Test également disponible sur : PC - Xbox One - PS4 - Switch

Test Project Warlock : un Doom-like à l'ancienne comme on n'en fait plus, du gros pixel qui tâche !

Test Project Warlock : un Doom-like à l'ancienne comme on n'en fait plus !
La Note
note Project Warlock 16 20
Project Warlock est une expérience loin d’être atypique. Non, elle s’appuie sur des bases déjà bien connues depuis quasiment trente ans… mais elle en tire des ressources d’une manière radicalement efficace. Ses inspirations dans DOOM sont plus qu’évidentes : elles sont totalement assumées et découle d’une véritable volonté de faire hommage au premier jeu culte d’id Software, que ça soit d’un point de vue artistique, architectural ou ergonomique. Il s’agit là d’un fast-FPS passionné, conçu par une minuscule équipe partie de rien, qui peut en plus se vanter de disposer de petites facettes RPG qui approfondissent un gameplay certes vu et revu mais toujours aussi percutant. Le genre du Doom-like prouve ainsi, une nouvelle fois, qu’il est probablement intemporel si bien exploité et que les sensations qui s’en découlent restent une référence en matière d’action. À défaut de faire dans l’originalité, Project Warlock va droit au but : piquer le vieux joueur qui sommeille en vous avec une efficience certaine, ce qui ne manquera pas d'éveiller la curiosité des amateurs de chasses aux démons pixelisées.

Les plus
  • Un concept connu mais très bien maîtrisé
  • L'aspect RPG qui apporte un peu de fraîcheur
  • Une OST solide
  • Des codes old-school respectés
  • Une technique qui mêle bien l'ancienne et la nouvelle génération
  • De nombreux paramètres pour personnaliser l'expérience, même sur consoles
Les moins
  • Quelques niveaux un peu trop ternes
  • Certaines sensations peut-être un peu lisses, pas assez brutales
  • Un level design qui manque encore un peu de profondeur


Le Test
En quelques décennies, peu de jeux ont pu donner leur nom à tout un genre dont ils sont l’auteur. Avoir frappé fort est quelque chose mais forcer les concurrents à s'affubler de votre dénomination, et ce sur plusieurs générations, est un exploit assez remarquable. Parmi les plus connus du milieu, on pourrait citer GTA et ses GTA-like ou, surtout, DOOM et ses innombrables DOOM-like : très clairement, Project Warlock s’inscrit avec assurance dans cette dernière catégorie et s’impose même comme un hommage sincère à la saga d’id Software. Si disposer d’un style rétro est un trait qui se retrouve souvent ces dernières années, s’appuyer sur absolument toutes les mêmes mécaniques - parfois les mêmes armes ou les mêmes ennemis ! - qui ont fait la réputation du célèbre FPS de 1993 est en revanche beaucoup plus osé. Certains pourraient même crier au plagiat mais heureusement, Project Warlock est suffisamment bien construit pour que ses inspirations lui portent bonheur. Prêt à replonger dans l’ère bénie du 16-bit ?

Project Warlock

À vrai dire, la ressemblance de Project Warlock avec son fameux modèle est plus qu’évidente : elle est complètement assumée. Et par dessus tout, il s’agit littéralement d’un rêve de gosse ! Pour cela, il ne faut pas remonter à bien loin, quelques années seulement, lorsque le jeune Polonais Jakub Cislo s’est mis en tête de créer son propre jeu vidéo. De fil en aiguille, après un premier financement participatif et un travail d’acharné, l’étudiant âgé de seulement 18 ans a pu constituer sa propre petite équipe et compter alors sur l’aide d’un éditeur, Gaming Compagny : le jeu sortira finalement en 2018 sur PC… et seulement maintenant sur consoles de salon. Project Warlock n’est pas tout à fait nouveau, donc, mais son arrivée sur PS4, Xbox One et Switch lui permet de gagner énormément en visibilité. À vrai dire, c’est plutôt mérité quand on connait son parcours du combattant. 


HELLBOY

Le concept de Project Warlock est on ne peut plus simple : il s’agit de traverser des niveaux tout en explosant la moindre créature se dressant sur votre chemin. On incarne alors un warlock (un “démoniste” en français) dénué de nom ou de personnalité, si ce n’est qu’il voue une haine profonde aux forces de l’Enfer et qu’il aime particulièrement ôter la vie. Pour le reste de l’écriture, on repassera : la seule narration présente s’articule autour de petits comptes rendus écrits, disponibles après chaque boss abattu. C’est totalement succin mais là n’est pas le but, l'intérêt du soft étant clairement basé sur le skill avec une exigence terriblement old-shool. Ici, pas de quick save et si l’on perd l’intégralité de ses vies (on peut en trouver cachées dans les levels), c’est direction la case départ. Heureusement, un mode plus laxiste est également disponible, vous obligeant “seulement” à recommencer le dernier niveau en cas de défaite. Autant dire que la durée de vie dépend entièrement de vos performances et peut alors s’étaler d’une poignée d’heures, trois ou quatre seulement, à huit ou neuf pour un premier run.

