Test également disponible sur : PC - Xbox One - PS4

Test A Plague Tale Innocence : une belle histoire qu'il ne faut absolument pas rat-er

Test A Plague Tale Innocence : une belle histoire qu'il ne faut pas rat-er
La Note
note A Plague Tale : Innocence 17 20
Médiéval et fantastique, A Plague Tale Innocence évite les clichés de l'heroic-fantasy grâce à une direction artistique et un univers quasiment réalistes. L'infiltration, qui constitue l'élément de gameplay principal, se voit quant à elle enrichie par l'introduction des rats. Véritables vedettes du jeu, les rongeurs se comptent par milliers, se comportent de manière crédible, et apportent une bonne dose de sang frais à l'aventure. L'intelligence artificielle des soldats est un peu moins convaincante, certes, mais cela ne vient pas gâcher le plaisir outre mesure, le titre d'Asobo présentant de nombreuses autres qualités par ailleurs. Voilà un studio qui vient de rentrer dans la cour des grands et que l'on va désormais suivre attentivement !

Les plus
  • La gestion organique des rats
  • L'attention portée aux détails
  • L'interface personnalisable
  • La BO aux accents médiévaux
  • Très bonnes VA et VF
  • Une narration maîtrisée
Les moins
  • L'aberration chromatique, aberrante !
  • Des gardes vraiment pas malins
  • L'absence d'expressions faciales
  • Une durée de vie qui ne dépasse pas les dix heures


Le Test
Plutôt habitué au travail de commande (licences Pixar, démonstrations technologiques, soutien à d'autres développeurs..), le studio bordelais Asobo joue gros avec A Plague Tale : Innocence, qu'on peut considérer comme leur premier projet véritablement personnel. Mais nous allons voir que l'expérience engrangée par le studio depuis sa création en 2002 s'avère payante. Cette aventure médiévale, déconseillée aux musophobes mais recommandée aux autres, ne manque vraiment pas d'atouts ni de personnalité.

A Plague Tale : InnocenceNous sommes en l'an de grâce 1348, dans le beau royaume de France. La famille De Rune coule des jours heureux, à peine troublés par les échos de la guerre de Cent Ans et l'étrange mal dont souffre le petit Hugo. Bon d'accord, le tableau n'est pas exactement idyllique. Mais par rapport à ce qui va arriver, ce n'est rien ! Entre l'assassinat de leurs parents par l'inquisition et le déferlement de rats porteurs de peste, Hugo et sa grande sœur Amicia ont clairement mangé leur pain blanc. A Plague Tale propose un univers à l'image de sa direction artistique : globalement réaliste, avec quelques éléments fantastiques ici ou là histoire de pimenter la recette. Le tout fonctionne très bien et se voit renforcé par une narration maîtrisée, qui sait prendre son temps quand il le faut, développer les relations entre les différents personnages, et aborder certains sujets avec beaucoup moins de légèreté que la plupart des jeux vidéo. Ainsi, les premiers meurtres commis par Amicia et Hugo, aussi inévitables et justifiés soient-ils, seront plutôt mal vécus par ces derniers. Leur jeune âge et leur bonne éducation ne les ont pas préparés à cela, et le jeu en tient compte. De manière plus attendue, mais également réussie, les liens fraternels qui unissent nos deux héros sont largement mis en avant, via les dialogues et les événements scénaristiques essentiellement, mais également à travers quelques petites interactions touchantes. En début d'aventure on passe par exemple beaucoup de temps à contrôler Amicia alors même qu'elle doit tenir quasiment en permanence la main de son petit frère. Au fil du temps d'autres gamins viendront enrichir la tribu, et à chaque fois les relations entre ces différents compagnons de route seront développées avec soin. De plus, certains passages effectués en compagnie de ces personnages pas si secondaires sont l'occasion de petites modifications de gameplay temporaires, puisqu'il est possible de leur donner des ordres simplistes (Hugo peut se faufiler dans certains passages, Melie sait crocheter les serrures, Rodric est capable d'assommer les ennemis isolés...)

