Test également disponible sur : PC - Xbox One - PS4

Test The Division 2 : on prend les mêmes et on recommence ? sur PC

Test The Division 2 : on prend les mêmes et on recommence ?
La Note
note Tom Clancy's The Division 2 16 20
Avec six studios Ubisoft à la manœuvre, The Division 2 est une grosse machine bien huilée, qui profite de l'expérience acquise sur le premier volet. Le résultat de tout ce travail ? Un excellent looter shooter, qui propose une intelligence artificielle très correcte, beaucoup de contenu (y compris en endgame) et une table de loot généreuse qui incite à la persévérance. Le tout en faisant l'impasse sur tout bug majeur ou autre souci technique réellement handicapant. Efficace et très bien calibrée, cette grosse production pourra tout de même se voir reprocher un certain manque d'âme, une répétitivité inhérente au genre, et un contexte réaliste qui limite forcément l'imagination des développeurs.

Les plus
  • Enormément de contenu…
  • ... y compris en endgame !
  • Une table de loot bien fichue
  • Une intelligence artificielle globalement convaincante
  • Des environnements très détaillés
  • Une finition supérieure à celle de la concurrence
Les moins
  • L'aspect "The Division 1.5", malgré les efforts
  • Les sacs à PV sont toujours présents
  • Scénario basique
  • Visages guère convaincants
  • Héros muet
  • Un certain manque d'âme


Le Test
Un mois après la sortie d'Anthem et quelques jours avant l'annonce de Borderlands 3, c'est The Division 2 qui vient faire de l’œil aux amateurs de looters shooters. Développée par Massive Entertainement, Ubisoft Reflections, Red Storm Entertainement, Ubisoft Annecy, Ubisoft Leamington et Ubisoft Sofia (rien que ça !), cette très grosse production reprend les bases du premier volet et nous propose une expérience plus riche et plus aboutie, mais qui ne sort jamais réellement des sentiers battus.

Tom Clancy s The Division 2Sept mois se sont écoulés depuis les événements de The Division. La variole hardcore qui s'était propagée à New-York via les billets de banque touche dorénavant la capitale américaine. Si Washington DC au printemps n'est pas aussi iconique que la Grosse Pomme sous la neige pour nous autres européens, le travail effectué sur les environnements reste très impressionnant. L'ambiance post-catastrophe est parfaitement retranscrite à travers les bâtiments abandonnés, les vitres brisées et les milliers de débris qui jonchent le sol. La nature commence même à reprendre ses droits, puisque l'on peut apercevoir quelques animaux errants dans les rues, et pas mal de végétation au milieu du béton. Bref, la direction artistique est excellente, les environnements intérieurs comme extérieurs sont extrêmement détaillés, et le moteur graphique est suffisamment puissant pour afficher tout cela de manière convaincante et fluide. En revanche, lors des scènes cinématiques, les visages de la plupart des personnages souffrent d'animations imparfaites. Ajoutez à cela un scénario paramilitaire basique, ainsi qu'un héros totalement muet qui vient flinguer l'immersion dès qu'un interlocuteur s'adresse à lui, et vous comprendrez rapidement que The Division 2 ne doit absolument pas être abordé comme une aventure solo. Il s'agit d'un pur looter shooter, et ce sont donc le gameplay et le confort de jeu qui ont le plus retenu l'attention des développeurs. Ainsi, le monde se parcourt sans temps de chargement (coucou Anthem…), il est très facile de trouver des partenaires sur le pouce et, d'une manière générale, aucun bug majeur ou souci technique important ne vient entacher l'expérience de jeu. Dès son lancement, The Division 2 sort dans un très bon état de finition, ce qui est loin d'être le cas de tous les "games as a service". On sent bien que l'expérience, acquise sur le premier épisode et les salutaires mises à jour auxquelles il a eu droit ces dernières années, a été mise à profit pour proposer d'emblée aux joueurs un titre très solide.

 

TERRE INCONNUE OU TERRAIN CONNU ?


