueur à choisir la voie de l'infiltration, toujours facultative puisqu'un échec dans ce domaine aboutit simplement au déclenchement d'affrontements plus directs. Mais il reste souvent préférable d'éteindre les différentes sources de lumière, de désamorcer les pièges et d'assommer les ennemis en les approchant par l'arrière afin de passer inaperçu dans certaines sections des niveaux. Le scénario apporte même régulièrement une justification à la clémence, par exemple en soulignant que nos adversaires sont des esclaves qu'il serait plus juste d'épargner. Vous pouvez toutefois faire comme bon vous semble, mais sachez que certaines de vos décisions auront parfois des conséquences sur le devenir de vos compagnons, et sur la fin de l'aventure.

 

LA BATAILLE DU RAIL

Metro ExodusJusqu'ici, Metro Exodus pourrait paraître comme un Metro de plus, et rien d'autre. Mais ce serait faire peu de cas d'Aurora, la locomotive qui transporte Artyom et ses amis. Ainsi, le récit adopte la structure d'un road movie, ou plutôt d'un rail movie, et nous fait traverser la Russie au rythme des différentes saisons de l'année. Plusieurs arrêts sont prévus, et chacun d'entre eux prend la forme d'un petit monde ouvert, qui propose de nombreux objectifs principaux et secondaires. Le joueur a tout intérêt à régulièrement sortir ses jumelles, afin de marquer les différents lieux singuliers de la map. Certains se révéleront être de simples repaires d'ennemis, qu'on pourra nettoyer pour récupérer du matériel, et d'autres seront bien plus importants, que ce soit en ce qui concerne leur taille, le soin apporté à leur modélisation, ou leur importance scénaristique. Le jeu propose quelques véhicules afin de raccourcir certains trajets, mais leur présence reste relativement anecdotique.



Metro ExodusOn pourra également trouver ici ou là des caches dotées d'établis, histoire de faire un peu de crafting entre deux missions, et de lits. Metro Exodus gère en effet un véritable cycle jour/nuit et nous laisse l'opportunité de dormir autant qu'on le souhaite, afin de pouvoir remplir certaines missions de jour ou de nuit, au choix. Dans le premier cas, on aura tendance à croiser plus de bandits, et dans l'autre plus de créatures monstrueuses. Les missions scénarisées vous prouveront quant à elles que ce sont parfois les êtres humains qui peuvent constituer les menaces les plus horribles. Certains groupes de survivants ne dépareilleraient pas dans The Walking Dead… L'univers se montre donc plus glauque et déjanté que jamais, le monde ouvert permettant alors de s'offrir quelques bouffées d'air frais. Le fait de visiter des lieux très différents à travers les quatre saisons de l'année apporte une grande variété au jeu, en matière de décors comme de bestiaire. Affronter des crustacés géants au bord d'un lac enneigé ou des créatures des sables dans le désert, ni Metro 2033 ni Metro Last Light ne pouvaient nous le proposer.

 

STRUCTURE DE L'ARTYOM

Metro ExodusMais le passage au monde semi-ouvert a à la fois des avantages et des inconvénients. L'aventure gagne en variété ce qu'elle perd parfois en personnalité. Certains passages contre des bandits du désert rappellent un peu trop Rage ou Borderlands. Et surtout, si la progression est beaucoup moins linéaire qu'avant, il faut faire en contrepartie avec un rythme moins maîtrisé. Le joueur doit faire face à de nombreux temps morts, notamment lorsqu'il s'agit de se rendre d'un point d'intérêt à un autre. Les déplacements paraissent parfois un peu longuets, surtout que la musique semble être réservée aux séquences de combat. Quelques boucles génériques pour accompagner les moments plus calmes n'auraient pas fait de mal. Les développeurs ont bien tenté d'ajouter de longs monologues et dialogues entre les PNJ en certains endroits, histoire d'insuffler de la vie dans le monde, et distiller ainsi quelques informations de lore au milieu de paroles plus ou moins banales. Mais du coup, le joueur qui ne veut rien manquer se retrouve régulièrement planté comme un piquet à ne rien faire, à part écouter pendant de trop longues minutes des personnages parler entre eux. De plus, Artyom reste désespérément muet quant on s'adresse à lui, ce qui a tendance à briser un peu l'immersion. Au passage, signalons que les voix anglaises sont jouées avec un accent russe, alors que la version française fait l'impasse sur ce raffinement. Au final, les plus gros défauts du jeu proviennent manifestement d'un manque d'expérience avec les mondes ouverts. On sent bien que la série s'y attelle pour la première fois mais, heureusement, cela ne vient pas gâcher l'expérience outre mesure. On s'habitue assez rapidement aux quelques moments de flottement, et l'aventure nous réserve de nombreux temps forts, qui viennent largement jouer en sa faveur.


