Test également disponible sur : PS3

Test Journey

Test Journey
La Note
note Journey 16 20

Aventure aux consonances mystiques, Journey est une plongée multicolore dans l'inventivité fourmillante d'un studio qui travaille encore et toujours sur le matériau de l'émotion dans le rapport au joueur. Un choix qui aboutit à une succession de moments forts, d'envolées ébouriffantes et de jeux avec le rythme maîtrisés. Composition numérique gorgée de panoramas somptueux, de landes de sable et de neige magnifiquement animées, d'enchaînements subtils de teintes partant dans toutes les directions de la roue chromatique, Journey est une réussite totale dans sa réalisation. Mais il reste un bel objet qui ne cherche pas à aller plus loin, tant l'interaction est absente de la découverte. Journey propose des situations uniques, mais qui s'arrête à la barrière de l'image. Il mérite amplement d'être parcouru, seul une fois, et à deux une seconde, mais se déposera ensuite comme un one-shot trippant mais un peu vide.

Retrouvez plus bas la suite de notre test de Journey


Les plus
  • Un jeu magnifique
  • Réalisation impressionnante
  • Prise en main immédiate
  • Des thèmes musicaux très mélodiques
  • Des moments intenses
  • Coopération surprenante...
Les moins
  • ...mais limitée
  • Très peu d'interactions
  • Le propos un peu creux
  • Très court
  • Et du coup trop cher


Le Test
Séduisant à chacune de ses apparitions, Journey a toujours fait dans le sens inverse des productions habituelles, en cachant de plus en plus profondément ses mystères à l'approche de la fin de son développement. Secret et attirant, le jeu de thatgamecompany s'auréolait de questionnements sur son gameplay et son univers, aboutissant au même sentiment de curiosité dubitative propre aux jeux de Fumito Ueda ; The Last Guardian en tête. Même la démo n'avait pas vraiment su donner d'indices clairs sur la direction que prenait Journey. Un vent qui a tourné et qui porte cette fois-ci l'intérêt dans une direction bien mieux définie. Sans pour autant éclairer totalement les recoins ombragés d'un jeu qui oscille entre les extrêmités du jeu vidéo. Aventure marquante ou oeuvre à peine interactive ? Réponse dans notre test de Journey.

C'est cette grande montagne au fond que vous devez atteindreLongue marche solitaire dans des déserts de sable et de neige, Journey est une aventure entre la fable mystique et le récit d'autodétermination, empruntant son thème central à la philosophie bouddhiste. Un jeu zen, pas dans la vision occidentale de la simple méditation en jogging, mais dans celle asiatique du vide, de la pure description sans signification. Les paroles sont inexistantes, les sons se limitent à ceux de la nature et des vieilles pierres et aucun alphabet ne vient rattacher le joueur à des valeurs qu'il connaît. Seules quelques fresques affichent ici et là des étapes de la vie de la civilisation dont les ruines sont la trace. Une absence qui favorise le côté seul au monde qui caractérise Journey, plaçant le joueur face à un destin qu'il ne connaît pas, dans un environnement sans règles, sans indices ni direction. Il ne peut alors qu'avancer et tenter de se raccrocher aux rares mains qui lui sont tendues. Des lignes directrices habilement placées par thatgamecompany qui est parvenu à orienter naturellement l'attention vers les mécanismes à actionner et les éléments avec lesquels interagir. La progression se fait donc de façon fluide, dans une sorte d'aisance qui vient en grande partie de la simplicité des commandes. Sauter et émettre des sons sont les principales actions que le joueur doit effectuer, tout en prenant en compte les déplacements. Décanté, le système de jeu se réduit à utiliser la longue écharpe rouge qui volette autour du cou du héros afin de se propulser dans les airs et de planer – plus ou moins longtemps suivant la longueur de celle-ci. Une étoffe qui gagne en envergure par la collecte de petits artefact brillants, plus ou moins bien cachés dans les divers niveaux du jeu. Loin du monde ouvert, Journey se compose de plusieurs chapitres, chacun clôt par la rencontre immaculée avec une entité inconnue qui dévoile au personnage principal les raisons de son périple. Une tentative de scénarisation qui n'apporte pas grand-chose, la faute à un propos qui manque de force et qui joue trop sur un faux côté cryptique sans aucune explication donnée et ce même à la toute fin. Le thème se comprend rapidement et se suffit à lui-même, même si ces coupures "narratives" accentuent la solennité de cette courte quête dans des paysages magiques. C'est là que thatgamecompany respecte son contrat de l'émotionnel, atout et handicap.

