Playdate : on a joué à la console portable jaune, nos impressions manivelle en main !


Playdate : on a joué à la console portable jaune, nos impressions manivelle en main !

Annoncée en mai 2019, la Playdate a tout de suite attiré l’œil des joueurs du monde entier, et plus particulièrement des trentenaires. Avec sa dégaine de Gameboy, son format hyper réduit et sa couleur jaune, la machine dispose de sacrés atouts pour se faire valoir. Mais ce n’est pas tout, car cette portable est fabriquée par Panic, un éditeur qui a un flair certain pour dénicher les pépites, puisque c’est lui qui s’est occupé du jeu Firewatch de Campo Santo Studio. Pour enfoncer le clou, Panic a même décidé de présenter son prototype à des développeurs de talent, afin que ces derniers façonnent de nouvelles créations, spécialement sur cette plateforme. Parmi les premiers séduits, Keita Takahashi (créateur de Katamari Damacy), qui s’est attaqué à la réalisation du premier jeu de la machine, sobrement baptisé Time Travel Adventures. Nous avons donc tourné la manivelle afin de savoir si cette nouvelle machine dispose d’un potentiel réel, ou si on se trouve en face d’une fumisterie similaire à celle de la Ouya. Nous avons donc passé un petit quart d’heure à retourner la machine dans tous les sens afin d’en percer les secrets. Sans plus attendre, voici nos premières impressions sur la Playdate.


PlaydateLa Playdate se présente comme un petit carré de plastique hyper compact, avec des dimensions ultra restreintes puisqu’elle mesure 74 x 76 x 9 mm. Il s’agit donc d’une console purement nomade, qu’il est particulièrement aisé de transporter partout, surtout que son poids est hyper contenu (moins de 100g). La machine offre un écran minimaliste de 2.7 pouces monochrome (noir & blanc), mais ce dernier est d’excellente qualité. Malgré sa surface restreinte, les contrastes sont hyper prononcés, et dans un environnement assez lumineux, on s’est même demandé s’il n’y avait pas de rétroéclairage. Mais non, aucune lampe ne vient diminuer l’autonomie de la machine, et on s’aperçoit que l’écran devient nettement moins lisible lorsqu’on le regarde de biais. On n’est donc pas en présence d’un écran mat de type liseuse comme on aurait pu le croire initialement, mais bien d’une dalle LCD moderne avec une résolution minimaliste de 400 x 200. Construite dans un plastique épais de bonne qualité (la console est rigide), la Playdate laisse apparaître 3 grosses vis polies sur sa façade, le bouton Menu, une petite grille avec le haut-parleur, un D-Pad digne d’une grosse manette, et les boutons A et B.


PlaydateGlobalement, l’ensemble respire la qualité, et on ne trouve rien à redire sur l’assemblage ou les composants, à notre plus grande satisfaction. L’arrière est tenu par 4 vis et comporte la mention made in Malaysia. Sur le bord droit, on retrouve la fameuse manivelle qui nous a semblé un poil moins qualitative que le reste, mais selon les dire du responsable de Panic, il s’agit d’une première version qui a souffert de pas mal de tests. Le mécanisme répond bien malgré la fatigue, et une encoche permet d’héberger la poignée de la manivelle lorsqu’on veut bloquer cette dernière. En observant bien l’encoche en question, on trouve également un petit trou qui sert au hard reset de la machine en y mettant un trombone déplié. Enfin, la tranche inférieure regroupe la prise USB-C qui sert à l’alimentation et aux différentes mises à jour (également possibles via Wi-Fi), un jack 3.5mm pour des écouteurs et trois petits trous qui dissimulent un micro. Le bouton On/off est pour sa part sur la tranche supérieure de la machine.

 

 Globalement, l’ensemble respire la qualité, et on ne trouve rien à redire sur l’assemblage ou les composants, à notre plus grande satisfaction.

 

PlaydateLa machine est réellement séduisante, et son système d’exploitation est simple et intuitif. D’une pression sur le bouton menu, on ouvre une fenêtre qui nous propose de régler le volume (via le D-Pad), une option Screenshot! (on vous laisse deviner son utilité), et enfin le launcher qui permet de naviguer entre les différents titres installés sur la machine. Cette fenêtre nous renseigne également sur l’heure, le réseau WiFi (et les paramètres de connexion), et le niveau de la batterie. L’autonomie n’a d’ailleurs pas été encore dévoilée, mais on imagine qu’elle devrait être assez honorable vu la sobriété énergétique de l’ensemble. Mieux, si vous avez des talents de développeur, sachez qu'un kit de développement C et Lua, ainsi qu'un simulateur Mac et un outil de débugguage seront fournis avec les versions définitives. L’idée est donc de permettre à un maximum de créateurs de pouvoir proposer leurs projets, avec peut-être une plateforme de téléchargement à l’avenir, si la machine rencontre un succès suffisant comme nous l'explique Greg Maletic, directeur des projets spéciaux chez Panic.

