Control : on a enfin joué au nouveau jeu de Remedy, et c'est prometteur !


Control : on a enfin joué au nouveau jeu de Remedy, et c'est prometteur !

Créateurs historiques des deux premiers Max Payne, les petits gars de Remedy Entertainment n’ont toujours pas dit leur dernier mot. Après l’expérience atmosphérique d’Alan Wake et l’aventure conceptuelle de Quantum Break, le studio finlandais enchaîne avec Control, une nouvelle franchise au design singulier et à la jouabilité extravagante. En compagnie de Thomas Puha, le directeur de la communication chez Remedy, nous avons pu nous essayer à cette nouvelle aventure une bonne demi-heure durant, explorant les recoins de cet univers unique aux formes sinueuses qui nous intrigue tant depuis bientôt une année. Le périple s’annonce-t-il sur de bons rails ?


ControlMalgré notre curiosité évidente, il semblait difficile de ne pas cacher aussi notre légère inquiétude autour de Control. Non pas que nous doutions du savoir-faire de Remedy, qui n’est clairement plus à prouver, mais disons que les séquences dévoilées rappelaient un peu trop son prédécesseur, Quantum Break, au point de perdre un peu en personnalité. De plus, sa direction artistique épurée et cubique laissait paraître, en quelque sorte, un certain manque d’ambition visuelle que nous ne souhaitions évidemment pas. Le prendre en main, même au travers d’une courte démo, était donc enfin l’occasion de nous rassurer tant sur son gameplay que sur son monde étrangement torturé. Autant vendre la mèche d’emblée : s’il a encore à prouver, Control a peu de chance de faire un faux départ.

THE WEIRDEST HOUSE


ControlControl dispose d’un univers franchement particulier qu’il semble primordial de resituer. Celui-ci met en place Jessie Fayden, travaillant au sein du Bureau Fédéral du Contrôle, une agence gouvernementale mystérieuse dont le QG, The Oldest House, sert de théâtre aux événements du jeu. Seulement voilà, le numéro un de l’organisation est assassiné et Fayden, un poil dépassée par les événements, se retrouve promue dirigeante de tout le département. De plus, le bâtiment est pris d’assaut et il lui advient alors de le délivrer entièrement : pour ce faire, notre héroïne dispose de capacités surnaturelles dont les origines demeurent encore inconnues, et d’une arme à feu unique mais polymorphe, aux capacités diverses. Control mise donc énormément sur son gameplay très aérien qui se prend, d’emblée, plutôt bien en mains. Jessie n’est pas vraiment du genre à se laisser faire et n’a rien à envier à certains super-héros : avec L1/LB, elle peut arracher de multiples éléments du décor pour s’en faire un bouclier avant projection tandis qu’avec R1/RB, elle peut lancer l’objet de son choix avec une puissance dévastatrice. Sa télékinésie prononcée lui permet également de léviter, se maintenant dans les airs et se projetant sur les directions de son choix, ou d’asséner ses ennemis d’une onde de choc ahurissante au corps à corps. Force est de constater que l’ensemble des techniques parvient de façon assez naturelle et débouche, alors, sur des combats extrêmement dynamiques, certains ennemis disposant également de capacités similaires. Certains feront un parallèle évident à la force de Star Wars, et ce n’est pas totalement faux : on prend un malin plaisir à envoyer bureau, canapé et autre frigidaire dans les dents d’un détracteur avant de lui mitrailler le visage à cinq mètres de hauteur.

 

ControlJessie Fayden est une femme de caractère, et les multiples formes – jusqu’à cinq au total, nous annonce-t-on – de son pistolet permettent de varier un peu les techniques. Rajoutez à cela les diverses optimisations qu’il est possible d’attribuer à son arme, comme pour améliorer la puissance, la cadence de tir ou le rechargement, ainsi qu’à l’héroïne elle-même, et vous obtenez des affrontements plutôt complets. De plus, certains petits détails viennent approfondir le jeu, comme des éléments à détruire en priorité afin d’affaiblir les ennemis, ou ce pouvoir permettant d’en faire basculer de votre côté. On notera également des spécificités originales, comme la possibilité de regagner de la vie en attaquant (c’est d’ailleurs le seul moyen de rétablir sa santé). En soi, Control n’invente pas grand-chose mais ses structures s’avèrent suffisamment efficaces, du moins dans un premier temps, pour procurer du plaisir in-game. À voir si ses ficelles parviendront à se renouveler suffisamment sur la durée : là, en revanche, ce n’est pas forcément garanti.