 

Journey to the West

 

Même dans la pénombre, Journey est magnifiqueDépendant de la sensibilité du joueur, Journey prend le risque de miser une énorme partie de son potentiel sur son aptitude à créer une émotion chez le joueur, que ce soit par les impressions qui se dégagent des situations, des changements de rythmes, ou des plans picturaux, mises en relation avec la direction artistique, véritable atout du jeu. Difficilement critiquable sur cet aspect, Journey est d'une beauté simple, dans l'épure de contour et le foisonnement de couleurs, une sorte de coup de pinceau géant doucement posé sur une feuille qui a presque du mal à boire tous ces pigments. Les panoramas à la ligne clair succèdent aux cavernes à la poussière bleutée et aux sorties en pleine lumière, dans un rouge vif, sanguin, proche de la saturation. Journey part dans les extrêmes, sans s'éloigner d'un goût sûr, d'une certitude dans le choix d'une palette chromatique qui malgré ses sursauts renvoie tout le temps à une sorte d'estampage. Une construction visuelle qui se lie à celle sonore, via des thèmes profonds et complexes qui accentuent de manière idéale les variations du rythme, les instants d'excitation aérienne qui interviennent régulièrement. thatgamecompany sait ménager ces moments de rupture où la lenteur, la fuite en avant éclatent d'un coup dans une sorte d'envolée entraînante. Souvent aérien, avec des phases où les pieds du héros ne touchent jamais terre, le jeu tisse dans ces moments des liens directs avec Flower, léger et ébouriffant. Le virage final, d'une force étonnante dans sa "cassure" met en avant ce souci de construire un effet émotionnel en donnant au joueur ce qui lui manque, en opposant des forces tellement différentes que le résultat se montre forcément explosif. Un ressenti qu'il est possible de partager à condition de se connecter à son compte PlayStation Network, et ce n'importe quand. Un joueur peut alors être aperçu en pleine partie, se joignant à vous – ou non – afin de clore l'aventure en votre compagnie. Aucune communication n'est proposée, et les échanges se limitent à la possibilité de remplir d'énergie son écharpe. Si cette quête en coopération gagne du coup en humanisme, le côté rassurant en prime, le manque de moyens d'interaction entre les joueurs met en relief le problème majeur de Journey : sa finalité.

 

Journey est d'une beauté simple, dans l'épure de contour et le foisonnement de couleurs, une sorte de coup de pinceau géant..."


L'aventure peut aussi se faire à deuxAussi axé sur l'appel au voyage et la contemplation que Shadow of the Colossus, aussi sensible et potentiellement émouvant, Journey rate en revanche un élément très important, le rapport à l'univers qu'il propose. Limité à ses sauts et ses glissades, le petit émissaire typé Les Mondes Engloutis n'offre pas de prise au monde. Le sentiment de traverser simplement des enchaînements de niveaux, comme autant d'illustration d'atmosphère plus que comme des véritables zones de jeu est très présent et rejoint le fait que le jeu ne raconte rien. Sa seule prise sur le joueur est sa beauté formelle et son travail plus ou moins marqué selon les personnes sur l'émotion. Deux directions importantes et habituellement peu travaillées, mais qui noient l'expérience dans une sorte de vacuité dérangeante. Se terminant de préférence d'une seule traite en deux heures, Journey est une aventure qui ne cesse de débuter avant de se conclure, certes avec majesté, mais dans une absence d'interaction étouffante. Moins inexistant que Flower, Journey est un beau musée dans lequel rien n'a le droit d'être touché, un musée qui ne cesserait de vous donner envie de prendre des choses, sans vous laisser en saisir une seule. Il se range dans la catégorie des objets à vocation artistiques, des compositions numériques, qui permettent de découvrir des moments uniques, mais qui manquent un peu leur cible en sous-utilisant le médium. Il faut faire Journey pour une sorte de fix intense de couleurs et d'inventivité visuelle, mais un flash rapide qui marque la rétine, reste quelques secondes et disparaît sans que l'on s'en rende compte.