 



A Plague Tale : InnocenceVous le savez certainement déjà, A Plague Tale fait la part belle à l'infiltration, ce qui s'avère d'ailleurs parfaitement cohérent avec le profil de nos jeunes héros. Pour éviter la confrontation avec les soldats de l'inquisition on pourra donc s'accroupir derrière des éléments de couverture, se dissimuler dans des hautes herbes, ou encore lancer des pierres sur des objets métalliques ou casser des pots pour détourner quelques instants l'attention d'un ennemi. Par ailleurs, Amicia est munie d'un fronde, certes bruyante mais capable de mettre hors d'état de nuire un soldat démuni de casque. Tout cela est très classique, mais la présence de véritables hordes de rats (le jeu peut en gérer plusieurs milliers simultanément) vient rapidement changer la donne. Visuellement, la gestion organique de ces amas de rongeurs est très impressionnante. Ils grouillent littéralement, dévorent tout ce qui se trouve sur leur passage, et se faufilent dans le moindre interstice pour éviter les sources de lumière. Cette faiblesse est naturellement mise à profit par Amicia et sa bande qui, pour éloigner ces immondes rats noirs, pourront porter des torches, enflammer des bâtons (qui se consument rapidement), pousser des brasiers mobiles, orienter des projecteurs pivotants, ou encore utiliser la fronde pour décrocher des lustres. A l'occasion, on pourra également faire tomber des jambons pour attirer les rongeurs, ou briser les lanternes portées par certains gardes afin qu'ils se retrouvent rapidement désossés. Tout cela constitue le cœur d'un gameplay un poil dirigiste et mécanique par moments, mais qui arrive à dépasser le stade du gimmick ou du très bon prototype grâce à une évolution constante. Ainsi, Amicia devient capable au fil de temps de créer de l'Ignifer pour allumer les braises, du Somnum pour endormir un ennemi approché par l'arrière, du Devorantis pour forcer un soldat à retirer son casque, du Luminosa pour détruire un groupe de rats, de l'Odoris pour attirer les rongeurs à un endroit précis (si possible près d'un ennemi…) et de l'Exstinguis pour éteindre les feux. Et on gardera sous silence une dernière possibilité disponible vers la fin de l'aventure, histoire de ne pas vous gâcher la surprise. Toutes ces capacités servent à la fois à échapper aux ennemis et à résoudre quelques énigmes environnementales jamais trop complexes.

 

AH C'EST BEAU STUDIO

A Plague Tale : InnocenceLes amateurs d'artisanat et d'arbres de talents seront quant à eux heureux d'apprendre qu'il est possible de ramasser alcool, tissu, cuir, outils, salpêtre et autres ficelles dans les décors afin d'améliorer l'équipement et les aptitudes d'Amicia. On dénombre ainsi une vingtaine d'améliorations (déplacements plus silencieux, visée plus rapide, quantité de munitions plus importante, durée de l'Odoris augmentée, fronde capable de faire sauter les casques, etc.). Tous ces éléments servent donc un gameplay agréable, auquel on pourra tout de même reprocher un effort minime en matière d'intelligence artificielle. Il est notamment très facile de semer des gardes qui nous ont repérés, ces derniers ayant tendance à ne nous poursuivre ni loin ni longtemps. Mais ce serait une grave erreur de bloquer sur ce défaut (d'ailleurs commun à beaucoup de jeux d'infiltration) car A Plague Tale a beaucoup de qualités à faire valoir. Notamment en ce qui concerne l'attention portée aux détails. Ainsi, plutôt que d'aiguiller le joueur bloqué dans une énigme par un système d'indices artificiel, le jeu préfère glisser une indication orale par l'intermédiaire des personnages à l'écran. C'est nettement plus immersif, et certains joueurs n'auront peut-être même pas conscience d'avoir été aidés. On peut également remarquer de nombreuses animations "inutiles donc indispensables", comme Hugo qui croque dans une pomme qu'on vient de lui donner, Amicia qui n'utilise pas un inventaire magique pour ranger un gros livre mais l'attache dans son dos, des personnages qui ralentissent et lèvent exagérément les pieds quand ils traversent une étendue boueuse, et tout plein de petites animations venant renforcer le lien entre les personnages évoqué plus haut (Amicia qui porte Hugo quand il se sent mal, qui aide les plus jeunes à grimper, qui attend son frère en bas d'une échelle...).

