Test également disponible sur : PC - Xbox One - PS4

Test Shady Part of Me : la bonne petite surprise de cette fin d'année

Test Shady Part of Me : la bonne petite surprise de cette fin d'année Hit JeuxActu
La Note
note Shady Part of Me 16 20

Shady Part of Me se situe dans la lignée des Alice, Contrast, Inside, Iris.Fall, Limbo et autres Little Nightmares, que ce soit en matière d'ambiance, de gameplay ou de direction artistique selon les cas. Malgré toutes ces influences, le jeu possède sa propre personnalité et arrive à nous séduire franchement. Des graphismes aux voix, en passant par les énigmes, le scénario cryptique ou encore la double bande-son, tout est finement ciselé et très réussi. Pas un bug à l'horizon, pas une seule faute de goût, aucun problème de maniabilité, les grincheux pourront uniquement regretter la durée de vie modeste et l'absence de mode coopératif. Sachant que le jeu coûte moins de quinze euros, y compris sur consoles, il n'y a en réalité aucune raison de s'en priver.


Les plus
  • La direction artistique charmante
  • Les voix convaincantes
  • L'ambiance générale
  • Les énigmes, bien calibrées
Les moins
  • Un peu court
  • Pas de mode coop


Le Test

Premier jeu du studio indépendant français Douze Dixièmes, Shady Part of Me bénéficie d'une sortie surprise puisque son existence a été révélée lors de la cérémonie des Game Awards ce dix décembre… soit le jour même de sa sortie ! Au moins on ne pourra pas accuser le studio et son éditeur Focus Home Interactive de faire languir les joueurs. Mais du coup, ces derniers n'ont eu droit à aucune preview ni infos sur le jeu. Y a-t-il anguille sous roche ? Que nenni, les parisiens nous ont concocté une aventure poétique et énigmatique (au sens littéral du terme) qui n'a pas du tout à rougir face à la concurrence !


Dans ce Shady Part of Me, une petite fille sans nom, sans visage et qui a peur de la lumière fait équipe avec sa propre ombre dans des décors manifestement issus de son imagination. La première se déplace dans un univers 3D, tandis que l'autre progresse sur un plan 2D. Ces deux entités ont beau être intimement liées, elles évoluent indépendamment l'une de l'autre. Le joueur peut donc passer de la fillette à la silhouette comme il l'entend, le contrôle de l'une n'ayant pas d'incidence directe sur l'autre. Pour dire les choses plus simplement : l'ombre n'est absolument pas rattachée à la petite fille. Le level design nous empêche tout de même de trop les séparer, car les deux "héroïnes" doivent en permanence coopérer pour pouvoir avancer dans les décors. Si la mort les attend potentiellement au tournant (fillette qui se retrouve dans la lumière ou ombre qui se heurte à des ronces), ce n'est jamais un problème car il est possible de rembobiner le temps, et donc l'action, à tout moment.

Shady Part of Me

Ce principe, déjà vu ailleurs mais toujours pas assez répandu, est bien plus agréable et pratique qu'un traditionnel point de sauvegarde. Il permet d'enchaîner les essais à volonté, sachant que le gameplay du jeu se concentre essentiellement sur des énigmes basées sur l'ombre et la lumière. Grâce à différents mécanismes, il faut généralement modifier l'environnement 3D de manière à remodeler le terrain 2D, et ouvrir ainsi un passage à notre double aplati. Mais parfois ce sera à la silhouette d'actionner certains leviers afin de faciliter la progression de la fillette qui, on le rappelle, est totalement incapable de marcher dans la lumière. Shady Part of Me n'hésite pas à jouer avec la perspective, l'orientation, et les sources de lumière multiples afin d'enrichir toujours plus ses énigmes. Ces dernières restent toujours bien calibrées, les plus complexes étant réservées à la collecte optionnelle d'oiseaux, faits de papier dans le monde "réel" ou d'ombre sur le plan 2D.


Shady Part of Me

 

MONTRE-MOI TON CÔTÉ SOMBRE

Cela étant, la réussite du jeu tient au moins autant à son ambiance qu'à son gameplay. L'univers à la fois enfantin et inquiétant rappelle aussi bien Alice au pays des merveilles que Limbo ou Inside. Chambres remplie de jouets géants, dortoirs et autres fêtes foraines constituent des environnements d'autant plus troublants que les ombres ne correspondent pas toujours exactement à ce qu'elles devraient être. Ainsi, un simple pliage de papier en forme de bateau va projeter une ombre munie d'un mât et d'une voile, tandis qu'un canard en plastique se transformera en silhouette animale réaliste. La narration, volontairement mystérieuse, s'effectue non seulement à travers les dialogues entre la petite fille et son ombre mais également, de manière très élégante, par l'affichage de mots ou de phrases en surimpression des décors. Par ailleurs, que l'on choisisse de jouer avec les voix anglaises ou françaises, on ne pourra qu'être convaincus par le jeu des actrices (Hannah Murray pour la version internationale, Cindy Lemineur pour la VF). Quant à la bande-son, elle a l'intelligence et la subtilité de se dédoubler. Comprenez par là qu'en passant de la fillette à sa silhouette, et réciproquement, on a a droit à une orchestration légèrement différente du morceau en cours. Shady Part of Me a donc tout du petit jeu indé très plaisant. Evidemment, on pourra toujours lui reprocher son manque d'envergure, puisque cinq à six heures suffisent à boucler l'aventure. Cependant, il est possible de sensiblement allonger cette durée de vie en partant à la recherche de la petite centaine d'oiseaux dissimulés dans les décors ou derrière des énigmes assez corsées. Finalement, notre plus grand regret (et il n'est tout de même pas bien fort) concerne l'absence d'un mode coopératif en local, qui aurait permis à un joueur de contrôler la fillette, et l'autre son ombre.

Shady Part of Me


Réagir à cet article Réagir à cet article

 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
 Osef



Derniers commentaires


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*