 

CHELOU-LAND


ControlL’autre argument de taille, et certainement celui qui nous attire le plus, c’est incontestablement l’univers créé de toutes pièces par Remedy. Le studio est largement renommé pour cette qualité spécifique : Max Payne, Alan Wake et Quantum Break sont des perles évidentes et, visiblement, Control ne devrait déroger à la règle. Contrairement à ce que l’on pouvait penser, The Oldest House n’est pas qu’un vaste bunker aux murs lisses qui se ressemblent tous mais semble regorger de secrets en tout genre : tout d’abord, il faut savoir que le jeu s’inscrit sous des airs de monde semi-ouvert, avec de multiples zones interconnectées entre elles que l’on se doit d’explorer afin d’en découvrir tous les détails. Ceux-ci peuvent être aussi anecdotiques – un coffre ou un item à récupérer – qu’essentiels pour l’histoire. Indéniablement, Control dispose de bien des aspects d’un Metroidvania, laissant le joueur libre face une exploration qu’il jugera nécessaire ou non. Il est alors possible de dénicher des laboratoires scientifiques, des notes, des films en live-action, approfondissant le background et suscitant terriblement l’intérêt.

Control

ControlDans Control, il n’y a pas de magie mais uniquement des expérimentations scientifiques qui ont plus ou moins mal tourné : certaines zones du bâtiment surprennent véritablement avec des sous-sols envahis par la végétation, des labyrinthes psychédéliques aux couleurs chaudes ou des tréfonds sombres et torturés. L’annonce des changements de zone, lui-aussi, est impressionnant et renforce cette volonté atmosphérique vraiment réussie. La direction artistique léchée s’appuie ainsi sur des effets de particules saillants, mais que l’on doit noter malheureusement un peu trop ambitieux, même pour une PS4 Pro qui voit alors son framerate chuter assez souvent. Tenez-le vous pour dit. Néanmoins, l’ambiance fait mouche et Control pourrait bien en faire sa principale force, si tant est que le scénario suive : pour le moment, il est très difficile de savoir où nous emmènera l’histoire puisque nous n’avons eu, par exemple, aucune cinématique. Mais The Oldest House promet des passages mystérieux et savoureux, c’est assurément un grand pouce en l’air de notre côté.


Notre degré d’attente

Control n’offre pas que des combats aux mécaniques bien huilées et assez complètes, malgré une répétitivé vite aperçue, mais aussi et surtout un univers ultra-savoureux dont il nous tarde terriblement d’en savoir plus. Remedy est indéniablement doué pour concocter des atmosphères uniques et ce QG énigmatique du Bureau Férédal du Control annonce une aventure mystérieuse aux aboutissements croustillants : de plus, le studio se plaît à cadrer une structure basée sur l’exploration volontaire, revenant aux sources du jeu vidéo en ne prenant que rarement le joueur par la main pour raconter son histoire. Mieux encore, ses environnements parviennent à surprendre avec des variations inattendues et torturées que l’on apprécie chaudement. Si quelques craintes résident toujours du côté de la variation des affrontements ainsi que d’un framerate qui souffre d’effets de particules léchés mais sans doute trop conséquents, il se pourrait bien que l’on tienne là l’une des expériences les plus divertissantes de l’été, sans pour autant réinventer la formule. Un bien bon cocktail en prévision des chauds airs d’août, mois au cours duquel Jessie Fayden débarquera sur PC, PS4 et Xbox One.


Réagir à cet article Réagir à cet article

 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
100% Excité



Autres articles

Control : comme promis, le mode "Photo" est opérationnel Remedy Entertainment fait savoir par le biais d'un communiqué officiel que les possesseurs de Control peuvent, dès à présent, profiter du mode "Photo". 2 | 16/10/2019, 16:06
Control : le prix de l'exclusivité Epic Games Store a été dévoilé On le sait bien, Epic Games sort souvent le carnet de chèques pour s'assurer de jolies exclusivité, mais les montants sont souvent tenus secrets. Mais aujourd'hui, on découvre le prix payé pour Control, le dernier jeu de Remedy. 2 | 23/09/2019, 17:01


Derniers commentaires
>> Soyez le premier à donner votre avis


Les commentaires sur ce sujet sont fermés.