Phantom Doctrine : on a joué à ce XCOM-like en pleine guerre froide, nos chaudes impressions


Phantom Doctrine : on a joué à ce XCOM-like en pleine guerre froide, nos chaudes impressions

Après avoir fait ses premières armes avec Ancient Space en 2014, puis avec Hard West l'année suivante, le studio polonais CreativeForge Games nous a invités à Varsovie afin de mettre les mains sur leur nouveau projet, Phantom Doctrine. Dévoilé lors de la dernière gamescom, le jeu est un thriller tactique se déroulant en pleine guerre froide et dans un monde uchronique dominé par des organisations secrètes. Si le pitch vous fait furieusement penser à James Bond et Mission : Impossible, c'est tout simplement parce qu'il s'en est fortement inspiré comme nous avons pu nous en rendre compte.


Phantom DoctrineContexte très utilisé dans le domaine du cinéma, et en particulier lorsqu'on traite d'espionnage, la guerre froide est - assez inexplicablement - restée très peu exploitée dans le domaine du jeu vidéo. Frilosité ou manque d'intérêt pour un conflit qui n'est pas le plus spectaculaire, toujours est-il que cet aspect de Phantom Doctrine nous a tout de suite plu. Bienvenue en 1983, une période sombre où les blocs de l'Est et de l'Ouest se font une guerre sans merci en usant d'influence et de coups bas. Ici, deux entités se disputent donc la domination du monde : d'un côté, the Cabal pour qui le joueur officie et qui représente le bien (enfin plus ou moins) ; et de l'autre côté, les méchants de la Conspiracy qui oeuvrent dans l'ombre pour contrôler le monde via la manipulation des pays, de leurs dirigeants et de l'opinion publique. Notre mission est simple : contrecarrer les plans de l'ennemi, trouver leur planque et mettre hors d'état de nuire l'intégralité de l'organisation. Comme en vrai, le renseignement sera ici le nerf de la guerre, et chaque bribe d'information pourra vous rapprocher du cœur opérationnel de la Conspiracy, ou vous tromper et vous en éloigner. Pour baser vos actions sur de solides indices, et ainsi éviter d'envoyer vos agents un peu partout dans l'espoir d'un succès sur un coup de chance, Phantom Doctrine impose une véritable analyse des données. Grâce à la carte du monde, the Cabal reçoit des bouts d'information que l'on va devoir vérifier en envoyant nos agents sur le terrain. Ces derniers devront alors s'assurer de leur authenticité, ce qui permettra ensuite de constituer les pièces d'un puzzle géant. Chaque action consommera du temps et permettra soit d'enquêter en récupérant des éléments sur la Conspiracy, soit de se lancer carrément dans des opérations de contre-espionnage en sabotant, en supprimant, ou en suivant les agents ennemis.

 

UN CRIME DANS LA TÊTE

 

Phantom DoctrineUne photo volée d'un suspect, une transmission interceptée, des notes retrouvées dans un bureau, tous ces indices glanés par vos agents dispersés au quatre coins de l'hémisphère Nord finiront dans la salle d'analyse, punaisés sur un grand tableau en liège. C'est ici qu'il va falloir faire appel à nos talents de détective. En lisant minutieusement toutes les infos, et en les reliant les unes aux autres quand décèle des points communs (un nom, un pseudo, une ville, un même mot-clé), on réalisera une véritable toile d'araignée qui nous permettra d'identifier un lieu précis où se déroulera la prochaine mission tactique. Bien sûr, pendant toute cette phase d'investigation, les truands de la Conspiracy ne vont pas chômer, leur objectif étant similaire en tout point au nôtre, sauf que la base de the Cabal est leur objectif. Notre QG ne doit donc jamais être découvert, et l'avancée des travaux ennemis est traduite en temps réel par une barre de danger qui ne fait qu'augmenter. Une fois celle-ci remplie, la Conspiracy trouve notre base, et à moins de réussir à la défendre avec les agents encore disponibles (quitte à en sacrifier lors du combat), ce sera le "Game Over" assuré. L'autre option est de prendre l'ennemi de vitesse, et de claquer une immense partie de notre budget pour déménager la base et gagner ainsi un précieux répit. En effet, les finances représentent une partie importante de Phantom Doctrine, dans la mesure où elles permettent d'embaucher des nouveaux agents issus des divers services secrets (FSB, DGSE, Mossad, CIA, BND, Naicho, MI6, etc.), de les former en améliorant leurs compétences - qu'il s'agisse de renseignement ou de combat - et même de les équiper en diverses armes.