Réagir à cet article Réagir à cet article

 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
60% Joyeux



Autres articles

Metro Exodus : comparatif des versions PC, PS4 et Xbox One, qui s'en sort mieux ? Notamment réputé pour l'aspect technique de ses jeux, A4 Games a encore pondu un très beau travail avec Metro Exodus. Une chaîne YouTUbe s'est prêtée à une comparaison en bonne et due forme des versions PC, PS4 et Xbox One... 6 | 14/02/2019, 16:07
Metro Exodus : on vous fait l'unboxing du collector en mode film d'horreur Metro Exodus ne sortira pas avant le 15 février, mais Deep Silver a déjà commencé à envoyer l'édition collector à certains médias et influenceurs. Un collector qui s'est fait remarquer par son contenu et son prix aussi. 2 | 07/02/2019, 18:17


Derniers commentaires
Par Cedric123456789 le Lundi 18 Février 2019, 3:39

likeSmall 37
Vivement qu'il sorte sur gog en free drm :D

Répondre
-
voter voter

Par WhiteWolf le Vendredi 15 Février 2019, 12:22

likeSmall 23
kulshy a écrit:ça sera boycotteLaisser faire la pub via steam pour etre sur d'avoir une vitrine pour le supprimer au dernier moment et le rendre exclusif 1 an sur Epic (avec son launcher a **** pour le coup) c'est juste degueulasse.Je suis pas pour le monopole et concurrencer Steam ne ferait pas de mal mais la maniere de le faire est plus que limite

Aïe aïe aïe !!!! Je pense que 4A-Games et Deep Silver se mordent déjà les doigts en apprenant que Kushy(edra) va boycotter leur dernier jeux :P


Répondre
-
voter voter

Par kulshy le Jeudi 14 Février 2019, 12:52
ça sera boycotte

Laisser faire la pub via steam pour etre sur d'avoir une vitrine pour le supprimer au dernier moment et le rendre exclusif 1 an sur Epic (avec son launcher a **** pour le coup) c'est juste degueulasse.

Je suis pas pour le monopole et concurrencer Steam ne ferait pas de mal mais la maniere de le faire est plus que limite


Répondre
-
voter voter
1

Par chat66 le Jeudi 14 Février 2019, 9:12
Je ne suis pas convaincu par ce 3eme volet et je ne pense pas qu il marquera comme Metro 2033

Répondre
-
voter voter
1

Par hubbub le Jeudi 14 Février 2019, 7:19

likeSmall 41
Les avis sont partagés mais je ne doute pas que le jeu est bon. A faire prochainement. Les deux premiers sont dans le game pass, on peut espérer l'avoir aussi vite que le dernier Tomb raider…
Avis aussi à ceux qui aime lire, les livres sont vraiment pas mals, Metro 2034 un peu en dessous de 2033 et 2035.


Répondre
-
voter voter
1

Par Bob-LE-bob le Mercredi 13 Février 2019, 19:10

likeSmall 64
"Hype" : ressenti euphorique relatif au temps , dans ce cas ; le futur . A l'idée de jouer à des jeux de ce type . MÉTRO EXODUS et DIRT RALLY 2 (je sens au moins un 18/20 pour ce dernier), les jeux de début 2019 .

Répondre
-
voter voter
1

Par legros30 le Mercredi 13 Février 2019, 17:49
merci a vous

Répondre
-
voter voter

Par olimann le Mercredi 13 Février 2019, 17:39

likeSmall 1435
Parfait! :D

Répondre
-
voter voter
2

>> Voir les 8 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*