Test également disponible sur : PC - Xbox One - PS4 - Switch

Test Children of Morta : quand narration et rogue-like font bon ménage sur Xbox One

Test Children of Morta : quand narration et rogue-like font bon ménage
La Note
note Children of Morta 16 20
Difficile de résister au charme de Children of Morta, même si les allergiques aux gros pixels risquent de faire un peu la grise mine au départ. Heureusement le pixel art ne manque en réalité pas de qualités et, surtout, le gameplay ne souffre absolument d'aucune faille. La possibilité de jouer six personnages aux styles bien différents permet de varier les plaisirs, tandis que la narration implique réellement le joueur dans l'aventure. Et l'expérience est encore meilleure en coopération, la complémentarité des héros devenant alors encore plus évidente. Ce rogue-like scénarisé, très accessible et pas trop répétitif plaira aussi bien aux adeptes du genre qu'à ceux qui n'en sont pas friands à la base. Ce qui n'est pas loin de constituer un véritable exploit !

Les plus
  • La narration est un vrai plus
  • Encore plus sympa en coop
  • Six styles de combat bien différents
  • L'aspect familial apparaît jusque dans les compétences
  • C'est pixelisé mais c'est beau
Les moins
  • Durée de vie "modeste" (pour un rogue-like)
  • Pas encore de coop en ligne
  • Quelques petits soucis d'interface
  • Joey un peu trop lent, Lucy un peu trop forte
  • C'est beau mais c'est quand même très pixelisé...


Le Test
Très peu connu, le studio indépendant Dead Mage (Garshap, Shadow Blade, Epic of Kings…) sort aujourd'hui de l'ombre grâce à 11 bit studios (This War of Mine, Frostpunk...), qui joue ici le rôle d'éditeur. Les deux entités viennent en effet de sortir Children of Morta, un rogue-like pixelisé qui ne nous avait emballés que tièdement lors de la preview en juin dernier. Mais l'examen de la version final nous a nettement plus enthousiasmés. Comme quoi, en matière de jeu vidéo on n'est jamais à l'abri d'une bonne surprise !

Children of MortaLa Corruption, une entité cruelle et maléfique, est en train d'envahir le monde médiéval-fantastique de Rea. Des créatures monstrueuses font leur apparition un peu partout, tandis que les ténèbres engloutissent de plus en plus les paysages autrefois verdoyants. Ce préambule des plus classiques impose évidemment qu'un héros se dresse sur le chemin du mal et rétablisse la paix dans le monde. Sauf qu'ici, c'est une famille entière qui a la charge de ce fardeau. A tour de rôle (ou deux par deux si on joue en coop), les membres du clan Bergson vont se succéder pour nettoyer les donjons de Rea. En dehors de la forêt qui entoure la maison familiale, l'action se déroule essentiellement dans trois types d'environnements différents : des caves infestées d'araignées, une ville désertique d'inspiration orientale, et une cité souterraine abritant des automates et des installations mécaniques. Quelques quêtes d'escorte ou de défense viennent parfois se glisser dans la génération aléatoire des niveaux, et des boss viennent naturellement ponctuer chaque palier important.

LA GRANDE FAMILLE


Children of MortaDes artefacts de diverses natures permettent quant à eux de renouveler régulièrement le gameplay, qu'il s'agisse de grâces divines octroyant des bonus durant tout le parcours actuel, de reliques rechargeables à déclencher au moment le plus opportun, de charmes temporaires, d'obélisques affectant tous les joueurs durant quelques minutes, ou encore de runes modifiant de manière plus ou moins radicale les attaques des personnages. Tous ces bonus disparaissent lorsqu'on retourne à la maison des Bergson, mais il reste possible d'améliorer définitivement nos personnages, que ce soit à travers un arbre de compétences qui se débloque au fil de l'expérience gagnée, ou grâce au Livre de Rea et à l'atelier de Ben, qui permettent tous deux d'améliorer certaines caractéristiques en échange des pièces de monnaie amassées dans les donjons. Tous ces éléments ne constituent pas vraiment une surprise, ils nous confirment seulement que nous avons bien affaire à un rogue-like. Mais Children of Morta a plus d'un tour dans son sac...

 

Difficile de résister au charme de Children of Morta, même si les allergiques aux gros pixels risquent de faire un peu la grise mine au départ. Heureusement le pixel art ne manque en réalité pas de qualités et, surtout, le gameplay ne souffre absolument d'aucune faille.


Children of MortaL'une de ses particularités provient de la possibilité d'incarner six personnages différents, tous membre de la même famille mais offrant des styles de combats bien distincts. On commence avec John, seul combattant à posséder épée et bouclier. Linda préfère utiliser l'arc, tandis que Kevin est adepte des dagues et de la dissimulation. Mark attire les ennemis à lui d'un coup de fouet, puis enchaîne les coups d'art martiaux à mains nues. Enfin, Lucy lance des boules de feu dévastatrices alors que le gros Joey assène de lents mais puissants coups de marteau. Même si certains persos se montrent nettement plus agiles que d'autres, il faut faire bon usage de l'esquive dans tous les cas, ce qui rend les combats encore plus intéressants. Le jeu utilise un système de fatigue pour nous inciter à changer de temps en temps de combattant, et ainsi leur faire tous gagner des points d'expérience. Ce principe est d'autant plus important, et bien vu, que Children of Morta propose un système de compétences "transversales". Par exemple une fois que Lucy atteint le niveau quinze, elle lancera un leurre toutes les cinq minutes...même lorsque le joueur contrôlera un autre personnage !



