Test également disponible sur : PS4

Test Yakuza 6 : l'épisode le plus classe et le plus abouti de la série ?

Test Yakuza 6 (PS4) : l'épisode le plus abouti de la série ?
La Note
note Yakuza 6 : The Song of Life 16 20
Conscients que Kazuma devait sortir par la grande porte, les développeurs de la team Yakuza ont mis toute leur âme pour que cet épisode soit à la hauteur de l’événement. On ne parle pas de la richesse du contenu, ni de la qualité de la réalisation qui mérite que l’on mette le Dragon Engine sur un piédestal ; non, rien de tout ça. On fait allusion à cette mise en scène de fou soutenue par une constellation de personnages charismatiques. Bien sûr, Takeshi Kitano est au-dessus du soleil, mais on ne s’attendait vraiment pas à un casting avec autant de gueule. Une haie d’honneur qui occulte quasiment les quelques longueurs dans le scénario, ainsi que la relative rigidité des combats. Bon vent à toi, Kazuma.

Les plus
  • La richesse du contenu
  • Un casting cinq étoiles
  • Au-dessus du soleil, il y a Takeshi Kitano
  • Une B.O. de dingue
  • Une atmosphère unique
  • La qualité de la mise en scène
  • Le Dragon Engine qui fait des merveille
  • Le doublage japonais qui déchire
  • Un scénario captivant...
Les moins
  • ...malgré quelques longueurs
  • Des combats qui manquent de fluidité
  • Pas de sous-titres en français
  • On aurait aimé plus de villes à explorer
  • La der de Kazuma Kiryû


Le Test
Ca y est, le générique de fin de Yakuza 6 défile sous nos yeux, un moment que l’on redoutait. On aimerait tant que Toshihiro Nagoshi (producteur) et ses équipes reviennent sur leur décision, mais le scénario, la mise en scène et la B.O. du jeu rappellent à chaque instant qu’il s’agit bel et bien du dernier épisode des péripéties de Kazuma Kiryû. Un crève-cœur pour ses fans qui le suivent depuis une douzaine d’années, et qui ne voient pas la licence perdurer sans lui. En guise de lettre d’adieu, Kiryû-san livre une prestation de haute volée qui, même si certaines imperfections subsistent, propose sans doute l’expérience la plus aboutie de la franchise.

Mise à jour de notre test réalisé le 16 mars 2018 à 18h33

Yakuza 6 : The Song of LifeKazuma Kiryû, qu’il porte une veste cintrée ou une chemise avec les manches retroussées, nous fait clairement passer pour des gueux ; c’est ce qui frappe en premier lieu lorsque l’on découvre Yakuza 6, un jeu qui pue la classe. D’une sérénité inébranlable, s’exprimant toujours avec un ton calme, on se demande limite si le héros au corps tatoué n’a pas considéré son passage en prison comme un séjour tous frais payés. Placé derrière les barreaux pour ses exactions passées, il se rend immédiatement à l’orphelinat après avoir purgé une peine de trois ans. Là-bas, les enfants lui annoncent ne plus avoir entendu parler d’Haruka depuis un moment. Finalement, c’est dans un lit d’hôpital qu’il va retrouver sa protégée, plongée dans le coma et désormais maman d’un petit Haruto. Décidé à faire la lumière sur cette mystérieuse affaire, Kiryû-san se rend donc à Hiroshima où Haruka semble avoir des attaches. Voilà pour le script de Yakuza 6 que l’on avale d’une traite, même s’il y a quelques longueurs, que ça met un peu de temps à décoller et que les sous-titres sont uniquement en anglais. Pour les anglophobes, il convient donc d’avoir Google Trad’ ou un bon vieux dico à portée de main, tant les personnages débitent tout au long de l’aventure. Il serait quand même dommage de passer à côté de tous les détails scénaristiques, surtout avec les multiples références aux épisodes précédents qui permettent aux éventuels néophytes de resituer tout ça.

 

Kazuma Kiryû, qu’il porte une veste cintrée ou une chemise avec les manches retroussées, nous fait clairement passer pour des gueux ; c’est ce qui frappe en premier lieu lorsque l’on découvre Yakuza 6, un jeu qui pue la classe.


