Test également disponible sur : X360 - PS3

Test Dead Space 2 sur PS3

Test Dead Space 2 Hit JeuxActu
Les Notes
note Dead Space 2 18 20 note multi-utilisateurs Dead Space 2 3 5

Avec Dead Space 2, il est certain que Resident Evil a enfin trouvé son successeur après être parti se perdre quelque part en Afrique. Le survival horror de Visceral Games est tout simplement une tuerie de malade mental, et renvoie Capcom à ses devoirs avec une claque derrière la tête. Prenante du début à la fin, la campagne solo alterne les scènes d’action et d’angoisse avec maestria, sans jamais trahir les origines de la série. Les Nécromorphes crèvent l’écran avec cette soif de sang qui font passer les zombies japonais pour des nourrissons, tandis qu’Isaac Clarke s’impose de plus en plus comme un héros charismatique. Aux cotés d’une réalisation du tonnerre et d’un gameplay aux petits oignons, le mode multijoueur arrive comme un cheveu sur la soupe ; un peu trop audacieux Visceral Games sur ce coup-là. On ne peut pas dire des parties à plusieurs qu’elles soient inintéressantes, mais leur intérêt est en tout cas ultra limité. Sans doute l’unique gros point sombre de ce Dead Space 2 qui, on l’espère, en appellera d’autres. Incontestablement le jeu de ce début d’année 2011 !


Les plus
  • Encore plus beau que le premier Dead Space
  • Un gameplay aux petits oignons
  • Une ambiance sonore de folie
  • Le charisme d'Isaac Clarke
  • L'interface toujours aussi chiadée
  • L'angoisse omniprésente
  • Ca gicle de partout
  • Des armes efficaces
  • L'I.A. améliorée
  • Temps de chargement réduits
  • Des scènes d'action mémorables
  • Enterre définitivement Resident Evil
  • Des Nécromorphes qui forcent le respect...
Les moins
  • ...mais pas suffisamment de boss
  • Le combat final décevant
  • Le mode multijoueur anecdotique
  • Trop facile de devenir riche
  • Des points de force à foison
  • On aurait aimé que ça dure plus longtemps


Le Test

Si le premier Dead Space a été acclamé par la critique pour avoir su renouveler le survival horror, les ventes n'ont pas forcément suivi. Conscients que le charisme et le succès d'une série ne se contruisent pas en un seul épisode, Electronic Arts et Visceral Games ont décidé de développer une suite qui plonge de nouveau le joueur dans l'univers angoissant des Nécromorphes et de leur Monolithe. Isaac Clarke est de retour aux affaires donc, avec la ferme intention de faire aussi bien qu'en 2008 afin de faire de Dead Space la nouvelle référence du genre. Et comme nous allons l'expliquer tout de suite, les développeurs  californiens ont mis les bouchées doubles pour un résultat tout simplement exceptionnel.


L'horreur a changé de camp. Les zombies de Resident Evil ne font plus peur, surtout ceux qui se baladent en Afrique avec un AK-47 dans les mains. Pour claquer des fesses et avoir des sueurs froides, c'est du coté de Dead Space qu'il faut désormais regarder, avec les péripéties d'Isaac Clarke à bord de l'USG Ishimura qui ont incontestablement marqué les esprits. La fin du premier volet annonçait clairement une suite, et Dead Space 2 débute cette fois-ci sur la station spatiale La Méduse, le nouveau terrain de chasse - ou de jeu, c'est selon - des Nécromorphes toujours aussi sanguinaires, trois ans après les événements survenus dans le brise-surface. Clarke y a été interné parce qu'il est en proie à des hallucinations provoquées par le Monolithe. Alors qu'un spécialiste tente d'en décrypter le sens, l'hôpital psychiatrique se retrouve subitement attaqué par des Nécromorphes, ne laissant que quelques secondes à l'ex-ingénieur pour se mettre à l'abri. Ce n'est qu'une fois débarrassé de sa camisole qu'Isaac Clarke retrouve la pleine possession de ses moyens, avec comme unique objectif d'échapper au massacre. Naturellement, le scénario de Dead Space 2 offre sont lot de rebondissements basiques et archi prévisibles, mais le plus important c'est qu'il ait réussi là où Resident Evil 5 et Capcom se sont lamentablement plantés. Car si le jeu se montre beaucoup plus effrayant que son prédécesseur, il comprend également quelques scènes d'action mémorables, comme celle du tramway. On ne vous en dit pas plus. Mais oui, Dead Space 2 parvient à établir un équilibre efficace entre fusillades nerveuses et coups de flippe traumatisants, malgré un héros qui jacte plus que d'habitude. On le redoutait pour être honnête, mais les développeurs de Visceral Games ont fait un boulot remarquable à ce niveau-là.

