Test également disponible sur : PC - Xbox One - PS4

Test Outlast 2 : la peur et l'horreur à l'état brut !

Test Outlast 2 sur PS4 Hit JeuxActu
La Note
note Outlast 2 16 20

Fidèle au premier opus, Outlast 2 reste un véritable cauchemar vidéoludique et cristallise toute la perversité qui anime les développeurs Red Barrels. Multipliant les visions d'horreur les plus choquantes avec un goût revendiqué pour le gore absolu, le jeu se sépare un peu du recours abusif aux jump scares pour mieux nous plonger dans un environnement absolument insoutenable et très oppressant. Les niveaux un poil plus ouverts sont bienvenus, tout comme la variété des décors qu'il autorisent, d'autant que ces derniers sont un vrai régal à regarder grâce à l'Unreal Engine 4 et sa maîtrise imparable des jeux de lumière. On regrettera juste le Die & Retry qui transforme la boule au ventre en un sentiment de frustration légitime, ainsi que la nécessité de lire tous les papiers trouvés sur le sol pour comprendre l'histoire d'Outlast 2 (et les liens scénaristiques avec le premier épisode).


Les plus
  • Ambiance oppressante à souhait
  • Effets lumineux de toutes beauté
  • Graphismes améliorés
  • Bande son insoutenable
  • Environnement plus ouvert
  • Histoire prenante...
Les moins
  • ...qui nécessite de lire tous les papiers pour être comprise
  • Trop de Die & Retry
  • Une aventure trop courte
  • Pas de replay value


Le Test

Disponible depuis le 14 juin 2014 et développé par les Canadiens de Red Barrels, Outlast offrait une plongée dans l'angoisse absolue en revenant aux codes les plus primaires du survival horror. Trois ans et une extension (Whistleblower) plus tard, le studio remet les couverts avec une suite pour traumatiser une nouvelle fois les joueurs avides de perversité. Outlast 2 s'annonce aussi crade et morbide que son aïeul, mais compte également ajouter pas mal de nouveautés censées accentuer la flippe. Allons-nous encore salir nos sous-vêtements comme ce fut le cas dans le premier opus ? Réponse dans notre test.


Outlast 2Exit les aliénés de l'asile Mount Massive. Même s'il conserve certains liens (ténus) avec son prédécesseur, Outlast 2 part sur de nouvelles bases, bien que l'on y incarne toujours un journaliste armé d'une caméra et de sa carte de presse. L'aventure s'ouvre dans un hélicoptère alors que la reporter Lynn Langermann, ainsi que son compagnon et cameraman Blake Langermann  (le héros, donc) se rendent en Arizona afin d'enquêter sur une sombre affaire. En effet, une jeune femme du nom de Jane Doe a été retrouvée au bord d'une route, enceinte, couverte de saletés et murmurant des versets issus d'un livre inconnu, avant de se donner la mort par pendaison. Chargé d'enquêter sur l'origine d'un tel comportement, le couple n'a pas vraiment le temps de prendre ses marques puisque leur hélicoptère se crashe quelques minutes après le début du jeu. Après avoir recouvré ses esprits, Blake se rend compte que sa compagne a disparu. La seule chose encore présente sur les lieux est le corps du pilote, écorché vif et empalé sur une croix. Ambiance... Fidèle au premier épisode, Outlast 2 ne s'embarrasse pas de mécaniques trop complexes : le personnage n'est pas un surhomme, et il doit donc se cacher ou courir pour espérer survivre.

 

REPORTER DE L’EXTRÊME

 

Outlast 2On retrouve également la fameuse caméra qui, ici, va servir à réaliser un reportage en filmant certains points-clés et autres documents dignes d'intérêt. Elle dispose aussi d'un système à amplification de brillance qui permet de voir dans le noir, à condition de posséder des piles. Par rapport au premier Outlast, on note l'apparition d'un micro très puissant avec lequel il est possible de repérer les ennemis de loin grâce aux sons qu'ils émettent - ce qui fait osciller le Vu-mètre. La première chose que l'on remarque quand on pose les yeux sur Outlast 2, ce sont bien évidemment les graphismes dont la qualité a été rehaussée, Unreal Engine 4 oblige. Les décors sont mieux finis, les textures ont meilleur mine, et si le jeu n'offre pas le plus beau rendu de tous les temps, il s'offre néanmoins quelques effets de lumière qui feront date. D'ailleurs, l'utilisation de la caméra ajoute toujours ce filtre cradingue typique de la série, ce style vieille VHS popularisé depuis Le Projet Blair Witch. Annoncé comme particulièrement ouvert, Outlast 2 n'offre pas vraiment d'open world, et la progression se révèle presque aussi linéaire que dans le premier épisode. Les claustrophobes apprécieront néanmoins de pouvoir évoluer un peu plus à l'air libre, bien que les décors de cette sombre vallée de l'Arizona soient encore plus anxiogènes que les couloirs de l'asile psychiatrique de Mount Massive.