Yakuza 6 : The Song of LifeRempli de clichés, Yakuza 6 reproduit à l’identique le célèbre quartier chaud de Kabukichô (Kamurochô dans le jeu). Rien n’a été négligé par les développeurs (en tendant l’oreille, on peut entendre l’hymne de Don Quijote), et le degré de réalisme est tel que l’on regretterait presque que les développeurs n’aient pas recréé la VR Zone. La nuit tombée, c’est à un véritable déluge de couleurs et de lumière auquel nous avons droit, le moment idéal pour faire le tour des activités. C’est toujours sympa de (re)découvrir certains classiques de la maison en squattant les salles d’arcade – Puyo Puyo, Virtua Fighter 5 Showdown, Fantasy Zone, ou encore Space Harrier. Les bars à hôtesses et le karaoké existent toujours, il y a moyen de lancer une partie de fléchettes (dédicace aux potes d’Arleux), et même d’entretenir sa condition physique en s’abonnant à une salle de fitness RIZAP. Au détour d’une quête annexe, le Dragon de Dojima à l’occasion de se familiariser avec le live chat, une « technologie » inconnue pour lui. En gros, il s’agit de presser correctement les boutons affichés à l’écran pour inciter notre interlocutrice à se dévêtir. Histoire de renforcer l’immersion, SEGA a fait appel aux services de véritables pros de la discipline telles que Yua Mikami et la pulpeuse Anri Okita. On vous rassure, il n’y a rien de sale lors de ces instants de détente ; donc, inutile de sortir les katanas. Enfin, la possibilité de profiter d’un Neko Cafe offre de vrais moments de tendresse.

 

さようなら


Yakuza 6 : The Song of LifeIl n’y a pas qu’à Kabukichô où des à-côtés permettent de varier les plaisirs. En effet, Hiroshima est le premier théâtre de la guerre des clans, un mini-jeu où il va falloir compter sur des hommes de confiance pour fracasser des bouches avec le maximum d’efficacité. Plus concrètement, ces affrontements de rue demandent une bonne gestion des troupes, puisqu’il faudra déplacer ses unités sur le champ de bataille en fonction de leurs forces et de leurs faiblesses. Bien sûr, des alliés mourront au combat, mais en sillonnant les rues d’Onomichi, on pourra piocher dans la racaille du coin. C’est aussi à Hiroshima que l’on se met à la pêche sous-marine. Le face-à-face avec le requin mérite le détour. Bref, il y a toujours quelque chose à faire dans Yakuza 6, le nombre de quêtes secondaires étant particulièrement élevé. Solide en termes de contenu, le jeu l’est également sur le plan visuel. Jamais la 3D n’a été aussi splendide dans un Yakuza ; tout ça, on le doit au Dragon Engine spécialement conçu pour cet ultime chapitre avec Kazuma Kiryû. Si les intérieurs sont soignés, ça défonce encore plus une fois que l’on a le nez dehors. Ce n’est peut-être rien, mais les flaques d’eau qui parsèment la chaussée de Kabukichô, ça tue. A Hiroshima, certaines cut scenes sont ponctuées de panoramas tout simplement splendides. Après, le risque avec un univers aussi vaste, c’est que tout le monde ne soit pas logé à la même enseigne. Comprenez par là que l’on a connu des PNJ plus convaincants au niveau des animations faciales. Ca casse un peu l’ambiance, c’est vrai, mais tant que le job est fait au niveau des persos secondaires – Takeshi ‘Beat’ Kitano est monstrueux – c’est l’essentiel.

 

Ce manque de fluidité plombe l’impact des coups quand Kiryû-san fait parler ses poings. On dirait que les attaques glissent sur les adversaires au lieu de broyer leurs cotes.


