Test également disponible sur : PC - PS4

Test ABZÛ : un chef d'oeuvre venu du fin fond des océans

Test ABZÛ sur PS4 et PC Hit JeuxActu
La Note
note ABZÛ 18 20

Prenez une grande inspiration, et plongez donc à corps perdus dans ABZÛ. Vous n'aurez hélas pas à retenir votre respiration très longtemps, mais l'expérience restera tout de même inoubliable. Aussi poétique qu'efficace, le titre de Giant Squid se montre à la hauteur de Flower et Journey, et dépasse très largement le simple économiseur d'écran aquatique, comme on aurait pu le craindre. Le gameplay est simple mais réel, le scénario crypté mais présent, le level design sous-marin mais pertinent, et le maniement du héros est un véritable bonheur de chaque instant. A moins de ne jurer que par l'action, il n'y a donc absolument aucune raison de se priver de ce délicieux voyage.


Les plus
  • Direction artistique sublime
  • Level design irréprochable
  • Bande son féérique
  • Animations parfaites
  • Scénario crypté mais prenant
Les moins
  • Très court
  • Contrôles mal gérés sur PC


Le Test

Quand le directeur artistique du champêtre Flower et du sableux Journey se prend de passion pour les fonds sous-marins, cela donne ABZÛ, qu'on pourrait un peu hâtivement qualifier de simulateur de plongée. En réalité, nous avons plutôt affaire à une aventure poétique mémorable, dans la droite lignée des deux précédents titres de Matt Nava qui, pour l'occasion, a quitté Thatgamecompany et fondé un nouveau studio, judicieusement nommé Giant Squid.


ABZÛDes calamars géants, vous en croiserez effectivement dans ABZÛ. Mais aussi des lamantins, des tortues de mer, des requins, des baleines, des requins-baleines, des orques, des dauphins, des mérous Goliath, des raies Manta, de  multiples bancs de poissons et bien d'autres créatures sous-marines encore. Au premier abord, le jeu pourrait donc passer pour un simple simulateur de plongée, voire un économiseur d'écran aquatique évolué. Mais, heureusement, il est bien plus que cela. Sans aucun dialogue ni texte, ABZÛ nous conte une véritable histoire et impose quelques personnages, notamment le plongeur incarné par le joueur et un grand requin blanc, sans jamais en faire une quelconque présentation formelle. Au fil du voyage, vous aurez même droit à quelques retournements de situation, d'autant plus inattendus qu'ils sont suffisamment discrets pour échapper à la compréhension d'un joueur peu attentif. Autrement dit, l'aventure possède un véritable sous-texte, qui tient de la fable écologique, au sens premier et non politiquement galvaudé du terme, et prône la supériorité du monde vivant sur la machine et la technologie.

La direction artistique arrive à concilier une véritable personnalité avec un certain réalisme, se sert de la lumière pour magnifier les décors sous-marins, et multiplie les couleurs pour faire de chaque scène un somptueux tableau.


ABZÛEt peu importe si certains joueurs passent à côté du message, volontairement diffus, car même ceux-là seront ravis par toutes les autres qualités du titre. A commencer bien sûr par les graphismes stylisés du plus bel effet. La direction artistique arrive à concilier une véritable personnalité avec un certain réalisme, se sert de la lumière pour magnifier les décors sous-marins, et multiplie les couleurs pour faire de chaque scène un somptueux tableau. Un coup d’œil sur nos captures d'écran faites maison devrait suffire à vous en convaincre. Et encore, elles ne rendent pas compte de la qualité des animations, qu'il s'agisse de celles des bancs de poisson, qu'on prend un malin plaisir à traverser, de celles des gros animaux marins, ou même de celles du héros. Les mouvements de ce dernier sont d'une fluidité exemplaire et, associés à une maniabilité sans faille, ils participent à transformer le moindre déplacement un tant soit peu maîtrisé en un véritable ballet gracieux.

 

ABZÛ DE POUVOIR
 

ABZÛLe tout est soutenu par une musique symphonique souvent légère, parfois lyrique, mais toujours envoûtante. Le compositeur n'est autre que Austin Wintory, dont le travail sur Journey a déjà été salué par le passé. Ces éléments (graphismes, animations, musiques) suffiraient déjà à eux seuls à faire de ABZÛ un incontournable, car le simple fait d'évoluer dans les décors est un véritable plaisir en soi. Mais, on l'a vu, le jeu est en plus doté d'une véritable histoire et même de quelques petits éléments de gameplay sympathiques. On peut ainsi chevaucher à l'envi la plupart des animaux marins et les diriger dans une certaine limite. La satisfaction de communier quelques instants avec eux va de pair avec celle de leur redonner leur liberté. Plus prosaïquement il est également possible de ramasser différents coquillages qui, jeu vidéo "moderne" oblige,  font office d'objets à collectionner. De récupérer des petits partenaires mécaniques qui nous aident dans notre progression. De déclencher quelques mécanismes simples, qui servent généralement à ouvrir des portes. Ou encore d'activer différents "nids" afin de libérer de nouvelles créatures dans l'eau. De manière encore plus optionnelle, mais on aurait bien tort de s'en priver, le jeu nous propose également des points de méditation. Le héros s'y assoit en tailleur, et peut alors observer au plus près chaque animal sous-marin présent dans la scène, la rotation de la caméra autour de la créature observée ainsi que le passage d'une espèce à une autre étant laissés à la discrétion du joueur.

