Test également disponible sur : Switch

Test Ultra Street Fighter 2 : indémodable, même sur Nintendo Switch ?

Test Ultra Street Fighter 2 sur Nintendo Switch
La Note
note Ultra Street Fighter II : The Final Challengers 16 20

D’Ultra Street Fighter 2 : The Final Challengers, les puristes ne retiendront que le versus. Sur ce point, difficile de reprocher quoi que ce soit au jeu, si ce n’est sa propension à enlever certaines aspérités pour ne pas décourager les moins débrouillards. Les contrôles tactiles en sont le parfait exemple, d’ailleurs. En ce qui concerne le reste, il n’y a pas de quoi sauter comme un cabri : le lifting graphique date de 2008, les combats en coopération ne sont pas fous, et l’atelier pour customiser les tenues des persos relève plus du gadget qu’autre chose. Quant au mode "La Voie du Hado", présentée comme LA nouveauté, c’est un désastre. La faute à une reconnaissance des mouvements à la rue. N'empêche, le système de jeu est tellement bien fichu que l'on oublie le superflu pour se concentrer sur l'essentiel : la baston.


Les plus
  • Evil Ryu et Violent Ken, c'est lourd
  • Le gameplay calibré
  • Street Fighter II, quoi
  • Les arrangements musicaux qui caressent l'oreille
  • La possibilité d'opter pour les graphismes de l'époque
Les moins
  • Le mode "La Voie du Hado" qui ne sert à rien
  • Jouer au Joy-Con, c'est tendu
  • Une esthétique qui ne plaira pas à tout le monde
  • Vivement un stick arcade sur Nintendo Switch
  • Un peu cher pour ce que c'est


Le Test

On pensait que Capcom en avait fini avec les innombrables variantes de Street Fighter II, mais c’était sans compter sur le 30ème anniversaire de la série qui a incité l’éditeur à sortir Ultra Street Fighter 2 : The Final Challengers. Quand on sait ce que représente la licence aux yeux des fans de Nintendo, ça ressemble surtout à un formidable coup marketing visant à titiller la fibre nostalgique des joueurs approchant doucement la quarantaine, et à garnir un peu plus le catalogue de la console. Mais au-delà des parties improvisées dans le jardin du voisin, qu’apporte réellement ce portage a priori opportuniste ? C’est ce que nous allons voir tout de suite.


Ultra Street Fighter II : The Final ChallengersImpossible de débuter ce test d’Ultra Street Fighter II : The Final Challengers sans parler de la ressemblance avec Turbo HD Remix sur le plan visuel. Le producteur Yoshinori Ono ne s’en est jamais caché : Capcom a repris les assets conçus par les équipes d’Udon en 2008, au risque d’agacer les adeptes. En effet, cette refonte des sprites a longtemps divisé la communauté, certains estimant que l’aspect comics faisait injure au matériau d’origine, alors que d’autres étaient satisfaits de voir que les artistes n’avaient pas cherché à copier The King of Fighters au niveau des animations. En toute objectivité, le résultat est loin d’être dégueulasse – malgré la présence de bandes noires de chaque côté de l’écran – et on a droit à du 1080p 60fps sur la TV. En mode portable, ça s’arrête à 720p, mais la taille réduite de l’écran fait que la réalisation gagne en finesse. Et puis, pour ceux qui tiennent absolument à jouer avec les graphismes de l’époque, une option permet de basculer en style old school, tout ça en 4/3. Pareil pour les musiques : on a le choix entre les morceaux que les anciens enregistraient sur K7, et des arrangements qui ont le mérite de ne pas écorcher les oreilles. Bien évidemment, Capcom a profité d’Ultra Street Fighter II : The Final Challengers pour opérer quelques changements de gameplay que l’on n’oserait pas qualifier d’anecdotiques.

D’Ultra Street Fighter II : The Final Challengers, les puristes ne retiendront que le versus. Sur ce point, difficile de reprocher quoi que ce soit au jeu, si ce n’est sa propension à enlever certaines aspérités pour ne pas décourager les moins débrouillards.


Ultra Street Fighter II : The Final ChallengersPar exemple, on remarque que le rythme a été revu à la baisse, au grand dam de ceux qui avaient pris l’habitude de mettre la pression à leurs adversaires en multipliant les mix-ups. On soupçonne les développeurs d’avoir voulu casualiser le jeu (cf. les contrôles tactiles auxquels peuvent être assignées des attaques spéciales) puisque, du coup, les néophytes bénéficient d’un peu plus de temps pour organiser leur défense ; mais après avoir enchaîné les sessions, cet argument ne suffit pas pour justifier les défaites honteuses. Contrairement à Super Street Fighter 2 Turbo – qui a servi de modèle pour le gameplay, précisons-le – on note aussi qu’il est possible de contrer les choppes, ce qui redistribue complètement les cartes compte tenu des dégâts que peuvent infliger les projections. Le revers de la médaille, c’est que le tick throw est plus difficile à exécuter avec une tolérance abusée dans le blockstun (le laps de temps durant lequel le personnage est incapable de réagir après avoir bloqué une attaque). Lister toutes les retouches prendrait des heures, mais la communauté a déjà commencé son travail de recensement. Le Fake Fireball de Ryu – avec lequel on pouvait gagner des frames – a disparu de la circulation, tout comme Honda et Chun-Li qui ne sont plus capables de feinter avec leur Super en le gardant sous le coude.