Naturellement, le scénario de Dead Space 2 offre sont lot de rebondissements basiques et archi prévisibles, mais le plus important c'est qu'il ait réussi là où Resident Evil 5 et Capcom se sont lamentablement plantés."

On se fait vraiment dessus dans Dead Space 2, et chaque réveil qui sonne, chaque écran qui s'allume, chaque grincement suspect, chaque grognement inquiétant met en panique. Avec un rythme qui ne cesse de changer au cours de l'aventure mais demeure fluide de bout en bout, même les moments d'accalmie maintiennent le joueur sous pression. Fabuleux. Et puis, contrairement au premier Dead Space, les épisodes ne sont plus précédés systématiquement par un point de sauvegarde. Cette fois-ci, l'action se poursuit sans la moindre interruption, et il arrive parfois que l'on passe d'un niveau à un autre sans que l'on s'en rende compte. Visceral Games a tenu à rafraîchir le bestiaire de la série, et des nouveaux Nécromorphes font leur apparition dans Dead Space 2. A commencer par le Puker avec lequel il est nécessaire de garder ses distances. Il est en effet capable de vomir une substance acide qui ronge non seulement la combinaison de Clarke, mais ralentit également ses mouvements. Dans les combats où l'on doit affronter plusieurs créatures à la fois, l'affaire peut rapidement devenir tendue. Les Crawlers, que l'on croise pour la toute première fois à la maternelle, mettent aussi la misère dans les endroits particulièrement exigus, puisqu'ils explosent une fois qu'ils sont à quelques centimètres de leur cible. Les éliminer de loin est donc vital pour ne pas sombrer dans le coma, d'autant plus qu'on peut s'en servir pour se débarrasser des ennemis environnants. Quant au Nest, il fait parler de lui uniquement dans l'espace. C'est surtout de ses projectiles dont il faut se méfier, sachant que l'on doit également jeter un coup d'oeil à la réserve d'oxygène, zone Zero-G oblige. Mais bon, le Nécromorphe qui fait le plus mal à notre sens, c'est le Pack. Puissant, rapide, robuste, il n'attaque qu'au corps-à-corps et nécessite que l'on vide son chargeur pour le mettre au sol ; et encore. Sans une arme aux stats gonflées, ça reste compliqué.

Isaac's Chronicles

Vous l'aurez compris, les monstres sont assez nombreux dans Dead Space 2, et le démembrement demeure le moyen le plus efficace pour les achever. En pratique, il est préférable de viser d'abord les genoux pour réduire leur vitesse de déplacement, avant de s'occuper des bras et, éventuellement, de la tête. Mais comme on l'a vu un peu plus haut, certaines situations exigent de s'y prendre différemment. Face à un adversaire rapide par exemple, la Stase peut se révéler quasi indispensable pour espérer s'en sortir sans trop de dégâts, en prenant le temps d'ajuster son tir. Economiser ses munitions est une question de survie dans Dead Space 2, et s'appuyer sur les bonbonnes de gaz représente une alternative intéressante pour flinguer plusieurs Nécromorphes à la fois, sans cramer ses cartouches. Puisque l'on parle des créatures qui ont envahi La Méduse, on remarquera que le jeu n'offre pas de réels combats face à des Nécromorphes que l'on pourrait qualifier de boss. Il y a sans doute celui que l'on affronte au début du jeu, et qui fait croire que d'autres golgoths du même type vont suivre dans les épisodes à venir. On pense également au monstre qui fait irruption juste après que Clarke ait fait coucou à Daina Le Guin et ses partenaires, mais c'est à peu près tout. En fait, à l'instar du premier volet, Dead Space 2 préfère privilégier les phases de jeu plus musclées afin de provoquer des pics de stress, au lieu d'imposer des boss on ne peut plus classiques. La formule marche plutôt bien, même si le jeu perd du coup en challenge, car il faut dire que même si on en bave dès que l'on augmente le niveau de difficulté, ce n'est pas non plus mission impossible comme ça pouvait parfois être le cas avec Resident Evil. D'autant plus que le boss de fin est extraordinairement faible.

