Test également disponible sur : PC

Test Insurgency Sandstorm : un bel équilibre entre FPS arcade et jeu de tir réaliste ?

Test Insurgency Sandstorm : un bel équilibre entre FPS arcade et jeu de tir réal
La Note
note Insurgency : Sandstorm 16 20

Insurgency : Sandstorm s’avère être un excellent FPS multijoueur grâce à son mode coopératif addictif et ses modes versus classiques. Solide techniquement, avec des graphismes tout à fait honorables et un son extrêmement bien spatialisé qui permet de chasser ses cibles à l’oreille, le jeu pèche encore par des problèmes de jeunesse, comme des petits bugs et un framerate un peu instable. Avec un jeu développé par une structure indépendante, ce genre d’errements est presque inévitable, mais l’entrain du studio nous fait penser que tout ceci devrait être rapidement corrigé. Le gameplay solide et la communauté accueillante et mature devraient réussir à séduire pas mal de joueurs, surtout que le mode solo n’a toujours pas été annulé officiellement ; on s’attend donc à le voir arriver d’ici quelques mois. Finalement, seul le contenu est un peu en retrait avec seulement six maps, mais il est difficile de faire la fine bouche face au prix de vente fixé à 30€ (26,99€ en ce moment).


Les plus
  • Plutôt joli graphiquement
  • Un gameplay exigeant
  • Une I.A. affûtée
  • De vastes maps
  • Le système de points pour les armes
  • Le prix accessible (30€, en promo à 27€)
Les moins
  • Contenu faiblard
  • Optimisation PC très moyenne
  • Encore des bugs
  • Le mode solo absent


Le Test

Développée par le studio indépendant New World Interactive (composé d’anciens moddeurs qui ont fait leurs dents avec Red Orchestra, entre autres), la série Insurgency a su séduire une petite communauté grâce à son gameplay exigeant et à son approche pointue des combats. À mi-chemin entre un Call of Duty complètement arcade et un ArmA hyper rigoriste, elle s’apprivoise aisément mais demande de ne pas jouer au héros, une seule balle suffisant à nous faire sombrer dans le coma. Après un précédent épisode conçu avec le moteur Source de Valve, les développeurs sont revenus à l'Unreal Engine 4 pour nous proposer un remake du tout premier opus entièrement modernisé. Pour autant, reste-t-il toujours de la place pour un nouvel arrivant sur un marché où la concurrence est rude ? Notre verdict.


Insurgency : SandstormPour ceux qui n’ont jamais entendu parler d'Insurgency (qui est une franchise assez confidentielle, il est vrai), sachez qu’il s’agit d’un FPS multijoueur à la fois compétitif et coopératif. Pour l'aspect compétitif, le jeu dispose de trois modes : capture d’objectifs, deathmath par équipe, et prise d’objectifs sans respawn. Si l'on ne trouve rien de révolutionnaire de ce côté, le versant PvE d'Insurgency : Sandstorm jeu est bien plus exotique car il s’agit d’un des rares titres à proposer de s’emparer d’objectifs défendus par des bots. En fonction du nombre de joueurs dans l’équipe, les ennemis seront plus ou moins nombreux et les objectifs diffèreront légèrement. En effet, certains d'entre eux doivent être pris puis défendus durant un certain laps de temps face aux forces ennemies, et d’autres fois, on devra simplement faire sauter un dépôt de munitions. Plus notre équipe est nombreuse et expérimentée, plus les objectifs seront difficiles et plus les adversaires seront nombreux. D’ailleurs, on a été assez surpris par la qualité de l'I.A. qui, parfois, fait preuve d'un sens tactique particulièrement poussé. Loin d’une vague de bots débiles venant sous vos balles, le camp d'en face est capables d’identifier des menaces et de définir ses priorités. Par exemple, alors que notre team défendait un objectif, on est allé sniper un peu plus loin les renforts avant qu’ils n’entrent dans le bâtiment que l'on protégeait. Après quelques coups de feu, on a pu voir les troupes adverses faire demi-tour et éviter notre zone de tir. Mieux, on a vu débarquer des ennemis bien décidés à nous déloger de notre planque. Si l'I.A. pèche dans ses réflexes et que l’on observe toujours des comportements simples (des soldats qui passes par la même porte à la que-leu-leu, se précipitant vers la mort), le fait qu’on meure très rapidement interdit au joueur de  se prendre pour Rambo.

 

LA CLASSE À DALLAS

 

Insurgency : SandstormEn effet, même avec du kevlar lourd, une à deux balles suffisent pour mourir ; et en PVE, le respawn n’intervient que lorsqu’un nouvel objectif est atteint. Chaque décès dans l’équipe handicape donc sérieusement les chances de succès, les survivants devant alors garantir leur survie et la réussite de l’objectif. Insurgency : Sandstorm utilise toujours le système de classes éprouvé et propose 8 choix, sachant que toutes ont une limite de joueurs à part le Rifleman de base qui peut accueillir tout le monde. Le Commander va donc pouvoir demander un appui-feu très varié (artillerie, gunship, obus fumigènes, gaz sarin) grâce à ses jumelles et interdire ainsi des zones entières de la map à la circulation, où alors annihiler la résistance sur un point de capture. Une fois les coordonnées marquées, il devra faire appel aux Observateurs afin de transmettre les données au QG. Comme dans Rising Storm, ces postes ont une importance clef, et il faut que ces joueurs soient souvent ensemble pour une efficacité maximale. Le Breacher,quant à lui, va est spécialisé dans le combat urbain et dans le nettoyage de bâtiments grâce aux armes à courte portée, comme les fusils à pompes et autres SMG. Le Gunner sera la classe d’appui avec les mitrailleuses lourdes. Pour sa part, le Demolition sera équipé d'armes explosives et des lance-roquettes indispensables pour détruire les véhicules ennemis. L’Advisor est une classe un peu à part qui propose des armes spécifiques modernes et généralement plus efficaces que la moyenne à condition de savoir s’en servir. Enfin, le Sniper devra veiller sur ses potes de loin et faire la chasse au pixel qui dépasse d’un rocher. D'ailleurs, pour plus de réalisme, on précise que toute l'action se passe dans un endroit qui nous fait penser fortement au Moyen-Orient, tandis que les troupes qui s'opposent sont des insurgés locaux et des sociétés paramilitaires privées. 