Children of MortaQuand Kevin atteint le niveau vingt, ce sont tous les personnages qui voient les dégâts de leurs coups critiques augmenter. A partir du niveau quinze, John apparaîtra pour protéger tout membre de la famille qui aurait du subir un coup fatal. Et ainsi de suite pour chacun des six membres de la famille, ce qui amène à débloquer en tout vingt-quatre de ces compétences très particulières (en plus de la soixantaine de compétences plus classiques et individuelles). En dehors de cet aspect familial qui touche le gameplay, l'autre grande particularité de Children of Morta concerne l'importance de la narration. Alors que cet aspect passe généralement au second plan dans les rogue-like, il est ici primordial et habilement distillé à travers de nombreuses petites scènes affichées lors du retour dans la demeure familiale. Certaines viennent récompenser une quête réussie ou encore un objet déniché dans un donjon, tandis que d'autres sont jouées au fil de nos victoires et de nos défaites. Parfois anecdotiques, parfois touchantes, ces mini-cinématiques renforcent le lien entre les personnages et le joueur, qui a presque le sentiment de faire partie de la famille.

A DEUX C'EST ENCORE MIEUX

 

Children of MortaAinsi présentée par petites touches, la narration participe elle aussi au final au sentiment de progression typique des rogue-like. Il est d'ailleurs à noter que le jeu s'avère bien moins répétitif que les autres titres du genre, grâce entre autres à ce scénario qui progresse sans cesse. En contrepartie, la durée de vie n'est pas exceptionnelle puisqu'on peut voir le bout de l'aventure en une bonne douzaine d'heures, et qu'il en faudra une vingtaine pour monter au maximum tous les personnages. Au rayon chaud/froid on peut également citer le mode coop, qui décuple réellement le plaisir pris à parcourir les donjons, mais qui se limite pour le moment à du local. Le mode coop en ligne est bel et bien prévu par les développeurs, mais il faudra attendre un patch pour le voir apparaître. On espère d'ailleurs que les prochaines mises à jour corrigeront aussi les quelques petits soucis d'interface encore présents.

En contrepartie, la durée de vie n'est pas exceptionnelle puisqu'on peut voir le bout de l'aventure en une bonne douzaine d'heures, et qu'il en faudra une vingtaine pour monter au maximum tous les personnages.


Children of MortaPour l'heure, le jeu ne gère pas la bascule automatique entre le clavier et la manette (le premier périphérique activé reste maître), affiche parfois les commandes de la manette quand on joue au clavier (et vice versa), est un peu avare en infobulles, et s'emmêle parfois les pinceaux lors de la sélection de deux personnages en mode coop. Tout cela n'est pas catastrophique, mais un petit coup de polish supplémentaire ne pourra faire que du bien. Enfin, il reste à aborder la question des graphismes, qui raviront certains joueurs et en laisseront d'autres nettement plus circonspects. Le pixel art utilisé ici privilégie de très gros pixels, et fait l'impasse sur toute notion de perspective. Voilà qui choque un peu au premier abord , surtout lorsque la mise en scène ose zoomer sur les personnages au-delà de la valeur par défaut. Puis on s'y fait…. et on finit même par apprécier la grande précision des animations, la qualité des effets de lumière, et la beauté de certains panoramas. Si les captures d'écran vous piquent les yeux, ne vous formalisez donc pas outre mesure et faites nous confiance : Children of Morta vaut clairement le détour !

Réagir à cet article Réagir à cet article

 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
100% Joyeux



Autres articles

Children of Morta : un trailer présente la famille Bergson aux joueurs console Déjà disponible sur PC depuis un petit moment, Children of Morta, le dernier jeu du studio polonais Dead Mage (édité par 11-bit Studios, créateur de Frostpunk) se dote d'un nouveau trailer à l'occasion de sa sortie sur consoles. 27/09/2019, 17:17
Children of Morta : un trailer qui fait le tour du jeu moins d'un mois avant sa sortie sur consoles Children of Morta a fait parler de lui, cette nuit, lors de l'Inside Xbox de Microsoft. L'occasion pour les développeurs de Dead Mage de faire le tour du jeu. 25/09/2019, 11:50


Derniers commentaires
Par Bob-LE-bob le Vendredi 27 Septembre 2019, 14:22
Connais pas... En tout cas le style est très spécial. Merci pour le test

Répondre
-
voter voter

Par Stass le Vendredi 27 Septembre 2019, 12:35
Superbe test, je vais le commander !

Répondre
-
voter voter

>> Voir les 2 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*