"En fait, à l'instar du premier volet, Dead Space 2 préfère privilégier des phases de jeu plus musclées que d'autres afin de provoquer des pointes de stress, au lieu d'imposer des boss on ne peut plus classiques."

Quoi qu'il en soit, les Nécromorphes de Dead Space 2 sont beaucoup moins prévisibles que ceux de 2008, et ça, on peut difficilement le nier. C'est sans doute la raison qui a poussé Visceral Games à introduire des nouvelles armes dans l'arsenal d'Isaac Clarke. Parmi celles que l'on utilise le plus souvent figure le Lance-Javelot, qui possède une puissance relativement impressionnante bien que son taux de tir soit relativement faible. Du coup, il fait mal face aux semi-boss et aux Nécromorphes qui attaquent en solo, mais affiche ses limites dès que l'on a affaire à un groupe d'ennemis. Du coté du Seeker Rifle - que l'on considère comme l'arme la plus crackée du jeu -, c'est surtout la capacité du chargeur qui pose problème, d'autant plus qu'il devient incontournable dans les derniers épisodes de la campagne solo. C'est la raison pour laquelle il est nécessaire d'upgrader constamment ses armes en récupérant des points de force sur la route, afin de se faciliter un peu plus la tâche. En parlant des points de force justement, ils sont devenus une denrée trop abondante dans Dead Space 2 à notre goût. Il suffit en effet de fouiller dans les tiroirs et les placards pour en ramasser par poignées. Mieux - ou pire - encore, les zones qui requièrent l'utilisation d'un point de force pour y accéder, en contiennent parfois un ou deux, ce qui n'était pas le cas dans Dead Space. On peut croire que les développeurs ont voulu ainsi inciter à l'exploration des moindres recoins de la station spatiale, mais là encore, ça bousille un peu la difficulté du titre.Toujours au rayon des bémols, il y a aussi le trop grand nombre de crédits qui permettent de s'offrir ce que l'on veut au magasin. Pour peu que l'on gère intelligemment ses items, on peut se retrouver avec 150 000 crédits en poche, la totalité des combinaisons obtenues, la majorité des schémas débloqués et un stock blindé d'objets à ne plus savoir quoi en faire. Oui, on aurait aimé que Dead Space 2 se montre un peu plus radin.

Ground Zero

En plus, on ne peut pas dire que les neurones du joueur soient mis au supplice. Aucune énigme à résoudre comme à Raccoon City ; enfin, presque aucune. Car Isaac Clarke est capable de pirater certains systèmes électroniques, en faisant tourner le stick analogique jusqu'à repérer les segments bleus pour valider l'opération. Il y a aussi l'accès à la zone principale de La Méduse qui nécessite un petit tour de passe-passe, mais rien de bien méchant par rapport à ce que l'on a connu chez la concurrence. L'interface de Dead Space 2 est identique à son illustre aîné, avec un inventaire qui apparaît en filigrane et ne coupe pas l'action. Le changement d'arme se fait par le biais de la croix directionnelle, et une pression sur RB/R1 permet d'activer leur fonction secondaire. L'état de santé du personnage se mesure toujours par la jauge qui recouvre sa colonne vertébrale, tandis que le niveau de Stase et d'oxygène est également indiqué sur sa tenue. En termes de prise en main, pas de bouleversement majeur à noter non plus, si ce n'est que les zones Zero-G sont beaucoup moins agaçantes que dans Dead Space. Alors qu'il fallait jusqu'à présent aller d'un point A à un point B pour se déplacer dans les espaces sans gravité, Isaac est désormais capable de se mouvoir librement dans les airs pour remplir un certain nombre d'objectifs, comme celui où il faut aligner les panneaux solaires pour alimenter le générateur de La Méduse. Le héros n'est même plus obligé d'avoir les deux pieds au sol pour dégainer son arme, ce qui permet de varier le déroulement des gunfights. Autre élément du gameplay qui a été sensiblement modifié : le GPS. Celui-ci différencie dorénavant de manière distincte l'emplacement du magasin, du prochain point de sauvegarde et de l'atelier qui permet d'améliorer son équipement. Le système de navigation est d'autant plus utile ici que la map a disparu. On avance donc à l'aveuglette dans Dead Space 2, ce qui n'est pas plus mal à vrai dire.

