Test également disponible sur : PC - X360 - PS3 - PS Vita - Xbox One - PS4

Test Resident Evil Revelations 2 : même pas peur !

Test Resident Evil Revelations 2 sur PS4 et Xbox One
La Note
note Resident Evil Revelations 2 14 20
Resident Evil Revelations 2 n'est ni vraiment bon, ni vraiment mauvais. Oui, ça peut paraître simplet voire même un peu couillon de présenter les choses de cette façon, mais le jeu ne cesse de naviguer dans les eaux du "correct, sans plus" tout au long de sa dizaine d'heures de jeu. Les nouveautés au niveau du gameplay, notamment basées sur les spécialités de chaque personnage, sont diablement compensées par une IA à la ramasse et la nécessité de tout faire soi-même. La direction artistique du jeu est efficace sans être transcendante, et flaire bon le déjà-vu. Le niveau visuel inégal va de l'étonnamment beau à l'étrangement moche. Et puis, on a toujours cette impression par moments que la série n'avance pas, demeure cantonnée à ses vieilles habitudes. Et la division en épisodes ne rend pas le jeu spécialement plus rythmé. En bref, ce serait un bof, mais à un prix intéressant, ça se transformerait en pourquoi pas.
Retrouvez plus bas la suite de notre test de Resident Evil Revelations 2 

Les plus
  • Une évolution bienvenue
  • Les gameplays différents suivant les personnages
  • La narration parallèle entre les deux groupes
  • L'infiltration qui redonne un peu de tension horrifique
  • Possibilité de mettre en VOST
  • Durée de vie conséquente et challenge au rendez-vous
Les moins
  • Une série qui peine à se sortir de son carcan...
  • Des problèmes techniques assez présents
  • L'IA des partenaires qui ferait passer un petit pois pour un prix Nobel
  • L'infiltration à revoir. Vraiment.
  • On a plus vraiment peur en fait.


Le Test
On l'a déjà dit dans ces lignes, Resident Evil Revelations a eu du succès. Un certain succès. Assez pour susciter un portage sur consoles de salon et même un suite. Cependant, assez étrangement, les gens de Capcom se sont dit que ce serait une chouette idée de sortir le jeu en format épisodique dématérialisé avant de le commercialiser en version boîte. Alors même que ce fameux format a été créé pour que les studios les plus friables financièrement n'aient pas à subir les retombées économiques de l'éventuel échec d'un titre complet. Chelou. Sans parler du fait que les quatre épisodes qui constituent le jeu sont sortis en quatre semaine. Tout ça pour un effet de mode alors ? Non, tu n'oserais pas Capcom ?

Resident Evil Revelations 2En attendant Resident Evil 7, qui doit faire flipper les développeurs au moins autant que les fans, l'éditeur japonais fait donc vivoter sa licence, en complétant ses zones d'ombre. Oui, comme cela a déjà été le cas pour le premier Revelations, cette suite n'offre pas de véritables révélations sur l'intrigue principale de la série mais se charge plutôt de la compléter. Cette fois-ci, Resident Evil Revelations 2 se déroule en 2011, après les événements africains de Resident Evil 5 donc. C'est lors d'un congrès de l'organisation de lutte contre le bioterrorisme TerraSave qu'une mystérieuse milice débarque en mode vénère pour capturer certains de ses membres, dont Claire Redfield et Moira Burton, fille de Barry. Les deux jeunes femmes vont se réveiller sur une mystérieuse île paumée au milieu de nulle part (vraisemblablement un coin où on parle russe), avec un étrange bracelet électronique au poignet. Rapidement réunies, elles vont réaliser qu'elles ont été amenées ici pour faire l'objet d'une expérience à grande échelle. Voilà pour la première partie de chaque acte. Car, comme pour Revelations premier du nom, là encore, Capcom a misé sur un arc de narration double. Et la deuxième partie de chaque épisode vous amènera à contrôler Barry Burton, venu à la rescousse de sa fille sur l'île. Oui, en solo, avec sa bite et son couteau ; c'est pas malin me direz-vous. Mais il va vite se trouver une "co-équipière" en la personne de Natalia, un fillette d'une dizaine d'années qui semble être le seul être normal à des kilomètres à la ronde. La double narration remplit bien son office : chaque point de vue complète l'autre et permet au joueur, en plus des informations récoltées ça et là, d'appréhender l'histoire dans son ensemble.