 

TEST VIDÉO JOURNEY




Réagir à cet article Réagir à cet article

 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
 Osef



Autres articles

Journey : le jeu débarque aujourd'hui sur iOS, la surprise est totale (et bienvenue) Le formidable Journey avait marqué les esprits en 2012 : le voilà de retour, cette fois-ci sur iOS. On ne s'y attendait pas, d'autant plus que le jeu est disponible dès aujourd'hui au téléchargement : en voici quelques infos... 2 | 06/08/2019, 12:36
Journey : le jeu tient enfin sa date de sortie sur PC, il faudra passer par l'Epic Games Store C'est par le biais de Twitter qu'Annapurna Interactive a dévoilé la date de sortie de Journey sur PC. Comme prévu, il faudra passer par l'Epic Games Store. 2 | 29/05/2019, 07:18


Derniers commentaires
Par bixente23 le Samedi 24 Mars 2012, 14:37

likeSmall
absolument magnifique, je suis sous le charme !! à essayer absolument, du moins pour ceux qui ont une âme de poète et pour qui une dizaine d'euros pour un trip différent et transcendant ne sont pas gaspillés... court, mais tellement beau !!

Répondre
-
voter voter

Par Darenestir le Dimanche 18 Mars 2012, 12:04

likeSmall
Tout comme Flower, j'ai du mal à considérer ça comme un jeu. C'est extrêmement court et sans challenge. Par contre, ça reste une expérience très intéressante. J'adhère complètement au trip et à la direction artistique (ce n'était pas le cas avec Flower) mais au final, ça reste très cher pour 2 heures de jeu.
Niveau coopération, ça dépend sur qui on tombe. Si on est avec quelqu'un qui découvre le jeu en même temps que nous et l'explore avec nous, c'est juste génial. Mais si on tombe sur un mec qui le connait déjà et avance le plus vite possible (pour chasser les trophées par exemple), ça gâche complètement le jeu.


Répondre
-
voter voter

Par Gotengo le Dimanche 18 Mars 2012, 11:41

likeSmall 1
trop cher pour moi

Répondre
-
voter voter

Par djflo le Dimanche 18 Mars 2012, 0:03

likeSmall
Gros jeu sur le PS Store, pas mal de monde compte et l'on acheter !
16/20 est une bonne note pour un jeu du PS Store, souvent, on ne dépasse pas les 14/20 !


Répondre
-
voter voter

Par archnophobia1 le Samedi 17 Mars 2012, 16:08

likeSmall 22
wOw, Un très bon jeux! Un très bon test!

Répondre
-
voter voter

Par olimann le Samedi 17 Mars 2012, 14:22

likeSmall 1703
Je suis dans le trip !
court il est vrai !


Répondre
-
voter voter

Par kaktus le Samedi 17 Mars 2012, 9:51

likeSmall
Faut etre dans le trip c'est sûr sinon on accroche pas au concept épuré
J'aime bien moi


Répondre
-
voter voter

Par jesus_freak le Vendredi 16 Mars 2012, 21:11

likeSmall 2
J'ai trouvé Flow nul et Flower ennuyant, donc je vais attendre qu'il soit à £3.99 en réduc sur le store avant de le prendre(ou pas).

Répondre
-
voter voter

Par bobalatin le Vendredi 16 Mars 2012, 20:34

likeSmall 8
Joli test
je retiens la faible durée de vie en point négatif


Répondre
-
voter voter

>> Voir les 9 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*