Test également disponible sur : PS5 - XBOX Series X

Test Devil May Cry 5 Special Edition : l'expérience est-elle vraiment next gen' sur PS5 et Xbox Series X ?

Test Devil May Cry 5 Special Edition : aucune différence sur PS5 et Xbox SX ?
La Note
note Devil May Cry 5 : Special Edition 17 20
Avec cette Special Edition, Capcom joue la carte de l’efficacité au détriment de l’originalité : le mode de difficulté Légendaire Chevalier Sombre s’avère toujours aussi fun tandis que Vergil propose un gameplayl approfondi absolument dément, à défaut de proposer beaucoup de nouveautés. Une nouvelle fois, Capcom élève le statut de son hit et en fait définitivement l’un des meilleurs jeux d’action jamais conçus, s’appuyant d’un gameplay à la diversité folle, à la précision redoutable et à la profondeur démoniaque. Et si le ray-tracing n’est clairement pas un atout primordial, faisant en plus baisser le nombre d’images de seconde, l’aventure n’en demeure pas moins sublime et propose une expérience brute de décoffrage qui vaut sincèrement le détour. Attention, nous n’oublions pas pour autant ce qui n’allait pas dans le jeu d’origine, ni le manque à gagner de cette mouture next gen' (aucun costume, aucun contenu scénaristique supplémentaire sans parler d’un mode coop’ aux abonnés absents), mais en s’amputant déjà des temps de chargements, le jeu peut alors se concentrer pleinement sur ce qu’il sait faire de mieux : des combats encore plus percutants ainsi qu’un sens du style unique, formant une très bonne promesse pour concocter un Devil May Cry 6 proche de la perfection. Allez, on y croit.

Les plus
  • Vergil, définitivement un monstre de puissance agréable à prendre en main
  • Le jeu est toujours aussi beau, si ce n'est plus
  • Le gameplay était déjà varié, précis et jouissif, mais c'est là une consécration
  • Des temps de chargement vraiment minimes, un bonheur
  • Un framerate fluide et stable, pouvant aller jusqu'à 120FPS
  • Le mode Légendaire Chevalier Sombre, quel plaisir de taper dans le tas
Les moins
  • On aurait aimé plus de nouveautés pour Vergil
  • TOUJOURS AUCUNE TENUE NI BONUS, on ne sent pas récompensé
  • Aucun contenu scénarisé supplémentaire, c'est vraiment dommage
  • Toujours pas de mode coop'
  • En fait, on aurait aimé vraiment plus de contenus originaux
  • Le ray-tracing, finalement assez minime


Le Test
Au début de l’année 2019, Capcom sortait avec audace Devil May Cry 5, onze ans après un prédécesseur qui n’aura pas su se faire remplacer par le reboot de Ninja Theory, publié en 2013. Un pari risqué puisque l’on parle là de ressusciter une franchise dormant depuis plus d’une décennie, à l’aura brillante mais s’adressant néanmoins à un public exigeant, voire impitoyable : fort heureusement, le jeu fut bon, sacrément bon même puisque considéré désormais comme l’un des meilleurs beat them all jamais conçus. D’ailleurs, le titre a même remporté le prix du Meilleur Jeu d’Action aux Game Awards, c’est dire ! Et comme tout bon Devil May Cry qui se respecte, Capcom n’allait pas rester les bras croisés et s’est rapidement attelé à la confection d’une Special Edition, une version améliorée et enrichie de son fameux hit. Pour le coup, cette mouture inédite en profite pour empoigner la next-gen - elle ne se propose d’ailleurs que sur PS5 et Xbox Series X, au grand dam du PC, de la PS4 et de la Xbox One - à grand-coup de ray-tracing et de fils de Sparda énervés. Tenons-nous là l’ultime aventure de Capcom ?