 

TOI + MOI


Resident Evil Revelations 2Si vous avez été attentifs, vous aurez remarqué qu'un autre trait caractéristique du premier Resident Evil Revelations fait également son retour, à savoir les binômes de héros. Toutefois, Capcom a cette fois poussé sa feature un peu plus loin. Vous pouvez désormais switcher entre chacun des deux protagonistes à n'importe quel moment, profiter ainsi de leurs spécificités de gameplay et résoudre des puzzles impliquant l'utilisation de deux paires de petites mains (rien qui ne vous bloque plus de quelques minutes, on vous rassure). Tout le monde dispose désormais de sa propre sacoche et une interface assez intuitive vous permet de faire des échanges et de gérer l'inventaire des deux compagnons sans trop se fouler. Chaque intervalle entre les missions vous permet de dépenser des points acquis jusque-là pour améliorer les capacités de chacun. Capcom a donc écouté en partie les critiques du premier opus. En effet, si les partenaires sont désormais plus faciles à gérer, cela ne veut pas dire qu'ils sont devenus de formidables guerriers. C'est même plutôt le contraire. Comme dans le premier Resident Evil Revelations, il faut majoritairement faire les choses soi-même pour pouvoir progresser dans l'aventure : le partenaire contrôlé par l'IA est relativement inoffensif, se place n'importe comment et sert d'appât l'essentiel du temps (puisqu'il ne peut pas mourir). Comme disait Laurely dans son test d'alors, "c'est moche". Reste alors la coopération en écran splitté (vive les 55 pouces) pour pouvoir profiter pleinement d'un deuxième cerveau fonctionnel.

"CHACUN SA ROUTE, CHACUN SON CHEMIN"


Resident Evil Revelations 2Où en étais-je ? Ah oui, spécificités de gameplay. Si Claire et Barry jouent évidemment le rôle des gros bras, Moira et Natalia amènent quant à elles un peu plus de subtilité. La première peut se défendre et ouvrir certaines portes barricadées avec son pied-de-biche ; mais c'est sa lampe torche qui la rend vraiment utile, puisqu'elle pourra repérer certains items et également déstabiliser les ennemis en les pointant avec son faisceau lumineux. En plus de pouvoir se faufiler dans les passages les plus étroits, Natalia dispose quant à elle d'une capacité spéciale qui lui permet de repérer les ennemis à travers les murs. Cela a le mérite d'apporter un parfum de renouveau au titre et donne à chaque aventure sa propre identité. Si le parcours de Claire et Moira se rapproche (hélas?) plus d'un Resident Evil 5, celui de Barry et Natalia évoque quant à lui un autre survival-horror qui a marqué le genre au fer rouge. Une petite fille spéciale, un quadra barbu et un peu bourru, de l'infiltration, la possibilité de cibler les ennemis à travers les murs : oui, les développeurs de Revelations 2 ont joué à The Last of Us à n'en pas douter. Un peu trop peut-être. D'autant que si leur version fonctionne à peu près, on est très loin de la maîtrise de Naughty Dog. Entre les mouvements toujours très rigides des personnages, hérités d'un jeu sorti il y a plus de dix ans on vous le rappelle, et le yoyo obligatoire entre Natalia et Barry, on ne peut pas franchement dire que ce soit une grande réussite. Conséquence : ces phases d'infiltration ne vous opposeront souvent qu'un seul ennemi à la fois.

Oui, Revelations 2 c'est l'histoire d'un jeu qui fait dans la moyenne, qui veut se séparer d'un lourd héritage sans vraiment réussir à le faire.

Resident Evil Revelations 2Et puisqu'on en est à parler d'inspirations, on pourra évoquer les liens visuels plus qu'évidents entre la dernière production de Capcom et le dernier titre de Shinji Mikami avec Tango Gameworks, le très gore The Evil Within. Et disons que c'est un compliment : pour peu que vous soyez sensible au côté sanglant/sale/malsain d'un lieu, ce Resident Evil Revelations 2 devrait réussir à vous mettre mal à l'aise. Abattoirs saturés d'hémoglobine, bâtiments en ruine abandonnés et suintant un liquide dégueulasse, village de pêcheurs dans la brume : tout n'est que rouille et pourriture, bien entendu pour faire écho à la thématique du jeu. Cette direction artistique torturée se révèle finalement assez maîtrisée et cohérente à défaut d'être véritablement novatrice, si ce n'est pour quelques endroits clés du jeu. Le niveau technique affiché par ce Resident Evil Revelations 2 est dans le même esprit : assez inégal, parfois plombé par des problèmes de collision et de pathfinding du temps jadis, parfois réhaussé par une DA qui fait mouche et des visuels surprenants pour un titre multiplateformes. Oui, Revelations 2 c'est l'histoire d'un jeu qui fait dans la moyenne, qui veut se séparer d'un lourd héritage sans vraiment réussir à le faire.


Réagir à cet article Réagir à cet article

 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
67% Blasé



Autres articles

Resident Evil Revelations 1 & 2 : un trailer pour célébrer la sortie des deux épisodes sur Switch Comme on pouvait s'y attendre, Capcom a tenu à célébrer la sortie de Resident Evil Revelations 1 & 2 sur Nintendo Switch en dévoilant un trailer de lancement que l'on vous laisse découvrir sans plus attendre. 29/11/2017, 08:57
Resident Evil Revelations 2 : deux vidéos comparatives Switch vs. Xbox One, Nintendo n'est pas ridicule La chaîne Direct-Feed Games a mis en ligne sur YouTube deux vidéos de Resident Evil Revelations 2 qui permettent de comparer les versions Xbox One et Nintendo Switch. 8 | 27/11/2017, 12:27


Derniers commentaires
>> Soyez le premier à donner votre avis


Les commentaires sur ce sujet sont fermés.