Test également disponible sur : PC

Test Song of Horror : mi-aventure, mi-survival horror, 100% flippant !

Test Song of Horror : mi-aventure, mi-survival horror, 100% flippant !
La Note
note Song of Horror 15 20
Impossible de le nier, Song of Horror constitue une bonne surprise. Même si le système de caméra non contrôlable n'a rien de très moderne, l'hommage aux survival d'horror d'antan est réussi. L'ambiance angoissante à souhait, la Présence au comportement imprévisible et la bande-son justement dosée assurent des coups de flippe et des sursauts réguliers. Le concept de personnages multiples et de mort permanente fonctionne quant à lui très bien. Les deux épisodes actuellement disponibles sont encourageants pour la suite, mais la nature épisodique de l'aventure reste un pari sur l'avenir. Heureusement il est possible d'acquérir le premier volet indépendamment des autres pour seulement huit euros. Voilà qui est rassurant d'un point de vue financier… mais qui ne vous empêchera pas de faire des bonds lorsque la Présence viendra se manifester !

Les plus
  • Une ambiance bien flippante
  • La Présence, un ennemi réussi
  • Des jumpscares relativement subtils
  • La mort permanente des personnages
  • Les graphismes et la bande-son assurent
Les moins
  • Déplacements un poil raides
  • Manque d'animation des visages
  • Système de caméra daté
  • L'incertitude épisodique


Le Test
Développé par Protocol Games, un studio indépendant espagnol au CV relativement vide, Song of Horror a été pensé comme un "survival horror cinématique à la troisième personne" par ses créateurs. Ils auraient pu rajouter le mot épisodique dans l'équation, puisque l'aventure est débitée en cinq tronçons, qui nous seront régulièrement délivrés jusqu'en mars 2020. Seuls dans le noir et n'écoutant que notre courage, nous avons commencé à visiter pour vous un manoir très inquiétant, malgré la présence d'un résident manifestement maléfique...

Song of HorrorFormat épisodique oblige, il est impossible de se prononcer sur la totalité de l'aventure, qui ne sera terminée qu'en mars prochain. Mais deux épisodes sur cinq sont tout même disponibles en ce jour de lancement, ce qui permet déjà de se faire une bonne idée du jeu. Le fil rouge paraît être une mystérieuse et dangereuse boîte à musique, tandis que chaque épisode semble destiné à nous faire visiter un lieu différent. Le premier nous amène ainsi à fouiller un manoir, tandis que le second utilise un magasin d'antiquités comme décor principal. Le scénario semble faire habilement le lien entre les différents lieux et personnages, l'antiquaire étant par exemple la personne ayant envoyé la boîte à musique au propriétaire du manoir. Mais avant de découvrir tout cela, le jeu nous propose un petit prélude en guise de tutoriel. On commence par choisir un mode de difficulté parmi trois, habilement nommés M.R. James, Edgar Allan Poe et H.P. Lovecraft, en référence aux auteurs ayant manifestement inspiré les développeurs. Puis vient un message nous préconisant de jouer à la manette et au casque, afin de renforcer l'immersion...et l'efficacité des jumpscares.

L'ambiance angoissante à souhait, la Présence au comportement imprévisible et la bande-son justement dosée assurent des coups de flippe et des sursauts réguliers.


Song of HorrorLe prologue nous place dans la peau de Daniel Noyer, un employé de la maison d'édition Wake Publishing chargé par son supérieur d'aller prendre des nouvelles de Sébastian P. Husher, un auteur à succès qui ne donne plus signe de vie depuis quelques jours. Daniel se rend donc dans le manoir Husher, fouille les différentes pièces et finit par découvrir une étrange porte entourée d'inquiétantes traces noires. Il entre et la porte se referme derrière lui... avant de disparaître purement et simplement du mur qui la supportait quelques instants auparavant. Nous voici donc maintenant avec deux disparus sur les bras, et l'aventure peut enfin véritablement commencer. Le joueur doit alors choisir parmi quatre personnages lequel il préfère incarner. Qu'il s'agisse de Sophie, l'ex-femme de Daniel, d'Alexander, le domestique de l'écrivain, d'Etienne, le superviseur de Daniel, ou d'Alina, qui travaille pour la société de sécurité ayant installé une alarme au manoir, tous ces héros en devenir ont une bonne raison d'aller visiter le manoir.

 

SEUL DANS LE NOIR


Song of HorrorLorsqu'on débarque dans la demeure, on pense inévitablement à Alone in the Dark et Resident Evil. Non seulement à cause de l'inquiétante bâtisse, mais aussi en raison du système de caméra retenu. Comme un hommage aux années 90, Song of Horror nous propose en effet essentiellement des plans fixes, dans lesquels on peut plus ou moins librement déplacer notre personnage. Ce principe est clairement daté et, ici comme ailleurs, il va de pair avec des déplacements assez raides et une petite frustration due à impossibilité de contrôler la caméra virtuelle. Heureusement on s'y (re)fait vite, et ce système permet aux développeurs de garder un contrôle total sur la mise en scène. De plus, le jeu gère correctement les changements de scènes, et donc d'angles, le personnage n'ayant pas tendance à faire demi-tour sans qu'on le souhaite (coucou Heavy Rain...) De manière classique, le stick gauche permet de déplacer le héros, tandis que le stick droit sert à diriger son regard. Les zones interactives sont indiquées par des petits losanges blancs très discrets, qui ne viennent jamais ruiner l'ambiance et l'immersion.