Project Warlock


C’ÉTAIT MIEUX AVANT

Notre cher chasseur de diables est donc une personne solitaire mais, heureusement, plutôt à l’aise dans la discipline du combat. Au total, 9 armes sont disponibles - un pistolet, un fusil à canon scié, une arbalète, un fusil à pompe, une gatling, un lance-flamme ou même une sorte de BFG 9000 - qu’il faudra récupérer progressivement… et améliorer. Car là où Project Warlock se différencie quelque peu de DOOM, c’est dans son petit côté RPG qu’il se plaît à mettre en avant : on grimpe en niveau au fur et à mesure de nos kills et des trésors récupérés un peu partout, on récupère des points d’amélioration et on passe alors dans l’antre du démoniste, qui sert ici de petit hub entre chaque monde, pour améliorer son personnage. La progression de Project Warlock est honnêtement bien maîtrisée : chaque pétoire dispose de deux évolutions changeant radicalement son utilisation, des capacités passives peuvent être débloquées et d’autres éléments classiques - la jauge de vie, de force, de mana ou la capacité de munitions - peuvent s’étoffer. Cerise sur le gâteau, il est même possible d’acheter des sorts magiques pour consolider un gameplay déjà solide : ceux-ci peuvent avoir des effets très différents les uns des autres, comme une boule d’électricité ou la création de munitions, et alors apporter une certaine tactique lors des combats éprouvants. Il n’y a pas à dire, ces mécaniques sont complètes en plus d’être facilement compréhensibles : il est là question d’efficacité, pas nécessairement d’originalité. 

Project Warlock


UN CERVEAU ET BEAUCOUP DE MUSCLES

La grande force des jeux old-school résidait indéniablement dans l’architecture de leurs niveaux : très clairement, il fallait se creuser la tête pour aller d’un point A à un point B, découvrir et assimiler chaque recoin tout en étant suffisamment rigoureux pour rester en vie. Project Warlock reprend ces mêmes rouages avec cinq mondes, composés chacun de cinq sections et d’un boss, qu’il faudra dompter judicieusement. Comme la règle l’exige, la trouvaille de clé rouge, jaune ou bleue pour ouvrir les portes correspondantes est toujours d’actualité, tout comme les zones secrètes abritant de précieuses ressources. Pour autant, et même s’il est loin de la linéarité que l’on reproche à beaucoup de jeux ces dernières années, le level design s’avère peut-être moins travaillé, moins sadique que ne pouvaient l’être ceux des grands classiques du genre. Ce n’est pas nécessairement un mal pour autant, surtout que le tout reste labyrinthique, et les amateurs de sombres couloirs étroits devraient être ravis.

Project Warlock


Pour le coup, et même si la volonté de la petite équipe polonaise de Buckshot Software est de proposer une expérience “à l’ancienne”, toute l’aventure est ici construite sur Unity. Un moteur 3D récent, connu pour sa souplesse et sa capacité d’adaptation, dont le rendu in-game s’avère tout à fait satisfaisant : il faut dire la maîtrise de sprites, d’animations et autres textures façon 90 se fait plutôt bien et peut alors jouir d’autres d’effets plus modernes, comme une gestion de la lumière honnête ou des particules en grand nombre, tout en gardant une parfaite fluidité d’action. L’impression de jouer à un DOOM boosté aux mods est réelle et l’incorporation de ces petits détails techniques d’aujourd’hui porte ses fruits. Pour le coup, c’est plutôt la direction artistique qui s’avère assez classique : bien que les mondes abordent tous des thèmes différents - le médiéval, la neige, les laboratoires, la ville ou l’enfer - il n’y a rien de très original à l’horizon et les couleurs sont, globalement, assez ternes, voire carrément tristes. En revanche, le travail audio est une jolie surprise avec une OST plutôt complète et de nombreuses musiques, apportant une personnalité à bien des niveaux. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Project Warlock est dans son ensemble une expérience réussie, certainement pas originale mais qui tire sur les bonnes ficelles et qui sait parfaitement où elle va. Un DOOM-like performant et sans doute une sympathique bouffée d’air frais au milieu d’une année aux AAA multiples et chronophages.

Project Warlock


Réagir à cet article Réagir à cet article

 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
100% Osef



Autres articles

Project Warlock : le Doom-like old school et tout en pixels débarque sur consoles, un trailer brutal et déjanté Après s'être déjà proposé sur PC en 2018, le réussi Project Warlock débarque sur PS4, Xbox One et Nintendo Switch : pour l'occasion, voici un petit trailer de lancement en live action bien barré. 10/06/2020, 13:07



Derniers commentaires
Par Cvirus le Mercredi 17 Juin 2020, 14:34
fab3000 a écrit:Je mets pas plus de 20 euros dedans, mais ça a l'air sympa

ça tombe bien il coute 15€


Répondre
-
voter voter

Par fab3000 le Mardi 16 Juin 2020, 20:36

likeSmall 100
Je mets pas plus de 20 euros dedans, mais ça a l'air sympa

Répondre
-
voter voter

>> Voir les 2 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*