Tom Clancy s The Division 2En contrepartie, il faut bien reconnaître que le jeu n'innove pas énormément par rapport au précédent volet. Le mot d'ordre des développeurs était clairement de peaufiner au maximum l'expérience plutôt que de la révolutionner. Dans ces conditions, impossible d'échapper au syndrome "The Division 1.5", même si de réels efforts ont été faits pour diversifier au maximum les activités (dans les limites de ce que le genre codifié et l'univers réaliste permettent). En parallèle du gameplay basé sur les éléments de couvertures et des nombreux gadgets  à débloquer (drones, tourelles, mines téléguidées…), on trouve ainsi pêle-mêle des missions principales, des missions annexes, des points de contrôle à capturer, des patrouilles ennemies à affronter, des patrouilles alliées à accompagner, des otages à libérer, de la diffusion de propagande à désactiver, des échos du passé à découvrir, des ressources à collectionner, des armes à démanteler, des objets à fabriquer, des planques à libérer, et une base d'opérations principale à améliorer. Au passage, cette dernière n'est autre que la Maison-Blanche elle-même ! Il y a donc de quoi faire même si, au fil des heures, une certaine répétitivité se fait jour inéluctablement. Surtout qu'on retrouve le problème des "sacs à PV" qui avait perturbé certains joueurs du premier épisode. Qu'il faille plusieurs balles pour abattre un ennemi, rien de plus normal dans un jeu qui brandit la carotte du loot. Si tous les flingues permettaient de tuer en un coup, la course à l'armement n'aurait plus lieu d'être. Mais dans un univers réaliste, voir un humain recevoir plusieurs headshots sans broncher pose un problème de dissonance. Pour remédier à cela, The Division 2 nous propose des boss et mini-boss munis d'armures que l'on peut faire tomber morceau par morceau. En visant toujours au même endroit on peut ainsi atteindre une zone vulnérable plus facilement et plus rapidement. C'est une bonne chose, mais avec une arme obsolète il vous faudra toujours vider de nombreux chargeurs pour descendre le moindre ennemi de base...

 

Avec six studios Ubisoft à la manœuvre, The Division 2 est une grosse machine bien huilée, qui profite de l'expérience acquise sur le premier volet.


Tom Clancy s The Division 2Heureusement, la table de loot est de très bonne facture. Les armes et autres pièces d'équipement sont réparties sur sept niveaux de qualité différents, et le taux de drop est suffisamment élevé pour motiver en permanence les joueurs. The Division 2 semble avoir trouvé le juste milieu entre "loot shower" abusive et rareté trop importante donc frustrante. On a toujours envie de jouer dix minutes de plus en espérant tomber sur une arme légendaire, et lorsque c'est le cas, on a envie de l'essayer immédiatement, et donc de continuer à jouer. Bref, l'addiction typique des looters shooters et des Diablo-like répond à l'appel. Le titre d'Ubisoft brille également par une intelligence artificielle globalement très convaincante. En effet, les ennemis se repositionnent régulièrement et cherchent souvent à nous prendre à revers. Ce qui n'empêche pas de temps à autre d'assister à des comportements nettement plus discutables, comme lorsque les soldats grimpent les uns après les autres à une échelle pour se faire systématiquement cueillir à l'arrivée. Mais d'une manière générale, l'IA donne le change et oblige les joueurs à rester en permanence sur leurs gardes et à changer souvent d'abri. Les affrontements sont donc dynamiques à souhait, et évitent l'aspect trop statique qui nuit à beaucoup de TPS basés sur une mécanique de couverture. Et c'est tant mieux, car il faut de longues heures avant de terminer la campagne. Comptez donc entre trente et quarante heures pour visiter l'ensemble de la carte, boucler la plupart des missions et atteindre le niveau maximal fixé à 30. Et même arrivé à ce stade, vous n'en aurez pas fini avec The Division 2, qui propose dès sa sortie un contenu endgame riche. Après le maigrelet Anthem (qui brille tout de même par son gameplay, ne l'oublions jamais), ça fait sacrément du bien !

 

ON PREND LES MÊMES ET ON RECOMMENCE ?