Song of HorrorChaque personnage possède une source de lumière spécifique (bougie, briquet, lampe-torche...) mais toujours inépuisable. Il ne faut donc pas hésiter à la laisser allumée en permanence, les jeux d'ombre et de lumière étant d'ailleurs fort bien réalisés. D'une manière générale, les graphismes sont de très bonne facture. Qu'il s'agisse des décors extrêmement détaillés, des couleurs judicieusement choisies ou des effets spéciaux, il n'y a rien à redire. Seul le caractère figé des visages des héros jure un peu en 2019. Point crucial pour un jeu d'horreur : la bande-son s'avère parfaitement à la hauteur. Musique lugubre, craquements, murmures, pleurs, et autres cris perturbants sont parfaitement dosés. Malgré son statut de "petit jeu indépendant", Song of horror se permet même quelques raffinements bienvenus, comme la gestion de la physique sur les tissus lorsqu'on observe de près un objet de l'inventaire.

 

UNE PRESENCE PAS TRES RASSURANTE...


Song of HorrorComme dans un jeu d'aventure traditionnel, il vous faudra en effet récupérer des objets, les combiner entre eux, et les utiliser à certains endroits afin de débloquer différents chemins et situations. On a également droit à quelques énigmes typiques du genre, qui vous demanderont de faire chauffer quelques neurones pour rétablir tel ou tel mécanisme. Mais qu'on ne s'y trompe pas, le cœur du gameplay reste celui d'un survival horror. L'aspect survie est d'ailleurs particulièrement bien rendu puisque contrairement à d'autres titres du genre, il n'est pas question de sortir un flingue pour tirer sur des créatures finalement très mortelles. La menace, appelée "la Présence", est ici beaucoup plus pernicieuse. Elle se signale par l'apparition de volutes noires menaçantes et peut prendre de multiples formes. Et votre but consiste à l'éviter au maximum. Vous devrez notamment écouter aux portes avant de pénétrer dans certaines pièces, et vous retenir de tourner la poignée si vous captez des bruits bizarres. Parfois, un QTE vous demandera d'appuyer frénétiquement sur une touche pour repousser une porte par laquelle la Présence essaye de rentrer. Souvent, il faudra vous cacher sous une table ou dans un placard pour la laisser passer, puis retrouver votre calme en appuyant sur les gâchettes au rythme de vos battements de cœur. Le jeu nous propose naturellement une petite dose de jumpscares, mais certains sont très subtils. Vous pourrez ainsi apercevoir l'espace d'un instant une silhouette fantomatique derrière vous, ou une main décharnée refermer discrètement une porte sur votre passage.

Le vrai "game over" n'intervient donc que si l'on échoue avec tous les personnages. Il faut alors tout recommencer, mais ce n'est finalement pas trop pénible puisqu'on sait déjà où aller et quoi faire, ce qui évite de perdre trop de temps.


Song of HorrorLa mise en scène est réussie, et c'est également dû à la nature non scriptée de la Présence, qui réagit en fonction de vos actions et peut donc se trouver n'importe où et à n'importe quel moment. L'aspect le plus intéressant du jeu provient du système de mort définitive. Si votre héros se fait attraper par la Présence, vous ne le verrez plus jamais et devrez envoyer un autre des personnages sur ses traces. Celui-ci pourra alors récupérer l'inventaire tombé au sol et reprendre l'enquête. On profite alors d'un nouveau regard sur les différentes zones interactives. Par exemple, Alexander identifiera parfaitement un livre écrit en russe ou des valises lui appartenant, alors que ces éléments laissaient Sophie plutôt circonspectes auparavant. Le vrai "game over" n'intervient donc que si l'on échoue avec tous les personnages. Il faut alors tout recommencer, mais ce n'est finalement pas trop pénible puisqu'on sait déjà où aller et quoi faire, ce qui évite de perdre trop de temps. Ce système est donc sévère mais juste, et il a le mérite de la cohérence scénaristique. Les développeurs nous promettent à terme la présence de seize personnages différents, répartis sur les différents épisodes. Et c'est finalement ce format qui constitue le principal défaut du jeu pour le moment, puisqu'on ne peut pas être certain de la qualité des volets à venir.

Réagir à cet article Réagir à cet article

 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
100% Joyeux



Autres articles

Song of Horror : l'épouvante se précise sur PS4 et Xbox One, préparez vos nerfs Peu jeu d'horreur remarqué, Song of Horror était jusqu'à maintenant réservé aux PCistes. Heureusement, le titre va aussi débarquer sur consoles et vient tout juste de livrer une fenêtre de sortie... 05/12/2019, 16:22



Derniers commentaires
>> Soyez le premier à donner votre avis


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*