Fidèle au premier opus, Outlast 2 reste un véritable cauchemar vidéoludique et cristallise toute la perversité qui anime les développeurs Red Barrels.

 

Outlast 2Cette linéarité n'a qu'un seul but : servir le propos du jeu et faire flipper un maximum. Sur ce point, on est ravi de vous annoncer qu'Outlast 2 parvient à s'émanciper du premier opus en proposant (un peu) moins de jump scares. Un aspect qui est largement compensé par l'ambiance générale du jeu, devenue bien plus choquante et effrayante que dans le premier jeu. Les décors font littéralement froid dans le dos grâce à ce nouvel environnement ultra léché. Désormais, notre reporter de l'extrême va devoir faire face à des fondamentalistes chrétiens divisés en plusieurs sectes. La principale est le Testament du Nouvel Esechiel, dont fait partie 80% de la population de cet endroit ironiquement oublié de dieu. Dirigée par un gourou appelé Sullivan Knoth, ce clan se base sur une nouvelle bible écrite par le susnommé sieur. Sans trop vouloir rentrer dans les détails, le bouquin prophétise la venue du Diable en personne sous la forme d'un nouveau-né, ce qui pousse les autochtones à massacrer tous les nourissons ainsi que les étrangers (dont Blake fait partie) qui pourraient potentiellement engrosser leur femmes. Un scénario excellent, mais sur lequel Outlast 2 ne mise finalement que très peu, n'y dédiant presqu'aucune des trop rares cinématiques. Pour saisir toute la substance de l'histoire, il va donc falloir lire les moindres feuillets ramassés en cours de route.

 

DIE & DIE & DIE AGAIN

 

Outlast 2Dommage, les cinématiques ne servant au final qu'à surenchérir dans le morbide, l'ambiance étant déjà d'un sacré niveau entre les décors et les phases de gameplay.  Si l'horreur est indiscutablement présente, la peur reste cantonnée à la nouveauté. Or, si le premier opus la tuait avec des mécanismes trop répétitifs (les trois objets à récupérer), Outlast 2 tombe dans un travers similaire. Plusieurs phases de jeu - dont les fameuses parties de cache-cache dans les champs de maïs - sont assez difficiles, surtout que plus le joueur y passe de temps, plus les ennemis deviennent perspicaces et efficaces dans la traque. Ajoutons à cela le fait que la lenteur fasse consommer des piles ; on passera le plus clair de notre temps à sprinter et à se faire tuer lorsque les choses tournent mal. Un état de fait qui empire sur certains passages, les transformant littéralement en un Die & Retry bien frustrant. Forcément, au bout de la huitième fois, et lorsqu'on connaît l'emplacement de chaque ennemi et son pattern sur le bout des doigts, la peur est déjà très loin. Pourtant, Outlast 2 sait faire trépider votre palpitant avec des visions d'horreur et des scènes particulièrement insoutenables, comme lorsqu'une femme est écartelée devant son mari pour le faire parler. Des séquences qui s'apprécient à petites doses, car en jouant d'une traite, on finit par s'habituer à l'ambiance insoutenable et malsaine des lieux. Pour vraiment profiter d'Outlast 2 dans les meilleures conditions, on vous conseillera des parties nocturnes, casque vissé sur le crâne à raison d'une ou deux heures grand max.

Il ne faut pas oublier, non plus, l'ambiance sonore incroyablement efficace qui reste basée sur un mélange de bruits suspects, de plaintes et de hurlements de douleur lointains. Preuve que Blake n'est pas le seul à déguster dans les lugubres vallées de l'Arizona.

 

Outlast 2Une approche qui aura aussi le mérite de faire durer le plaisir car, à l'image du premier volet, le jeu se termine relativement vite (entre 8 et 9 heures de jeu, moins si on connait déjà les passages Die & Retry) et ne dispose pas vraiment de replay value. Petite pointe de permissivité probablement ajouté par les développeurs qui, eux aussi, ont dû galérer : on dispose désormais de bandages pour se soigner. Aussi rares que les piles, ces derniers permettent de s'en sortir si jamais l'on arrive à se défaire d'un ennemi qui nous attrape, en secouant la souris dans tous les sens. Globalement, et exceptés quelques passage bien frustrants, l'aventure demeure excellente et fera naître des cauchemars chez les joueurs les plus sensibles. Il ne faut pas oublier, non plus, l'ambiance sonore incroyablement efficace qui reste basée sur un mélange de bruits suspects, de plaintes et de hurlements de douleur lointains. Preuve que Blake n'est pas le seul à déguster dans les lugubres vallées de l'Arizona.


