Test également disponible sur : Switch

Test Paper Mario The Origami King : moins RPG, plus accessible, une réussite quand même ?

Test Paper Mario The Origami King : moins RPG, plus accessible, une réussite ?
La Note
note Paper Mario : The Origami King 16 20

Grâce à son humour sans faille, son univers Mario légèrement "twisté", et son système de combats réellement original, The Origami King se place parmi les meilleurs Paper Mario ayant vu le jour jusqu'à maintenant. Cet opus papetier peut même rivaliser sans trop de peine avec certaines aventures principales du plombier italo-japonais. Son seul véritable gros défaut provient de la répétitivité des combats, qui auraient gagné à être un peu moins nombreux ou un peu plus variés. Mais ce problème est loin de venir gâcher la fête. Il suffit de faire une pause de temps en temps, et on repart à l'aventure avec grand plaisir à chaque fois qu'on se pose à nouveau devant notre écran ou qu'on reprend la console dans les mains.


Les plus
  • Un humour qui fonctionne très bien
  • Une localisation de qualité
  • Une bonne durée de vie
  • Olivia donne de précieux conseils
  • Un système de combats original et plaisant...
Les moins
  • ...mais un peu trop répétitif
  • Textures trop disparates
  • Bras multi-pliés sous-exploités
  • Pas de trouvaille de gameplay extraordinaire


Le Test

Avec largement plus de deux cent titres à son actif, Mario a une carrière quasiment impossible à suivre, même pour les plus joueurs les plus acharnés ou les plus grands fans de plombiers moustachus (on ne juge pas, chacun son truc !). Heureusement, en se cantonnant à la catégorie des Paper Mario, il est possible de revenir à quelque chose de toute de suite beaucoup plus raisonnable, puisque cette série née en l'an 2000 sur Nintendo 64 ne comptait que cinq épisodes jusqu'à maintenant. Paper Mario : The Origami King constitue donc le sixième, et il s'avère bien meilleur que les deux derniers en date. Une fois de plus, la Switch renvoie la 3DS et la Wii U dans leurs cordes.


Paper Mario : The Origami King

Suite à l'invitation de la princesse Peach, Mario et Luigi se rendent à l'OrigamiFest, un prometteur festival d'origami situé à Toadville. Mais à peine arrivés, nos deux compères se rendent compte que les rues sont vides et que Peach a une tête vraiment bizarre. Au lieu d'être toute plate comme tout "paper personnage" qui se respecte, elle semble faite de reliefs et de plis. Pour une fois, ce n'est pas Bowser qui est à blâmer, mais Olly, l'autoproclamé roi Origami qui cherche à "origamiser" tous les habitants de la ville. Suite à une première anicroche avec Mario, Olly kidnappe non seulement Peach (on ne change pas une recette qui gagne…) mais également son château ! Celui-ci se retrouve alors perché en haut d'une montagne, enserré par des serpentins géants sur la trace desquels Mario et Olivia, la sœur du roi Olly, partent aussitôt. Luigi fait quant à lui cavalier seul et sort du champ, mais que ses fans se rassurent, les deux héros principaux auront l'occasion de croiser la route du plombier vert à plusieurs reprises.



Si ce scénario reste basique (on a l'habitude avec les Mario), il a le mérite de changer quelques conventions puisque la situation n'oppose plus Mario et ses amis aux sbires de Bowser, mais les personnages de papier plats aux origuerriers. Une fois dépliés d'un bon coup de marteau sur la tête, les goombas, maskass et autres koopas se retrouvent donc dans le camp des gentils. Les dialogues n'hésitent d'ailleurs pas à évoquer régulièrement cette situation insolite. La direction artistique va évidemment de pair avec cet univers de papier et, si elle est globalement satisfaisante, elle souffle tout de même un peu le chaud et le froid. Les personnages 2D typiques de la série sont toujours aussi séduisants, le contour blanc qui les délimite leur donnant l'aspect de stickers tout mignons. Et si les versions pliées rendent joliment hommage à l'art de l'origami, le mélange des deux semble hélas un peu fouillis. Surtout qu'il faut rajouter dans l'équation des décors en papier qui ont leur propre style, certains ennemis particuliers en papier mâché, et on note même, de manière difficilement compréhensible, la présence de quelques textures photoréalistes ici ou là. Sans être foncièrement désagréable à l’œil, le mélange de tous ces styles nous semble tout de même manquer un peu trop de cohérence.