 

HUGO, CE DÉLIRE

A Plague Tale : InnocenceBon (petit) point également pour les incontournables objets à collectionner, qui ont le mérite de donner accès à des infos sympathiques sur le Moyen-Age. Et bon (gros) point pour l'interface entièrement personnalisable, qui nous laisse la possibilité de faire disparaître de l'écran les éléments que l'on souhaite. Le boss final, même s'il s'éloigne de la promesse initiale de réalisme et s'avère pleinement "jeu vidéo", est également digne de louanges, tandis que la bande-son est quasiment irréprochable. La musique aux accents médiévaux fait la part belle aux instruments anciens (guitare classique, violoncelle, nyckelharpa, viole de gambe…) tandis que le jeu des acteurs est de très bonne facture, que ce soit en français ou en anglais. Et on peut changer de langue à la volée. Bref, sur bien des points A Plague Tale pourrait en remontrer à plus d'un AAA. Même les graphismes arrivent à impressionner par moments, notamment lors des panoramas qui ouvrent chaque chapitre. On pourra noter ici ou là la présence de personnages moins bien modélisés que d'autres ou des textures qui mettent un instant de trop à apparaître, mais le seul véritable défaut majeur en ce qui concerne l'aspect visuel provient d'un choix artistique très étonnant : l'aberration chromatique. Ce filtre à la mode depuis quelques années (on cherche encore pourquoi…) consiste à rendre les graphismes situés en dehors de la zone centrale de l'écran légèrement flous et baveux. L'effet est subtil, fort heureusement, mais on le remarque tout de même, surtout sur PC (haute définition et joueur proche de l'écran obligent). Et surtout, il est aussi moche et inutile que sa description peut le laisser penser. C'est bien simple, au bout de dix heures de jeu, on ne s'y était toujours pas habitués. Mais que ce point de détail, ainsi que cette durée de vie relativement modeste, ne vous empêchent surtout pas de plonger dans l'aventure. A Plague Tale : Innocence fait partie des jeux à forte personnalité qui laissent des souvenirs impérissables. A une époque où les clones insipides sortent à la chaîne, ça ne se refuse pas !


Réagir à cet article Réagir à cet article

 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
100% Excité



Autres articles

A Plague Tale Innocence : Sean Bean fait la promo du jeu avec un trailer poétique et poignant Le très sympathique A Plague Tale n'a pas fini de se faire remarquer : aujourd'hui, le jeu s'Asobo s'offre un trailer franchement classe avec un certain Sean Bean en tête d'affiche... 16/05/2019, 15:44
A Plague Tale Innocence : le jeu sort demain, voici son trailer de lancement Plus que 24 heures avant l'arrivée de A Plague Tale Innocence qui dévoile forcément son trailer de lancement, histoire de poser une dernière fois les bases de ce jeu solo narratif prometteur. 1 | 13/05/2019, 12:26


Derniers commentaires
Par Narutovore le Dimanche 19 Mai 2019, 13:53 Modérateur

likeSmall 4063
J'ai commencé le jeu hier et il est en effet fantastique, très prenant ! Je sens que je vais le dévorer d'une traite...

Répondre
-
voter voter

Par grosquick le Dimanche 19 Mai 2019, 9:10
Papalynn a écrit:Je ne suis pas d'accord avec certains points négatifs, je vous rappelle que ce n'ait pas un triple A, qu'Asobo Studio ce n'ait qu'une quarantaine de personnes, avec des moyens limités.Donc, si certaines animations ne sont pas très fluides, si l'intelligence artificielle est parfois un peu limitée, c'est parce que ce n'ait pas un triple A, et avec les moyens qu'ils avaient, ils ont fait un superbe jeu, je leur tire mon chapeau.