Tout d’abord, avant de commencer concrètement cette analyse, tâchons de remettre les points sur les i : votre journaliste ici présent étant un (grand) amateur de la saga, cette dernière l’ayant motivé à plonger corps et âme dans le Dixième Art étant bambin jusqu’à en faire son métier, vous pourrez retrouver le test ultra-complet, détaillé et sans langue de bois de la version originale de Devil May Cry 5 à cette adresse. Une épopée attendue comme le messie mais néanmoins imparfaite : il paraitrait utile, si vous ne connaissez nullement la franchise ou cet épisode, d’aller y faire un tour pour mieux cerner l’un des bébés les plus attentionnés de la firme d’Osaka. De facto, dans cet article, nous passerons en revue de façon allégée les facettes originelles du jeu, de manière à mieux se concentrer sur les nouveautés croustillantes de cette Special Edition. Voilà, vous êtes prévenus. 




La Special Edition des Devil May Cry, c’est un peu une tradition depuis son initiation avec le troisième opus, sortie en 2005. Celle-ci rajoutait Vergil, le frère jumeau de Dante et l’un des antagonistes principaux de toute la série, en tant que personnage jouable ainsi qu’un mode Turbo, accélérant la vitesse de jeu de 20%. Pour Devil May Cry 4, survenu en 2008, Capcom aura largement pris son temps puisque sa Special Edition n’aura débarqué qu’en 2015, octroyant les mêmes bonus que cités précédemment avec, toutefois, quelques nouveautés comme Lady et Trish jouables, en plus du nouveau mode de difficulté Légendaire Chevalier Sombre. Pour Devil May Cry 5, le réalisateur Hideaki Itsuno et son équipe auront repris la même formule, avec des éléments en moins (Lady et Trish disparaissent de la circulation) et d’autres en plus (comme du ray-tracing). Une recette efficace mais aussi un peu fainéante. 

Devil May Cry 5 : Special Edition


A STORM IS APPROACHING


Car le moins que l’on puisse dire, c’est que les développeurs n’ont pas vraiment pris de risque. Le plus gros atout de cette réédition réside en la personne de Vergil, de nouveau jouable, dont la plupart des mouvements découlent directement des précédents jeux. On retrouve alors son stylé basé sur la téléportation, son katana Yamato, les gantelets Beowulf et la Mirage Edge (anciennement Force Edge, ici sous forme spectrale pour des raisons scénaristiques). Refusant d’utiliser des armes à feu, Vergil se sert alors des Mirages Blades pour attaquer à distance, chose qui ne requiert pas d’animation et dont il pourra user en plein combo. C’est surtout du côté du Devil Trigger, la transformation en démon, que les choses ont un peu changé puisqu’en appuyant sur la touche dédiée, notre fils de Sparda se dédoublera momentanément (le Doppleganger) au lieu d’adopter pleinement son apparence démoniaque. Non, pour cela, il faudra passer par la barre de Sin Devil Trigger, qui peut-être remplie en transférant son énergie servant, à la base, au Doppleganger. Si ces derniers mots sont du chinois pour vous, sachez que ce système s’apparente à celui de Dante dans la version originale et qu’il vient apporter encore plus de profondeur à un gameplay déjà sensationnel. 

Devil May Cry 5 : Special Edition


Si l’on ajoute Vergil aux styles très différents de Dante, Nero et V, pas de doute : Devil May Cry 5 Special Edition propose l’un des gameplay les plus solides et intelligents de tout le jeu vidéo.