Playdate
Bien sûr, le prix restera un obstacle conséquent car la Playdate est affichées 149$ avec la première saison de jeux. Pour ce prix vous aurez donc la console, ainsi que 12 titres (qui sortiront de manière hebdomadaire) spécialement développés pour la machine. Parmi les développeurs connus qui ont été retenus et qui travaillent sur les jeux de la saison 1, on mentionnera Bennett Foddy (créateur de Qwop), Shawn Inman (The Last Rocket) ou encore Zach Gage (Bad Chess). Chaque développeur aura carte blanche pour sa création, et Panic nous a assurés qu’il ne sera pas obligés d’utiliser toutes les features de la machine. Certaines productions pourront mettre à profit tous les boutons et la manivelle, tandis que d’autres se contenteront d’un bouton, ou juste de la manivelle. C’est d’ailleurs le cas de Time Travel Adventure, le jeu de Keita Takahashi que nous avons pu essayer rapidement.

 

ET MOI PENDANT CE TEMPS-LÀ, J’TOURNAIS LA MANIVELLE

 

PlaydateCe titre se présente comme un puzzle-game en side-scroller, dans lequel un petit robot doit aller retrouver sa chère et tendre. Pour cela, rien de plus simple : il suffit de tourner la manivelle, et ainsi faire progresser notre héros dans son périple. Malheureusement, la demoiselle est tatillonne, et il faut arriver à elle avant 15h, faute de quoi elle s’en ira. Tel Bill Murray dans le film Un Jour Sans Fin, on va devoir recommencer de nombreuses fois l’opération, sachant qu’à chaque fois, de petites subtilités feront leur entrée dans le jeu. En effet, des éléments extérieurs vont venir nous déstabiliser, et en cas de contact, le gameover est assuré. Pour éviter un papillon, il faudra par exemple rembobiner l’action, afin que notre personnage se baisse pour humer une fleur, laissant ainsi le vil coléoptère passer au-dessus de lui. On devra aussi faire preuve de timing en se hissant sur une barre de traction, ce qui écarte les composants de notre robot, et nous permet de laisser ainsi passer plusieurs oiseaux. Bien sûr, ce n’est qu’un premier aperçu, mais on a déjà pas mal galéré sur ce dernier passage, le gameplay à la manivelle n’étant pas vraiment naturel. Pourtant cette dernière est précise, et une fois apprivoisée, elle devrait permettre pas mal de choses inédites. Néanmoins, il faudra aussi voir ce que nous réservent les autres titres prévus sur la Playdate, dont 360, Zipper ou encore Executive Golf DX.


Notre degré d’attente

Clairement taillée pour les joueurs trentenaires et nostalgiques de leur enfance, la Playdate ne s’adresse pas à tout le monde, qu’il s’agisse de son prix élevé, ou de ses jeux, pas forcément les plus prompts à faire rêver une génération biberonnées à Fortnite. Pourtant, la machine de Panic fait preuve d’un potentiel indéniable, et les joueurs présents sur la PAX ne s’y trompaient pas, au vu de la queue gigantesque devant le stand. Si vous avez les moyens, et que l’idée d’avoir des jeux indépendants signé par des développeurs de talent vous séduit, foncez. Sinon, on vous suggère d’attendre la sortie de la Playdate (fixée à 2020) et de sa première saison de jeux avant de vous décider. Aucune date de sortie plus précise n’étant pour l’instant fixée, et les précommandes n’étant pas encore lancées, il faut garder à l’esprit que Panic est encore libre faire évoluer son offre.


Réagir à cet article Réagir à cet article

 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
100% Osef



Autres articles

Playdate : une nouvelle console portable arrive, et il y a une manivelle dessus ! Réalisée par Panic, l'éditeur derrière le jeu Firewatch, la Playdate est donc une toute nouvelle console portable au look de Gameboy avec son petit écran, ses deux boutons, sa croix directionnelle, et sa manivelle ?! 3 | 23/05/2019, 14:24



Derniers commentaires


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*