Yakuza 6 : The Song of LifeEn revanche, ce que l’on peut difficilement ignorer, c’est la rigidité de l’animation. OK, Yakuza 6 est plus souple que les épisodes précédents, mais par rapport aux productions actuelles, ça reste light. Ce manque de fluidité plombe l’impact des coups quand Kiryû-san fait parler ses poings. On dirait que les attaques glissent sur les adversaires au lieu de broyer leurs cotes. En fait, il n’y a que lorsque l’on consomme la jauge de Heat que la violence des droites et des coups de bicyclette dans la gueule est perceptible. C’est dommage, car pour le reste, les développeurs ont assuré. Tout d’abord, on ne doit plus se coltiner trois styles de combat mais un seul, ce qui simplifie tout de suite les choses. L’autre bonne nouvelle, c’est que toutes les occasions sont bonnes pour récupérer de l’XP – aller au restau, accomplir des quêtes annexes, enchaîner les mini-jeux, ou tabasser les malfrats. C’est sacrément bien vu car 1) on n’a jamais l’impression de perdre son temps, 2) ça nous pousse à profiter de tout le contenu du jeu. On note aussi que la transition exploration-combat est désormais seamless, afin de ne pas tuer le rythme. On aurait aimé que l’on puisse se taper librement – c’est-à-dire sans se farcir une arène formée par des curieux – mais peut-être que cette requête sera entendue pour Hokuto ga Gotoku. En tout cas, remplir au max toutes les compétences de Kazuma est primordial pour ne pas mordre la poussière, même si le jeu diminue le niveau de difficulté en cas d’échecs répétés.

 

UN BON COUP DE BEAT


Yakuza 6 : The Song of LifeComme on l’a dit plus haut, Yakuza 6 est d’une élégance intestable. Il y a des séquences qui marquent vraiment les esprits, notamment celle où Haruto passe de bras en bras, tout ça saupoudré de slow motion. Le duel face à Takumi Someya nous a également donné des frissons, le morceau Bloodstained Philosophy y étant pour beaucoup. Quitte à en faire trop, parmi tous les protagonistes qui croisent la route du héros, pas un est à la ramasse. Les anciens agissent en véritables darons de la mafia, et les rebondissements démontrent que le mind game n’a aucun secret pour eux. Toshihiro Nagoshi a tout fait pour que le tour d’honneur de Kazuma Kiryû ait des allures de grand spectacle à la japonaise, et c’est réussi.


Réagir à cet article Réagir à cet article

 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
100% Joyeux



Autres articles

Yakuza : quand le créateur de la série tacle gentiment Nintendo et Microsoft Lors d'une interview accordée à nos confrères d'EDGE, Toshihiro Nagoshi, le créateur de la série Yakuza, a taclé gentiment Nintendo et Microsoft. 7 | 14/08/2018, 11:09
Yakuza 6 : un portage sur PC ? Ça en a tout l'air Yakuza 6 était jusqu'ici réservé à la PlayStation 4 : malgré tout, il se pourrait bien que le célèbre jeu fasse une excursion sur PC... C'est en tout cas ce que laisse penser une image diffusée par SEGA lui-même ! 2 | 02/08/2018, 17:32


Derniers commentaires
Par Rex 63 le Jeudi 12 Avril 2018, 9:41
Napoleone a écrit:Bon au moins la je vous rejoins ça rale pour quelque chose .Car je me rappelle que sa rallait car les jeux rockstar n étaient pas doublés en en français ...MDR ...Mais la je vois que la France a été occulté je pense que c est purement budgetaire . Et si les ventes sont ai rdv et bien un petit patch verra le jour... mais bon on voit bien que la France a perdu un poids dans le domaine international.


Pourtant le marché français n'est pas négligeable dans les ventes de JV
S'ils ne doublent ni en français (et donc belgique, canada...) ni en italien, ni en espagnol ni en allemand, alors ils se tirent une balle dans le pied les devs en terme de CA
Le pb des jeux rockstars non doublés c'est l'immersion dans le JV et non pas dans l'ambiance. On ne peut pas lire les sous titres tout en faisant une course poursuite. Et ne me fais pad croire que tu comprends l'anglais quand eux ils parlent en cowboys
Moi je joue d'abord...


Répondre
-
voter voter
3

Par batmanmania le Jeudi 12 Avril 2018, 6:28

likeSmall 437
C'est pas grave si le jeu est encore une fois qu'en anglais, ca va perfectionner votre niveau, moi ça me fait peur, j'ai bien fait Final Fantasy x-2 international plus last mission en Japonais donc c'est pas un jeu en anglais qui va m'effrayer.

Répondre
-
voter voter
6

Par Jon-Snow le Mercredi 11 Avril 2018, 23:33

likeSmall 787
C'est HONTEUX de vendre un jeu en France sans au minimun le sous-titrage en français ! moi je serais testeur je lui aurais mis 10 sur 20 mais je ne suis pas testeur et je n'ai pas de ps4 donc pour moi tout va bien lol....