 

En effet, le joueur va pouvoir choisir son équipement comme il l’entend en dépensant un pécule de points dont le total varie en fonction du mode de jeu. Chaque arme aura donc un certain prix, tout comme les accessoires et les équipements.

 

Insurgency : SandstormSi ces classes ont chacune un rôle bien défini, sachez que la différence principale réside dans le matériel qu’elles proposent. En effet, le joueur a la possibilité de choisir son équipement comme il l’entend en dépensant un pécule de points dont le total varie en fonction du mode de jeu. Chaque arme aura donc un certain prix, tout comme les accessoires et les équipements. Si vous souhaitez vous procurer le dernier fusil d’assaut équipé du plus gros chargeur, d’une optique de folie, de poignées et de lasers, il va donc falloir rogner sur autre chose, comme les grenades, l’arme secondaire ou bien votre protection. L’équipement de votre soldat est donc une affaire de compromis, et on fait souvent des erreurs avant d’apprendre à faire les bons choix. Chaque map proposant une topographie différente, il faudra du coup choisir attentivement son matériel pour être le plus efficace possible. Par exemple, aucun intérêt de prendre une optique avec un zoom dans une map principalement urbaine. De même, un sniper devra de préférence privilégier son arme secondaire (afin de se défendre) aux dépens des grenades dont l’utilité est discutable lorsqu’on se bat à longue distance. De plus, chaque mode ayant son quota de points propres, les choix seront plus ou moins cornéliens. En PvE, on pourra globalement s’équiper à fond, tandis que l’équipement sera nettement plus chiche en PvP et surtout dans les matchs classés. Ceci oblige donc les joueurs à se diversifier et à ne pas se contenter d’être un pro avec une seule et même pétoire. La maitrise des armes est d’ailleurs relativement aisée puisque la ballistique est très permissive. On ne constate que très peu de bullet drop, et le vent n’a aucune incidence sur un tir, même de loin. En revanche, le recul des armes sera une donnée bien plus importante, surtout qu’il peut être modifié voire contenu avec certains accessoires.

 

TOO NAKMA NOYA SOLO !

 

Insurgency : SandstormAu niveau du gameplay, les sensations de tir sont très bonnes, avec plusieurs petites spécificités à l’image du rechargement rapide. En rechargeant normalement, votre soldat enlèvera le chargeur, puis le rangera dans son gilet avant d’en mettre un second ; ce qui est lent, mais qui permet de conserver les munitions restantes dans le vieux magasin. En double cliquant sur la commande, on peut effectuer une action plus rapide, où notre soldat jettera alors son vieux chargeur à terre, perdant au passage les munitions qu’il contient. Or, les cartouches sont précieuses dans Insurgency : Sandstorm, car en dehors de quelques caisses disponibles sur un temps très limité, il sera impossible de se réapprovisionner. Pour l’instant, le jeu pêche un peu par le contenu puisqu’on ne dénombre que six map, même si ces dernières ont une taille plus que respectable. En effet, chaque carte propose un environnement différent (village de montagne, village dans une vallée, raffinerie de pétrole, grande ville) et suffisamment de surface pour qu’il faille y passer un bon moment avant d’en connaître tous les recoins. On doit également mentionner qu’un mode solo était initialement prévu, et qu’aux dernières nouvelles, les développeurs ne l’ont pas complètement abandonné mais juste repoussé afin de pouvoir tenir les délais de sortie. Une fois le contenu actuel peaufiné, les derniers bugs supprimés et l’optimisation PC améliorée (le jeu rame par moment, surtout lors des supports aériens, ce qui fait s’effondrer le framerate), on espère donc que New World Interactive se penchera réellement dessus. Pour rappel, ce dernier devait nous glisser dans la peau d’un soldat accompagnant une rebelle irakienne. Cette campagne solo devrait pouvoir être jouée en multijoueur jusqu’à quatre.


Réagir à cet article Réagir à cet article

 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
100% Joyeux



Autres articles

Insurgency Sandstorm sort aujourd'hui sur PC, voilà le trailer de lancement Insurgency : Sandstorm débarque aujourd'hui sur PC, ce qui explique pourquoi Focus Home Interactive nous a fait parvenir le trailer de lancement du jeu. 12/12/2018, 15:32
Insurgency Sandstorm : la sortie du jeu est repoussée de plusieurs mois ! Mauvaise nouvelle pour les fans qui attendaient Insurgency Sandstorm de pied ferme, car le studio de développement vient d'annoncer via Tweeter que la sortie était repoussée de plusieurs mois afin de peaufiner le jeu. 11/09/2018, 18:04


Derniers commentaires
>> Soyez le premier à donner votre avis


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*