ABZÛ

Ces petites pauses permettent de se relaxer encore plus, et sont contrebalancées par une ou deux séquences plus nerveuses, notamment lorsque le plongeur se retrouve forcé de suivre le rythme d'un courant marin. L'occasion nous est d'ailleurs donnée ici de saluer le level design, qui cache admirablement bien les temps de chargement (qui sont donc inexistants pour le joueur) et évite brillamment l'écueil d'un monde sous-marin trop vaste ou trop cloisonné. On ne se sent jamais trop à l'étroit et jamais perdu. Les sources de lumière sont notamment utilisées avec intelligence pour guider discrètement le joueur. Contrepartie immédiate de cette fluidité dans la progression, la durée de vie s'avère  extrêmement courte, puisque deux heures peuvent suffire à voir le bout de l'aventure. Mais ce point est tout de même à relativiser car il paraît évident que la plupart des joueurs replongeront régulièrement dans les eaux de ABZÛ, que ce soit pour débloquer tous les succès, trouver tous les coquillages, faire un peu de "méditation", ou tout simplement pour le plaisir de la plongée.

Ces petites pauses permettent de se relaxer encore plus, et sont contrebalancées par une ou deux séquences plus nerveuses, notamment lorsque le plongeur se retrouve forcé de suivre le rythme d'un courant marin.


ABZÛCertains n'hésiteront également pas à refaire l'aventure d'un bout à l'autre, histoire de l'aborder avec un autre regard une fois le scénario découvert. Défaut en revanche plus inexcusable que la durée de vie : la gestion des contrôles semble quelque peu buggée sur PC. Si la page Steam du jeu indique qu'une manette est fortement recommandée, le jeu n'a jamais réussi à détecter la nôtre. Nous nous sommes donc rabattus sur le couple clavier/souris, qui fonctionne très bien, à deux détails près : les indications d'aides à l'écran qui apparaissent en tout début de jeu continuent à se référer aux commandes d'un gamepad, et le jeu est perturbé par les claviers azerty (même la fameuse combinaison alt + shift ne suffisant pas à résoudre le problème). On espère qu'un patch viendra rapidement corriger cela, car il serait bien dommage pour les pécéistes de devoir se priver d'une aventure aussi mémorable !

 


Réagir à cet article Réagir à cet article

 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
67% Excité



Autres articles

*Test* ABZÛ : la suite spirituelle de Journey arrive à bon port sur Switch Si Flower et Journey sont restés des exclusivités PlayStation, leur suite spirituelle s'est voulue largement plus œcuménique. A tel point qu'aujourd'hui, c'est sur Nintendo Switch qu'elle débarque. 2 | 29/11/2018, 14:27
ABZÛ : deux ans après sa sortie sur PS4 et Xbox One, le jeu débarque sur Switch Deux ans après sa sortie sur Xbox One, PC et PS4, ABZÛ s'apprête à débarquer sur Nintendo Switch. C'est en effet ce que fait savoir 505 Games via un communiqué officiel, en prenant le temps de glisser un sympathique trailer. 13/11/2018, 16:26


Derniers commentaires
Par NovapolisJade le Samedi 27 Août 2016, 0:00
C est a nous de soutenir les bons jeux lorsque nous pouvons nous le permettre au lieu de continuer a etre les vaches a lait des grandes productions aux jeux aux mis a jours a ralonges aux multiples dlc ... nous soutenons nos bourreaux

Répondre
-
voter voter

Par otaku38 le Mardi 9 Août 2016, 17:12

likeSmall 175
il fallait faire un jeu en boite avec une durée de vie plus longue !!

Répondre
-
voter voter

Par Tsuki-Yomi le Samedi 6 Août 2016, 22:57

likeSmall 39
Le seul défaut de ce jeu est que l'envoûtement ne dure qu'une poignée d'heures. Merci à Matt Nava pour tous ses jeux, de Journey à Abzû en passant par les superbes Flower et Flow.

Répondre
-
voter voter

Par blackant le Samedi 6 Août 2016, 12:34

likeSmall 4
Waoooh !!! it looks so amazing and empty, and vide, en fait c'est le genrede jeux que j'appelle une demo ou un prototype et je passe vite a autre chose.

Répondre
-
voter voter
1

Par olimann le Mardi 2 Août 2016, 13:46

likeSmall 1336
Hop...dans mon épuisette ! :D

Répondre
-
voter voter

Par grungegamer le Mardi 2 Août 2016, 13:42

likeSmall 27
Quitte à passer pour le grincheux de service, pour un jeu de deux heures je le regarderai sur YT au lieu d'acheter ; je me ferai pas avoir deux fois...

Répondre
-
voter voter
4

Par Mario59-Trololo-Titi le Mardi 2 Août 2016, 12:58
agora666 a écrit:J'aime le néoprène!


c'est quoi un néopreme ?


Répondre
-
voter voter

Par agora666 le Mardi 2 Août 2016, 10:25
J'aime le néoprène!

Répondre
-
voter voter

>> Voir les 8 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*