Répondre
-
voter voter
1

Par otaku38 le Mercredi 11 Avril 2018, 21:34

likeSmall 170
Rob Mil a écrit:Ou un type comme moi qui vient dire que si vous vouliez que la saga yakuza soit encore traduite en Français , fallait l'acheter quand c'était le cas (le premier épisode sur PS2 avait des sous titres en Français...) et pas faire du chichi des années plus tard quand la saga marche bien mais qu'il est trop tard pour mendier une traduction...Il a fait un bide en Français sur PS2 ben maintenant comme dirait l'autre DEAL WITH IT!


heu ça c'etait quand ? y a 15 ans ? c'est evident qu'une nouvelle license traduit ou pas ne marche pas forcement en 15 ans sega ne sais pas dis tiens et si on traduisait yakuza 0 ? Cyberia est traduit en 8 langues et pourtant c'est pas le jeu du siecle. certain comme nis america ou d'autre petit éditeurs font des effort de traduction (je parle même pas de namco qui eux traduisent systématiquement leur jeux) Sega est le pire des éditeurs


Répondre
-
voter voter

Par Space312 le Mercredi 11 Avril 2018, 20:14

likeSmall 43
Plus classe et plus abouti? Et le Français alors?

Répondre
-
voter voter
1

Par Napoleone le Mercredi 11 Avril 2018, 19:57

likeSmall 825
Bon au moins la je vous rejoins ça rale pour quelque chose .

Car je me rappelle que sa rallait car les jeux rockstar n étaient pas doublés en en français ...MDR ...

Mais la je vois que la France a été occulté je pense que c est purement budgetaire . Et si les ventes sont ai rdv et bien un petit patch verra le jour... mais bon on voit bien que la France a perdu un poids dans le domaine international.

Je rejoins Narutovore pour la critique resumant bien le point qui fait tache dans ce type de jeux ...


Répondre
-
voter voter
3

Par Rex 63 le Mercredi 11 Avril 2018, 18:27
Pas de sous-titre en francais ?
Bein dans ce cas il ne mérite même pas un test des medias français.
Comment je vais jouer si il n'est pas en francais ? Incroyable ça...
Tant pis pour leur chiffre d'affaires.

Vivement les premiers tests de God of War demain matin (perso je regarderai celui de Julien Chieze sur youtube)


Répondre
-
voter voter
3

Par darpalex le Mercredi 11 Avril 2018, 16:51
je n'ai jamais joué à un Yakuza.
Alors comme les screenshots me rappellent Shenmue je me demandais si c'est une illusion ou bien Yakuza peut être une sorte d'alternative à Shenmue? ou pas du tout? Si certains qui y ont joué y trouvent quelques moments de gameplay qui peut plaire aux nostalgiques de Shenmue, merci de le dire.
Moi vraiment je ne connais que les screenshots. je n'ai même pas été voir sur YouTube car je préfère l'avis des joueurs. merci.


Répondre
-
voter voter

Par Rob Mil le Mercredi 11 Avril 2018, 16:43
otaku38 a écrit:moi y a un truc qui m'énerve quand un non anglophone demande une traduction en Français , il y a toujours 2-4 joueurs bilingue qui tombe dessus en demandant d'apprendre l'anglais .En gros c'est pas la faute de l'éditeur mais du joueur , belle mentalité


Ou un type comme moi qui vient dire que si vous vouliez que la saga yakuza soit encore traduite en Français , fallait l'acheter quand c'était le cas (le premier épisode sur PS2 avait des sous titres en Français...) et pas faire du chichi des années plus tard quand la saga marche bien mais qu'il est trop tard pour mendier une traduction...Il a fait un bide en Français sur PS2 ben maintenant comme dirait l'autre DEAL WITH IT!


Répondre
-
voter voter
1

Par otaku38 le Mercredi 11 Avril 2018, 15:57

likeSmall 170
moi y a un truc qui m'énerve quand un non anglophone demande une traduction en Français , il y a toujours 2-4 joueurs bilingue qui tombe dessus en demandant d'apprendre l'anglais .
En gros c'est pas la faute de l'éditeur mais du joueur , belle mentalité


Répondre
-
voter voter

>> Voir les 16 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*