Inutile de mâcher nos mots, une nouvelle fois, Vergil s’impose comme un personnage au gameplay extravagant. Et oui, il fait terriblement mouche. Pourtant, on peut se plaindre de ne pas avoir d’armes supplémentaires, la très grosse majorité des attaques et combos étant repris directement des anciens jeux (ou de son combat en tant que boss dans Devil May Cry 5) : c’est à la fois une force, puisque l’on retrouvera très vite ses marques, et une faiblesse évidente puisqu’il ne bénéficie pas de la même fraîcheur que Dante ou Nero dans le jeu de base. Toutefois, on notera quelques nouveaux coups très intéressants - la possibilité de se dédoubler en V, notamment - qui forment un ensemble merveilleusement pertinent : Vergil est un monstre absolu de puissance dont le plaisir de jeu est sincèrement formidable. Une nouvelle fois encore, Capcom montre qu’il sait prendre aux tripes en matière d’action et proposer un gameplay aussi jouissif que profond. Si l’on ajoute ainsi Vergil aux styles très différents de Dante, Nero et V (ce dernier faisant preuve d’une originalité étonnante, on le rappelle), pas de doute : Devil May Cry 5 Special Edition propose l’un des gameplay les plus solides et intelligents de tout le jeu vidéo. Et cela ne dépend pas que des combos ou de ce système de notes, mais bien d’un tas d’autres éléments comme un large bestiaire aux patterns à mémoriser, ou de cette capacité à s’adapter de façon ultra-précise face à telle type de situation. Plus que jamais, donc, cet opus montre qui est le patron en termes de gameplay d’action et sensations brutes. Et c’est lui, pas de doute. 

Devil May Cry 5 : Special Edition


Pourtant, tout n’est pas parfait et les défauts du jeu original sont toujours là : la direction artistique est en dent de scie (se répétant en plus affreusement), l’écriture a de grosses faiblesses et l’histoire ne résout toujours pas certains problèmes : d’ailleurs, les deux cinématiques inédites de Vergil, incluses dans cette Special Edition, n’apportent absolument rien alors qu’elles auraient pu apporter plus de matière au récit, soit ce que l’on attendait précisément. Car oui, tenez-le-vous pour dit mais faire le jeu avec Vergil se traduit par refaire l’aventure de base, et donc risquer aussi la lassitude : là où il y avait trois personnages pour construire la campagne, il n’y en aura donc plus qu’un, et là où il y a avait plus de deux heures de cinématiques, il n’y en aura ici quasi-plus du tout. On est très loin de l’extension rêvée par les fans (une chose, au final, que seul Ninja Theory avait fait pour son DmC Devil May Cry), et aucun mode coop’ n’est donc plus à déclarer. Si vous lancez donc Devil May Cry pour la première fois, veuillez donc commencer l’histoire avec Nero pour ne pas vous gâcher un quelconque plaisir. 

Devil May Cry 5 : Special Edition


JUDGEMENT CUT


Toujours du côté du contenu supplémentaire, cette Special Edition se plait à rajouter le mode Légendaire Chevalier Sombre, introduit avec Devil May Cry 4. Ici, on parle de niveaux avec un nombre d’ennemis décuplés, transformant presque le jeu en mûso : c’est toujours aussi délirant, brutal et totalement jouissif. On y perd aussi un peu la finesse du gameplay et la visibilité en prend un coup, mais il faut surtout prendre ce mode comme un bonus, voire comme un plaisir coupable. Hélas, c’est un peu tout ce que l’on pourra se mettre sous la dent en termes d’ajouts (hormis ceux techniques, que nous aborderons juste après). Et c’est clairement là que le bât blesse : par exemple, Capcom n’a aucunement gommé l’un des défauts de Devil May Cry 5, à savoir le manque de récompenses. Le titre misant énormément sur le scoring et étant parfois très exigeant, il y a de quoi pleurer quand on voit qu’aucun costume n’est à déclarer, là où tous les précédents jeux nous avaient régalé et nous donnaient au moins un petit quelque chose une fois l’aventure terminée dans un mode de difficulté précis. Mais ici, hormis des variantes de couleurs (et encore, rien de neuf à l’horizon) et les Super Costumes (donnant accès au Devil Trigger illimité), rien, nada, pas une petite tenue à croquer ou une arme supplémentaire. C’est quand-même fichtrement dommage, surtout quand on sait le plaisir qu’ont eu les développeurs à fournir une grosse quantité de fan-service et de références aux anciens DMC. Carton jaune, Capcom. 