Mais on s'en fout ça que ce soit un studio de 40 ou 400 personnes, là c'est le jeu qui est jugé à part entière. Donc si c'est Activision, il a une moins bonne note ? Donc tu juges en fonction non pas de l'oeuvre mais de l'artiste.
Il a eu 16 en moyenne sur metacritic, il faut plutôt dire que 16 c'est bien pour un petit indé


Répondre
-
voter voter

Par Papalynn le Samedi 18 Mai 2019, 17:38
Je ne suis pas d'accord avec certains points négatifs, je vous rappelle que ce n'ait pas un triple A, qu'Asobo Studio ce n'ait qu'une quarantaine de personnes, avec des moyens limités.
Donc, si certaines animations ne sont pas très fluides, si l'intelligence artificielle est parfois un peu limitée, c'est parce que ce n'ait pas un triple A, et avec les moyens qu'ils avaient, ils ont fait un superbe jeu, je leur tire mon chapeau.


Répondre
-
voter voter

Par colruyt55000 le Vendredi 17 Mai 2019, 16:23
Voilà enfin un excellent jeux et cela fesais longtemps .
Une superbe histoire ( une période assez rarement traitée dans ce genre de jeu en plus et même en général ) , un gameplay très bon avec un excellent dosage entre action de jeux et cinématiques , des graphismes superbes .
Bref ce jeu a tout pour nous tenir scotché jusqu'au bout . Mais on aurait aimé bien plus que 20 heures de jeu .
Une réalisation excellente , pour ce jeu méconnu et dont on a pas beaucoup parlé et qui est nettement supérieur a tout ces blocs busters , dont on parle tellement qu'au final on en est déçu .
Vivement le prochain jeu de ces dévellopeurs qui ont vraiment fait un magnifique travail .


Répondre
-
voter voter

Par Narutovore le Jeudi 16 Mai 2019, 23:55 Modérateur

likeSmall 4063
@ Arf
Laisse, ça pue le ducon63.


Répondre
-
voter voter
1

Par Arf le Jeudi 16 Mai 2019, 22:49

likeSmall 483
Cobra34 a écrit:(suppr)

Vu la g****e de la démocratie et de la laïcité, tu pourrais rajouter l'Elysée, le Sénat et le parlement en niveau bonus...


Répondre
-
voter voter
2

Par Narutovore le Jeudi 16 Mai 2019, 16:59 Modérateur

likeSmall 4063
@ Bob-Le-bob
Je ne suis pas d'accord. Les ennemis y sont des fanatiques religieux, et les fanatiques ne sont pas l'église. Crois-moi je suis tout sauf bigot, mais gare aux amalgames...


Répondre
-
voter voter
2

Par Bob-LE-bob le Jeudi 16 Mai 2019, 16:50

likeSmall 136
Quel est le rapport commun entre far cry 5, metro exodus, ce jeu et beaucoup d'autre ? Hé bien l'ennemi et l'église, c'est de plus en plus courrant ,c'est vraiment bizarre.

Répondre
-
voter voter
1

Par safedreams le Mercredi 15 Mai 2019, 19:35

likeSmall 259
Ils auraient pu rajouter le gameplay...minimaliste. Voila un jeu qui ravira les petits chouineurs qui réclamaient un mode facile à Sékiro.

Y a t il donc un mode difficile? :mrgreen:


Répondre
-
voter voter
2

Par batmanmania le Mercredi 15 Mai 2019, 13:11

likeSmall 1091
Y'a que sur le test de Jeux Actu que le journaliste à cité ce point négatif, sur les autres sites ou il a eu 16, ils parlent pas de la durée de vie faible du jeu donc on s'en fiche.

Répondre
-
voter voter
2

>> Voir les 16 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*