Réagir à cet article Réagir à cet article

 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
100% Joyeux



Autres articles

Outlast 2 : des images bien flippantes juste avant la sortie du jeu Red Barrels ne lâche pas le morceau avec Outlast 2 et dévoile des nouvelles images bien flippantes que l'on vous invite à découvrir sans plus attendre. 1 | 24/04/2017, 13:23
Outlast 2 : une scène de torture et une douche de sang pour le trailer de lancement Après Vendredi 13, il est un autre jeu d'horreur qui risque de faire sursauter les joueurs. Il s'agit de Outlast 2 qui vient de s'offrir un trailer de lancement à la fois gore et dérangeant... 22/04/2017, 21:44


Derniers commentaires
Par alcapon le Jeudi 11 Mai 2017, 21:37

likeSmall 28
matthieu27 a écrit:non c'est pas des blagues cherche sur internet nephilim tu verras, il y a plein de musées qui ont caché des artefacts fossilisés ... il y avait des personnages humanoïdes géants qui ont partagé la Terre à l'époque avec les humains..
tu seras surpris de ce que tu trouveras comme ici bas:

non mai atten la!.. tu veu rire jespaire
cest du fotochope ok cest du montaje sa existe pa les geant ok sa se voie la pourtan
la sa fai vraimant peure yen a il sont singlés complet réveiller vous ok


Répondre
-
voter voter
1

Par NovapolisJade le Jeudi 11 Mai 2017, 10:38
John Doe a écrit:Je te ferais remarquer que c'est toi qui a commencé à en parler, me semble-t-il ^^
et bien relie bien parce qu avec des semblerai c est comme des si on est dans le domaine du non factuel bref les geants ont existé ont ete la population de canaan etc mais la si tu suits toutes la conversation tu verras que je ne suis pas celle qui souhaite le debat ni celle que la croix en flamme heurte bref .


Répondre
-
voter voter
1

Par John Doe le Jeudi 11 Mai 2017, 0:54
Je te ferais remarquer que c'est toi qui a commencé à en parler, me semble-t-il ^^

Répondre
-
voter voter
1

Par NovapolisJade le Mercredi 10 Mai 2017, 22:22
matthieu27 a écrit:
jesus reviens a écrit:ah oui aussi l'eau rouge , uqi coule du robinetpffff faites-vous soigner svp ok
non c'est pas des blagues cherche sur internet nephilim tu verras, il y a plein de musées qui ont caché des artefacts fossilisés ... il y avait des personnages humanoïdes géants qui ont partagé la Terre à l'époque avec les humains..tu seras surpris de ce que tu trouveras comme ici bas:Image
arretons de polluer l article et le forum que celui que cela interesse et qui n a rien demandé sur le forum ou qui se moque de ce qu il n a ni lue ni compris fasse ses petites recherches PERSONELLES


Répondre
-
voter voter
1

Par matthieu27 le Mercredi 10 Mai 2017, 17:02
jesus reviens a écrit:ah oui aussi l'eau rouge , uqi coule du robinet
pffff faites-vous soigner svp ok

non c'est pas des blagues cherche sur internet nephilim tu verras, il y a plein de musées qui ont caché des artefacts fossilisés ... il y avait des personnages humanoïdes géants qui ont partagé la Terre à l'époque avec les humains..
tu seras surpris de ce que tu trouveras comme ici bas:
Image


Répondre
-
voter voter

Par piouni le Mercredi 10 Mai 2017, 12:11

likeSmall 5
Malheureusement il est un peu frustrant effectivement à cause du(mauvais) die and retry dû au fait que l'on doit chercher certains passages tout en étant poursuivi sans pouvoir se cacher ce qui faisait le sel justement d'outlast et de outlast whistelblower. Si vous essayez de vous planquer durant une de ces phases scriptées ils vous trouvent tout de suite.Heureusement un patch pour le mode normal a réglé celà il me semble. Sinon le jeu reste bon et je ne regrette pas mon achat.

Répondre
-
voter voter

Par Narutovore le Lundi 8 Mai 2017, 20:26 Modérateur

likeSmall 617
Très juste Nova.

Répondre
-
voter voter

Par NovapolisJade le Lundi 8 Mai 2017, 20:00
Perso ce n est pas selon moi sur des forums de jeux video qu on doit s etaler sur ce genre de sujets.

Répondre
-
voter voter
1

Par agora666 le Lundi 8 Mai 2017, 17:33

likeSmall 694
Ce qui me géne le plus, c'est que sous un discours qui se veut modéré, de bon aloi et poli, le prosélyte en question tient des positions violentes, injurieuses et rétrogrades pour tout ce qui ne rentre pas dans ses petites cases d'une vie de plénitude. Sa mysoginie, son homophobie et l'hypocrisie de son discours arrogant " je ne vous impose rien, mais je SAIS que vous êtes dans l'erreur" font de ce guignol christique, le hérault des amalgames bas de plafond ( ses analyses sociétales dignent du moyen_age). Avec des bénis oui_oui pareils, les guerres de religion ont de beaux jours devant elles...Argumenter avec de tels obtus...? Autant apprendre à une poule l'intêret du cure-dent ...Maintenant j'attends le test d'Agony avec impatience...

Répondre
-
voter voter

Par Diego Garcia le Lundi 8 Mai 2017, 17:22
Image
Je crois que l'on tient une belle brochette ici :mrgreen:


Répondre
-
voter voter

>> Voir les 61 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*