Test également disponible sur : Xbox One - PS4

Test Resident Evil Revelations : quand le recyclage se transforme en gaspillage

Test Resident Evil Revelations (PS4) : recyclage ou gaspillage ?
La Note
note Resident Evil Revelations 12 20

On ne va pas vous la faire à l’envers. Acheter Resident Evil Revelations en 2017 sur PS4 ou Xbox One n’a véritablement aucun sens. Malgré son prix attractif de 20€ et malgré la présence de tous les bonus et autres DLC, le titre de Capcom souffre de nombreux défauts. Pour commencer, sachez que le travail de restauration n’a absolument rien de transcendant. Il y a certes l’affichage en 1080p et le framerate se révèle être plus fluide, mais le poids des années plonge le jeu dans une angoisse visuelle permanente. Textures grossières, souvent floues, couleurs qui bavent, modélisation cubique de certains environnements, personnages qui manquent de naturel, mise en scène minimaliste et cinématiques rincées : le jeu pique sévèrement les yeux. Ajoutez à cela des mécaniques de gameplay aujourd'hui dépassées et une aventure pas franchement palpitante, et vous aurez un bel aperçu de ce qui vous attend dans cet énième recyclage abusif. Passez votre chemin et économisez encore un peu, la Gold Edition de Resident Evil 7 arrive dans quelques mois.


Les plus
  • L’affichage en 1080p
  • Fluide et stable quelles que soient les circonstances
  • Tous les DLC et bonus sont inclus
  • Vendu 20€
Les moins
  • Quasi aucun travail de restauration
  • Graphiquement, le jeu a pris cher
  • Mécaniques de gameplay complètement dépassées en 2017
  • C’est un jeu 3DS à la base et ça saute aux yeux


Le Test

S’il y a bien un éditeur qui n’a pas attendu l’avènement des consoles de huitième génération pour se lancer dans le recyclage à grande échelle, c’est Capcom. L’éditeur japonais est même allé plus loin que les autres en osant l’adaptation de jeux portables sur consoles de salon. On se rappelle par exemple de la sortie en 2013 de Resident Evil Revelations sur PS3 et Xbox 360, un titre développé à la base spécialement pour la 3DS de Nintendo. Capcom n’ayant visiblement pas peur du regard des autres va faire plus fort en cette rentrée 2017 : recycler ce dernier sur PS4 et Xbox One, avec la promesse d’une expérience encore plus folle. De là à dire que Capcom prend les joueurs pour des vaches à lait est sans doute un pas qu’on va oser franchir…


Resident Evil RevelationsPuisque Resident Evil Revelations a d’ores et déjà fait l’objet d’un test complet dans les colonnes de JEUXACTU en 2012 sur 3DS, puis l’année suivante sur PC, PS3 et Xbox 360, nous allons plutôt nous focaliser sur les changements (ou nouveautés éventuellement) apportés par cette mouture PS4 et Xbox One. Et quand il s’agit de portage ou de remaster, le premier élément qui nous intéresse est forcément l’aspect graphique. Qu’il s’agisse de la console de Sony ou celle de Microsoft, Resident Evil Revelations s’affiche en 1080p pour certes une résolution plus fine qu’à l’époque de la PS3 et de la Xbox 360, mais le poids des années, et le fait qu’il s’agisse surtout d’un portage HD d’un jeu 3DS, accentue davantage les défauts de ce dernier. Textures floues, couleurs qui bavent, modélisation souvent cubiques des environnements, le jeu trahit ses origines de jeu développé à la base pour une console portable aux capacités techniques limitées. C’est d’autant plus flagrant dès lors qu’une cinématique se lance, laissant place à des saynètes à la réalisation complètement has-been, appartenant presque à une autre époque. Si l’on est parvenu à faire abstraction de cette technique dépassée lors du transfuge de la 3DS vers la PS3 et la Xbox 360, quatre ans plus tard, la pilule a cette fois-ci du mal à passer.


MERCATO ZÉRO

 

Resident Evil RevelationsMalheureusement pour Resident Evil Revelations, il n’y a pas que les graphismes qui sont à l’ouest, le gameplay a lui aussi sacrément vieilli. Si à l’époque, ce dernier avait été salué en proposant un savant mélange des genres entre les différents duos de personnages, rappelant Resident Evil 6 qui voulait renouer avec le survival horror tout en gardant le côté action que le grand public américain affectionne tout particulièrement, en 2017, les exigences ont bien évolué. Les déplacements sont rigides, la caméra manque de souplesse, les ennemis basiques paraissent amorphes, ce qui prouve à quel point Resident Evil est une série qui vieillit très mal dans ses mécaniques de gameplay. C’est d’autant plus vrai depuis la sortie de Resident Evil VII qui a su renouveler la formule et dépoussiérer un genre qui était en train de partir en désuétude. Petite compensation pour faire oublier ce travail de restauration quasi inexistant : la présence de tous les DLC et des bonus et ce petit prix de 19,99€. Ça sera l’occasion pour ceux qui souhaitent rattraper leur retard – avant tout scénaristique – de se lancer dans l’aventure à moindre frais, à condition d’accepter de faire un bond de plusieurs années dans le passé.


Réagir à cet article Réagir à cet article

 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
50% Osef



Derniers commentaires
>> Soyez le premier à donner votre avis


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*