 

LA VOIE DE GARAGE


Ultra Street Fighter II : The Final ChallengersBref, même si certains choix sont discutables, Ultra Street Fighter 2 : The Final Challengers reste hyper agréable à jouer avec une manette Pro. En revanche, c’est plus compliqué avec les Joy-Con – qu’ils soient connectés à l’écran ou non – qui ne sont clairement pas adaptés à un jeu de baston nécessitant un minimum de précision. Côté contenu, si les habituels modes "Arcade", "Versus" et "Entraînement" sont là, cette mouture Nintendo Switch propose de faire des combats en coopération. Le principe est simple : faire équipe avec un pote ou l’I.A., et briser les genoux des adversaires qui se présentent à l’écran. Histoire d’équilibrer les débats, les coups d’en face font un peu plus mal, et le moindre round perdu est synonyme de défaite. Le fait que la barre de vie soit commune – contrairement aux jauges de Super – oblige à coordonner les attaques, la technique la plus efficace étant de prendre l’adversaire en sandwich. On n’en garde pas un souvenir impérissable pour tout vous dire, mais c’est beaucoup moins dramatique que le mode "La Voie du Hado" dans lequel on incarne Ryu. Pourtant, l’idée de départ est intéressante à défaut d’être révolutionnaire, puisqu’il s’agit de mimer, en vue subjective et à l’aide des Joy-Con, certains coups ancestraux de Street Fighter.

 

Quant au mode "La Voie du Hado", présentée comme LA nouveauté, c’est un désastre. La faute à une reconnaissance des mouvements à la rue.


Ultra Street Fighter II : The Final ChallengersLes commandes sont assez basiques : joindre les Joy-Con et pousser vers l’avant pour un Hadôken, tendre les bras et balayer devant soi pour un Tatsumaki Senpûkyaku, et imiter un uppercut pour un Shôryûken. Jauge de Super oblige, il suffit de presser SL sur un Joy-Con et SR sur l’autre pour exécuter un Shinku Hadôken. Le hic dans tout ça, c’est la reconnaissance de mouvements qui est à la ramasse, même avec l’option Maître censée améliorer la détection des gestes. On a dû se contenir pour ne pas péter un plomb, sincèrement. Heureusement qu’il n’est pas obligatoire de cibler les ennemis, et on doit se contenter de choisir l’attaque la plus appropriée en fonction du nombre d’ennemis et de la distance à laquelle ils se trouvent. Dans toute cette misère, on a réussi l’exploit de vaincre M. Bison, le boss du mode "Défi", sachant qu’un mode "Survie" est également là pour montrer la voie. A noter que des points d’aptitudes sont remis au fil des parties, dans le but d’améliorer les stats du perso (vie, attaque, chance, vitesse, défense, mental). Pour ce qui est du jeu en ligne, il n’est pas disponible à l’heure où nous écrivons ces lignes. Nous aurons l’occasion d’y revenir si des points importants sont à souligner. Enfin, terminons par le casting d’Ultra Street Fighter II : The Final Challengers et ses superstars Evil Ryu et Violent Ken. A l’image d’Akuma, ils sont en mesure de ruiner la jauge de vie ; en contrepartie, ils encaissent très mal les coups. Violent Ken semble posséder un léger avantage sur les deux autres, grâce à des déplacements plus rapides. Comme quoi, ça a du bon de se faire laver le cerveau par M. Bison.


Réagir à cet article Réagir à cet article

 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
50% Blasé



Autres articles

Charts France : Overwatch fait un come-back inattendu grâce à sa baisse de prix Alors qu'on pensait que Injustice 2 allait continuer à régner sans peine sur les charts français, un certain Overwatch fait son grand retour et surclasse tout le monde. Pourquoi ? Les explications. 06/06/2017, 09:44
Ultra Street Fighter 2 : la presse américaine n'a pas aimé le jeu, les notes ne sont pas bonnes Plutôt bien accueilli en France et en Europe, Ultra Street Fighter II : The Final Challengers s'est fait malmené aux Etats-Unis, la presse locale ne lui ayant pas fait de cadeau. La note Metacritic est très mauvaise. 10 | 29/05/2017, 09:58


Derniers commentaires
Par charly08000 le Vendredi 26 Mai 2017, 0:27
Martial07 a écrit:Bravo du grand recyclage sur la nouvelle super mega console qui recycle bientôt les jeux nes

he les admins de jeuxactu vous avez mis des photos de la version snes mdr ou alors cest capcom qui a mis des stagiaires pour faire une version demo lol serieux nintendo la honte ils sont meme pas pu obtenir sf4 sorti il ya 10 ans sur ps4 360 on va ou la misere de misere.. *_*


Répondre
-
voter voter

Par Martial07 le Jeudi 25 Mai 2017, 18:41
Bravo du grand recyclage sur la nouvelle super mega console qui recycle bientôt les jeux nes

Répondre
-
voter voter

>> Voir les 2 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*