Paper Mario : The Origami King

 

PAS PEUR MARIO

Faisons fi de ces considérations esthétiques, et intéressons-nous maintenant au gameplay ! Globalement, ce dernier mélange exploration libre et combats au tour par tour. Assez atypiques, les affrontements se déroulent sur un terrain circulaire semblable à une cible de fléchettes. Mario est situé au centre, tandis que les ennemis viennent se placer de manière désordonnée sur les différentes cases. Avant de les frapper, Mario dispose de quelques secondes et d'un nombre de déplacements limité pour faire pivoter les anneaux et coulisser les sections transversales. Le but de la manœuvre ? Aligner les ennemis afin de pouvoir leur sauter dessus en ligne droite, ou les regrouper près du centre afin de leur infliger un coup de marteau collectif. En cas de disposition réussie (c'est à dire si tous les ennemis sont alignés ou regroupés), les dégâts sont automatiquement augmentés de 50%. Et on peut encore leur retirer quelques points de vie supplémentaires en appliquant le bon timing aux coups. Ce système mêle donc à la fois action et réflexion façon puzzle game. A ce titre, il s'avère particulièrement plaisant.

Paper Mario : The Origami King

En revanche, il tient assez mal la longueur. Malgré la présence de diverses armes (marteau brillant plus puissant, bottes de fer pour sauter sans risque sur les créatures munies de pointes ou de pinces, fleurs de feu permettant de balancer des boules enflammées sur les rangées d'ennemis, queue de raton laveur pour infliger une balayette aux groupes…), on applique toujours à peu près la même recette, et un sentiment de répétition voit donc assez vite le jour. Heureusement, les combats contre les boss se déroulent différemment. Si le terrain "cible de fléchettes" répond toujours à l'appel, c'est désormais le boss qui est situé au centre. Mario doit alors pivoter et coulisser les panneaux de manière à placer correctement : des flèches directionnelles qu'il devra suivre, des cases lui permettant d'attaquer, et des bonus à ramasser (vie, action supplémentaire, déplacement supplémentaire, enveloppe donnant des informations sur le comportement du boss…). Si le jeu s'avère globalement facile, la complexité monte clairement d'un cran lors de ces combats particuliers.


Paper Mario : The Origami King

MARIO A LE BRAS LONG

L'exploration donne accès à quelques éléments de gameplay supplémentaires, comme le fait de pouvoir écraser les ennemis les plus faibles d'un coup de marteau sans déclencher de combat au tour par tour, ou encore la possibilité de dégainer les bras en papier accordéon de Mario, qui peut alors atteindre des endroits situés en hauteur afin de décoller une partie du décor par exemple. C'est rigolo, mais l'utilisation de ces "bras multi-pliés" (contrôlables en "motion gaming" si on le souhaite) est scriptée à l'extrême, puisqu'elle ne peut avoir lieu que sur des sceaux de pouvoir, qui apparaissent non seulement à des endroits précis mais également à des moments précis. Ce gimmick sympathique paraît donc un peu sous-exploité. D'une manière générale, le jeu manque d'un petit grain de folie, et de trouvailles de gameplay en rapport avec le papier qui soit réellement surprenantes. Mais au bout de six épisodes, on comprend qu'il soit difficile de totalement se renouveler. On notera tout de même la présence de très nombreux trous béants dans les décors, que Mario peut reboucher en lançant des confettis. Les amateurs de 100 % pourront donc s'amuser à retrouver et colmater l'ensemble de ces brèches. Le jeu propose d'ailleurs beaucoup d'éléments à collectionner, qu'il s'agisse de mini-trésors à ramasser dans des coffres généralement bien cachés, de blocs "point d'interrogation" à frapper d'un coup de tête, ou encore de Toads à retrouver dans les décors et à déplier d'un bon coup de marteau bien placé. Ces derniers se comptent par centaines et, du fait de leur "origamisation", peuvent prendre la forme d'à peu près tout et n'importe quoi (fleurs, cafards, fanions, sauterelles, chiens, œufs au plat…). Subtilité supplémentaire : les Toads retrouvés peuvent ensuite être appelés lors des combats au tour par tour en l'échange de pièces de monnaie. Ils aident alors automatiquement au repositionnement des ennemis, leur enlèvent quelques points de vie, ou redonnent de la vie à Mario.