Devil May Cry 5 : Special Edition


Enfin, cette Special Edition ne sortant uniquement que sur PS5 et Xbox Series X, c’était l’occasion pour le beat them all d’en profiter et de tirer parti de ces nouvelles ressources. Cela se traduit donc par l’arrivée du ray tracing en 4K, option graphique très à la mode pour cette nouvelle génération qui permet, on le rappelle, la gestion de la lumière en temps réel avec notamment des reflets réalistes. Pour Devil May Cry 5, nous n’avons pas été particulièrement sidérés par cette feature technologique : on gagne effectivement un peu en crédibilité mais on perd en nombre d’images par seconde. Et surtout, le jeu étant, d’origine, particulièrement beau grâce à une très bonne utilisation du RE Engine (le moteur de Capcom apparu avec Resident Evil 7), les différences sont finalement peu flagrantes. Heureusement, même rabaissé, le framerate se veut toujours solide : on pourra toujours opter pour du ray-tracing avec un affichage en 1080p - l’idéal pour les personnes ne possédant pas d’écran 4K - un combo 4K/60FPS sans ray-tracing (qui fera très, très bien l’affaire) ou un autre en 120FPS sans ray-tracing (attention, il faut avoir la TV adaptée). On ne le répètera jamais assez mais Devil May Cry 5 fait sans doute partie des jeux les plus beaux de la désormais ancienne génération : un an et demi plus tard, il est toujours sublime et donc embelli sur consoles next-gen.

Devil May Cry 5 : Special Edition

On aurait aimé qu’il le soit davantage, mais nous n’avons pas vraiment à nous plaindre non plus. Notons l’utilisation (modérée) de la DualSense, la fameuse manette de la PS5 : les retours haptiques sont satisfaisants mais pas bluffant tandis que les gâchettes adaptatives sont finalement discrètes. Pour le coup, Capcom n’y est pas vraiment pour grand-chose puisque R2 et L2 servent surtout à changer d’armes, ce qui ne requiert pas de résistance précise. Toutefois, l’utilisation de la jauge Exceed pour Nero, servant à enflammer son épée en tournant son manche comme une poignée de moto, rend particulièrement bien manette en main. C’est toujours ça de pris. Pour terminer, Devil May Cry 5 Special Edition installe une ergonomie sans précédent pour le jeu : on entend par là qu’il n’y a quasiment plus aucun temps de chargement… et vous n’imaginez pas le bonheur que c’est, surtout quand la version PS4 en était truffée pour tout et n’importe quoi jusqu’à rendre l’expérience parfois indigeste. Ici, on virevolte ainsi d’une mission ou d’un menu à l’autre en quelques secondes et il s’agit d’un confort diabolique. On approuve totalement. 


Réagir à cet article Réagir à cet article

 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
100% Joyeux



Autres articles

Top & Flop 2020 de JEUXACTU, l'année de la désillusion, mais le GOTY est unanime ! Nous sommes le 31 décembre et comme chaque année, à cette date précise, toute l'équipe de JEUXACTU se plie à l'exercice du douloureux Top et Flop de l'année. On vous fait d'ailleurs quelques révélations. 8 | 31/12/2020, 17:00
Devil May Cry 5 Special Edition : un trailer de lancement aussi explosif que complet L'aventure ténébreuse de Dante, Nero et V revient sous la forme d'une Special Edition : en voici le trailer de lancement et celui-ci donne clairement l'eau à la bouche. 2 | 10/11/2020, 11:14


Derniers commentaires
Par forzakorea le Mardi 24 Novembre 2020, 16:11

likeSmall 130
Je testerai ça d occasion a moins de 20 balles

Répondre
-
voter voter

Par Deux Mondes le Mardi 24 Novembre 2020, 14:13
Des jeux testés et notés pour une utilisation sur du matériel compatible 60/120fps/4K/HDR. Comme si vos lecteurs sont tous concernés.

Répondre
-
voter voter
1

Par batmanmania le Mardi 24 Novembre 2020, 12:07

likeSmall 2272
J'espère que cette extension ne coûte pas 40 euros, ça sera abusé sinon.

Répondre
-
voter voter

>> Voir les 3 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*