Alors qu'il fallait jusqu'à présent aller d'un point A à un point B pour se déplacer dans les espaces sans gravité, Isaac est désormais capable de se mouvoir librement dans les airs pour remplir un certain nombre d'objectifs, comme celui où il faut aligner les panneaux solaires pour alimenter le générateur de La Méduse."

Si le premier Dead Space était déjà une merveille pour les yeux, sa suite se révèle être encore plus magnifique avec des décors qui ont gagné en détails. La Méduse est un endroit qui met sacrément la pression, et puisqu'il s'agissait d'une immense ville spatiale avant l'invasion des Nécromorphes, les cadavres éparpillés sur la route d'Isaac Clarke sont forcément légions. The Sprawl (en V.O.) est beaucoup plus vaste que les couloirs confinés de l'USG Ishimura, mais Dead Space 2 rend toujours aussi claustro. Que ce soit au centre commercial où à la maternelle, les développeurs de Visceral Games sont parvenus à rendre le jeu étouffant, angoissant, stressant. Le character design est tout simplement exemplaire, tant au niveau des différentes tenues d'Isaac Clarke qu'au niveau de la modélisation des Nécromorphes, qui ont beaucoup plus de gueule que dans le premier épisode, c'est une certitude. Et puis, franchement, quel plaisir de prend l'air dans l'espace ! Là encore, le boulot réalisé est remarquable et on se demande déjà comment les gars de Redwood Shores vont se surpasser si un troisième épisode devait voir le jour. Enfin, on n’oubliera pas d’évoquer le mode multijoueur quasiment anecdotique au regard de la qualité de  la campagne solo. On a surtout l’impression que les développeurs de Visceral Games l’ont ajouté à la dernière minute, pour faire genre, c’est obligé. Car sincèrement, hormis la possibilité d’incarner un Nécromorphe, on ne saisit pas trop l’interêt des parties à plusieurs. Naturellement, on retrouve un classement qui recense tous les résultats avec, entre autres, le nombre  de victoires, de vicimes et d’heures passées en ligne. Les quelques parties que nous avons pu faire opposaient deux équipes : celle des humains devait remplir un certain nombre d’objectifs tandis que les Nécromorphes devaient tout faire pour les en empêcher. Si les monstres présentent des caractéristiques différentes selon leur classe, difficile de prendre son pied quand le sujet n’est pas vraiment bien maîtrisé, soyons clairs. On pourra toujours répliquer que le système de progression permet de débloquer des nouvelles armes et des combinaisons inédites, mais pour nous, Dead Space 2 se joue avant tout seul face à son écran et ses peurs. Pour les parties en multijoueur, il y a Call of Duty.





Réagir à cet article Réagir à cet article

 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
 Osef



Autres articles

Dead Space : un trailer en live action angoissant fait par des fans Si Dead Space 3 a été critiqué par de nombreux fans, cela n'a pas empêché certains d'entre eux de réaliser un trailer en live action dédié à la gloire de la série. Un résultat qui vaut vraiment le détour. 2 | 15/04/2013, 09:26
La saga Dead Space : comment la série a balayé Resident Evil La série Dead Space est aujourd'hui considérée comme la référence du survival horror. Et à quelques jours de la sortie du troisième épisode, nous avons décidé de revenir sur les principales qualités de la saga. 16 | 29/01/2013, 13:10


Derniers commentaires
>> Soyez le premier à donner votre avis


Les commentaires sur ce sujet sont fermés.