Paper Mario : The Origami King

Contrairement à d'autres jeux remplis de "collectibles", la présence de tous ces éléments cachés s'avère plutôt agréable, et participe à la très bonne durée de vie de ce Paper Mario (comptez environ trente heures pour en voir le bout). De plus, on ne sent jamais trop perdu, car il est possible d'appeler Olivia à n'importe quel moment, afin qu'elle nous offre un précieux conseil sur l'objectif en cours et le moyen d'y parvenir. Ce personnage est d'autant plus plaisant que l'écriture générale est de très bonne qualité. Les dialogues et les situations sont souvent très drôles, multiplient les références à l'univers de Mario ou à d'autres jeux vidéo, et n'hésitent pas à briser le quatrième mur à l'occasion. Cet humour est étonnamment très efficace et trouve toujours le ton juste. Comble du bonheur, la localisation s'avère de haute volée, comme le prouve la présence régulière de jeux de mots franco-français, qui sont tout sauf le fruit d'une traduction bêtement littérale ("c'est lui le patronc" en parlant d'un arbre, "se plier en quatre", "faire plier l'ennemi", et d'autres bien meilleurs encore).


Réagir à cet article Réagir à cet article

 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
100% Excité



Autres articles

Charts France : Animal Crossing repasse devant Ghost of Tsushima, Nintendo mène la danse On est lundi, c'est donc l'heure de faire un point sur les meilleures ventes de jeux vidéo en France : surprise, c'est le hit Animal Crossing New Horizons qui remonte sur le trône... 12 | 17/08/2020, 16:14
Paper Mario The Origami King : le jeu réalise le meilleur mois de lancement de la saga ! Jolie surprise que ce Paper Mario The Origami King qui, selon un site analyste, a réalisé le meilleur mois de lancement de toute la saga. 17/08/2020, 15:52


Derniers commentaires
Par Doremon le Mardi 21 Juillet 2020, 18:33
Mr J a écrit:Un très bon jeu coloré et amusant. Les ou le précédent(s) étai(ent)déjà très bien. Les joueurs de Nintendo ont de bonnes exclues. Preuve qu'il n'y a pas besoin d'avoir d'avoir du rtx, 4k, 60fps etc... avec des effets "spéciaux " dernier cri pour avoir un bon jeu. Le savoir faire japonais sans doute.


Pour l'instant le RTX, 4K et 60fps, nous l'avons nul part, par contre le maximum de jeux de qualité en moins de temps d'existence, nous l'avons sur la Switch, et c'est une réalité.


Répondre
-
voter voter

Par Harik le Mardi 21 Juillet 2020, 11:58
Le jeu a l'air très sympa, les graphismes vraiment jolis, pourquoi pas essayer !

Répondre
-
voter voter

Par Gally le Lundi 20 Juillet 2020, 14:33
Les derniers messages de fausses meuf en chaleur : ça passe crème.

Le moindre message pas pro-PlayStation : un modo viens chialer ou fait tout simplement sauter ton commentaire.

Jeuxactu résumé en 3 lignes.


Répondre
-
voter voter

Par Décontracté le Vendredi 17 Juillet 2020, 19:12
Le jeu vidéo humoriste, Nintendo vient d'inventer un autre genre. :)

L'humour décalé et références aux univers Nintendo (pas forcément compréhensible par tous) et jeux vidéo t'esquisse un large sourire manette en mains.


Répondre
-
voter voter

Par Mr J le Vendredi 17 Juillet 2020, 13:24
Un très bon jeu coloré et amusant. Les ou le précédent(s) étai(ent)déjà très bien. Les joueurs de Nintendo ont de bonnes exclues. Preuve qu'il n'y a pas besoin d'avoir d'avoir du rtx, 4k, 60fps etc... avec des effets "spéciaux " dernier cri pour avoir un bon jeu. Le savoir faire japonais sans doute.

Répondre
-
voter voter
1

Par Garou MOTW le Vendredi 17 Juillet 2020, 7:49
Lecteur a écrit:J'ai été le récupérer hier encore.Les idées commencent à se faire rares. "IS" a tellement saturé les précédents épisodes d'idées de gameplay qu'il en est devenu difficile de rajouter.Il reste très correct pour un Paper Mario, et laisse tomber clairement quelques éléments RPG.Je prévois un 15/20 maximum pour ma part.


En même temps tu ne peux le comparer qu'aux autres épisodes étant la seule série dans son genre....


Répondre
-
voter voter

Par Lecteur le Vendredi 17 Juillet 2020, 7:24
J'ai été le récupérer hier encore.
Les idées commencent à se faire rares. "IS" a tellement saturé les précédents épisodes d'idées de gameplay qu'il en est devenu difficile de rajouter.
Il reste très correct pour un Paper Mario, et laisse tomber clairement quelques éléments RPG.
Je prévois un 15/20 maximum pour ma part.


Répondre
-
voter voter

>> Voir les 7 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*