Tom Clancy s The Division 2Ainsi, vous pourrez poursuivre les combats en adoptant une spécialisation à choisir parmi trois. Sniper, Démolisseur et Survivaliste possèdent chacun un arbre de talents particulier, ainsi qu'une arme signature (fusil sniper, lance-grenades ou arbalète). Par ailleurs, le sentiment de progression dans le jeu est entretenu par la présence de forteresses à prendre d'assaut, tandis que l'invasion de la map par une nouvelle faction renouvelle l'envie de combattre. Les soldats de la Black Tusk sont équipés des dernières technologies, et ils n'hésitent pas à occuper les points de contrôle ou les planques que vous pensiez avoir fait définitivement vôtres auparavant. Le jeu propose également un système de cibles prioritaires afin de donner toujours plus de grain à moudre au joueur. Mais ce n'est pas tout ! Vous pouvez aussi compter sur un mode PvP normalisé, appelé Conflit, qui vous permet d'affronter d'autres joueurs dans différents modes classiques (Match à mort et Domination pour le moment). Naturellement, la Dark Zone de The Division fait également son retour. On a même droits à trois zones différentes cette fois, chacune d'entre elles offrant un terrain de jeu particulier. Quant à ceux que le PvP laisserait de marbre, ils peuvent compter sur les trois contenus téléchargeables gratuits prévus pour l'année à venir. Le premier nous baladera dans la banlieue de Washington DC, tandis que le second nous emmènera carrément au Pentagone (aucune information n'a encore filtré concernant le troisième DLC). Plus généreux qu'à l'accoutumée, Ubisoft n'a tout de même pas oublié de proposer des micro-transactions et d'imposer une connexion obligatoire permanente, évidemment. Au final, The Division 2 apparaît comme une production très bien ficelée., qui ne pèche réellement que par son univers réaliste, qui empêche toute véritable fantaisie, son manque d'innovations par rapport au précédent volet, et un certain manque d'âme qu'on ne peut s'empêcher de remarquer. Le blockbuster par excellence !


Réagir à cet article Réagir à cet article

 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
100% Joyeux



Autres articles

The Division 2 : les ventes de versions PC sur Uplay ont été multipliées par 10 Le choix d'Ubisoft de faire l'impasse sur Steam au profit de l'Epic Store semble avoir eu un effet pour le moins inattendu, à savoir une explosion des ventes sur la plateforme Uplay d'Ubisoft. 16/05/2019, 11:16
The Division 2 : dès demain, le 1er raid à 8 joueurs sera opérationnel, un trailer de présentation Les adeptes de The Division 2 seront certainement intéressés d'apprendre que dès demain, ils pourront profiter du premier raid à 8 joueurs de l'histoire de la série. 15/05/2019, 11:20


Derniers commentaires
Par Kok0 le Samedi 23 Mars 2019, 16:15

likeSmall 28
Coté points négatifs on peut aussi rajouter que Massive & Ubisoft n'ont toujours pas de solutions contre les cronus & cronus max, qui sont des plaies pour les joueurs.
Et c'est vraiment problématique pour ce genre de jeu.


Répondre
-
voter voter

Par Schmilblik le Mardi 19 Mars 2019, 14:02
Je serais curieux de savoir ce qu'attendent les gens pour considerer ce jeux comme un Division 2 et non pas un 1.5 ou un DLC payant du 1 ?
Environnement complétement différent, refonte du gameplay avec armes exotique et nombreux nouveaux gadgets, histoire différente (n'oubliez pas les enregistrements audio et autres).
Non vraiment je ne comprends pas... il aurait peut être fallu en faire un puzzle game.


Répondre
-
voter voter

Par Bob-LE-bob le Lundi 18 Mars 2019, 21:15

likeSmall 137
Un jeu sans bugs dès sa sortie ? Pas de pay to win ? Une finition complète ?...j'acheterai le jeu maintenant juste pour encourager ce genre de politique de vente.

Répondre
-
voter voter

Par Issède le Lundi 18 Mars 2019, 19:14
Lyster a écrit:Excusez moi si je me trompe, mais pourquoi j'ai l'impression que la note est quelque peu élevé par rapport au nombre de points négatifs ?

Ce sont des points assez mineurs pour la plupart.
"Les sacs à PV sont toujours présents", c'est le genre qui veut ça, TD2 reste un RPG.
"Scénario basique
Visages guère convaincants
Héros muet"
Les 3 là ne changent quasiment rien à l'expérience de jeu, la plupart des joueurs sont là pour le loot, pas pour l'histoire.


Répondre
-
voter voter

Par Lyster le Lundi 18 Mars 2019, 16:35
Excusez moi si je me trompe, mais pourquoi j'ai l'impression que la note est quelque peu élevé par rapport au nombre de points négatifs ?

Répondre
-
voter voter
2

>> Voir les 5 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*