 

Autre aléa de la vie d'espion, chacun de vos recrutement peut mal se passer, vous amenant du coup à embaucher un agent double.

 

Phantom DoctrineAutre aléa de la vie d'espion, chacun de vos recrutement peut mal se passer, vous amenant du coup à embaucher un agent double. Ce n'est bien sûr pas une fatalité, mais il faudra faire passer de nombreux examens à votre recrue pour s'assurer de sa loyauté, ce qui utilise deux ressources clés : le temps et l'argent. En passant sur certaines précautions, il sera possible d'aller plus vite, mais on n'est alors pas à l'abri de voir notre personnel se retourner en un instant. Ce concept d'agent double est aussi efficace pour le joueur, car il est tout à fait possible de laver le cerveau d'un agent prisonnier, ou mieux, de lui implanter une phrase spécifique dans le cerveau qui vous permettra de le recruter directement sur le terrain. Une option très utile, puisqu'elle permet de transformer un ennemi en allié, sachant que l'on ne peut s'en servir qu'une seule fois par agent. Cette notion de loyauté est donc l'un des éléments majeurs du gameplay de Phantom Doctrine, et on va devoir constamment savoir à qui faire confiance et jusqu'à quel point. Du coup, on risque de regretter amèrement d'avoir formé à grands frais un agent double qui se retournera contre nous au pire moment, lors d'une mission tactique tout particulièrement.

BONS BAISERS DE RUSSIE

 

Phantom DoctrineUne fois la phase d'enquête et de préparation terminée, le jeu de CreativeForge Games revêt l'habit plus traditionnel d'un jeu tactique au tour par tour dans le plus pur style de XCOM. Avant de partir à l'attaque, il faut tout d'abord composer son équipe en fonction des compétences, mais aussi des agents disponibles à l'instant T. On va pouvoir effectuer une mission de reconnaissance au préalable afin de connaître les forces en présence, de pré-localiser les objectifs,  mais aussi de poster des hommes en support comme un sniper, un spotter qui repèrera les cibles, ou même un artilleur équipé d'un lance-grenades pour les plus bourrins d'entre vous.  Il y aura même moyen de déguiser l'un de ses hommes afin de faciliter l'infiltration. Ces séquences de jeu au tour par tour reposent sur l'anticipation et la réflexion, puisque l'on commence toujours la mission en mode discret, privilégiant alors l'infiltration à l'action pure. Ces missions demandent de remplir un ou deux objectifs, mais aussi de réussir à exfiltrer tous ses agents en vie et - si possible - en bonne santé. En effet, un agent blessé devra panser ses plaies - ce qui l'obligera à rester indisponible un long moment - tandis que laisser un allié derrière soi sera dramatique, car il sera à la merci de la Conspiracy qui pourra lui extorquer des informations, et même le retourner contre vous. Il est donc conseillé de remplir les missions discrètement, sans déclencher l'alarme qui fera arriver des nuées de soldats, voire un hélicoptère d'attaque Hind qui ne fera qu'une bouchée de votre équipe. Tous vos agents auront des tâches qu'ils seront plus à même d'accomplir en fonction de leurs compétences, mais aussi de leur équipement. Il ne faudra pas espérer tuer des ennemis éloignés avec une mitraillette, tandis que le fusil sniper ne fait pas merveille en intérieur. Il sera donc nécessaire de prévoir le rôle de vos hommes au QG, et ainsi gérer les différentes spécialisations en investissant dans la recherche. Le seul défaut que l'on puisse trouver au jeu pour l'instant, c'est la visée assez bizarre qui ne permet pas toujours de savoir si l'on va toucher notre ennemi ou pas.


Phantom DoctrineBien que nous n'ayons pas pu jouer plus d'une petite heure, le concept de Phantom Doctrine s'avère diablement séduisant, en couplant un aspect tactique à la XCOM bien rôdé à un volet d'enquête extrêmement travaillé. La possibilité de faire face à des agents doubles pimente incroyablement la partie, tandis que l'aspect enquête est très bien réussi. Le jeu est exigeant et demande pas mal de stratégie lors de la phase d'espionnage, même si le combat tactique est plus traditionnel. Entre enquête et tactique, Phantom Doctrine a pour lui d'être aussi un des rares jeu qui ose surfer sur la période de la guerre froide. Si vous appréciez les jeux tactiques comme XCOM ou encore Hard West, vous savez que le nouveau bébé du studio polonais est à suivre de près.  Phantom Doctrine sortira en 2018 sur PC et plus tard sur PS4 et Xbox One.


Réagir à cet article Réagir à cet article

 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
100% Osef



Derniers commentaires
>> Soyez le premier à donner votre avis


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*