Test également disponible sur : PC - Xbox One - PS4

Test 2Dark : quand l'horreur et la terreur prennent une nouvelle forme !

Test 2Dark sur PS4 : quand l'horreur prend une nouvelle forme
La Note
note 2Dark 15 20

Sombre, pesant et sans concession, 2Dark prend les enfants par la main, mais pas le joueur. Ici, la difficulté relevée va de pair avec une ambiance glauque, qui tranche avec les codes habituels. Alors que certains survival horror s'enfoncent dans la surenchère du gore et du surnaturel, Frédérick Raynal se concentre sur les déviances humaines, au moins aussi terrifiantes. En chemin, il abandonne les codes du genre qu'il a créé il y a 25 ans avec Alone in the Dark et privilégie un gameplay d'infiltration, mâtiné de quelques éléments de jeu d'aventure. Malgré des soucis techniques non négligeables et une maniabilité largement perfectible, la recette fonctionne plutôt bien. Le jeu n'est peut-être pas un incontournable, mais il est définitivement mémorable.


Les plus
  • Ambiance lourde et sombre
  • Thème rarement abordé dans le jeu vidéo
  • Difficulté relevée
  • Le voxel a son charme
Les moins
  • Pas mal de bugs
  • Maniabilité perfectible
  • Vue isométrique guère lisible
  • Parfois injuste


Le Test

En 1992, Frédérick Raynal sort de l'anonymat grâce au succès de Alone in the Dark, qui pose alors les bases du genre survival horror. Plus tard le développeur français nous régalera avec les deux sublimes épisodes de Little Big Adventure. Depuis, rien qui ne soit devenu aussi culte, mais on continue tout de même d'attendre avec impatience chaque nouvelle production du bonhomme. Et en 2017, c'est 2Dark qui voit le jour ! Il est donc temps pour nous de plonger dans ce jeu sombre et terrifiant…


2DarkVendredi 13 Juin 1969. Canoë sur le lac et camping en forêt, le détective Smith passe un week-end heureux en famille. Les deux enfants jouent autour du feu, puis s'en vont aider leur mère à ramasser du bois. En quelques instants, la vie de notre héros bascule dans la tragédie. Sa femme se fait égorger et les enfants sont kidnappés. Sept ans plus tard, le détective s'accroche encore à l'espoir de retrouver un jour son fils et sa fille. Pour cela, il décide personnellement d'aller enquêter sur les disparations d'enfants du moment, en commençant par le parc d'attractions abandonné situé à l'autre bout de la ville… Ce scénario aurait pu servir de base à un survival horror, et vous verrez d'ailleurs souvent 2Dark qualifié ainsi. Mais malgré la présence de Frédérick Raynal à la tête du projet, nous sommes tout de même assez loin d'un Alone in the Dark ou d'un Resident Evil. A vrai dire, le gameplay a beaucoup plus à voir avec l'infiltration qu'avec l'action ou la survie. Concrètement, le joueur doit progresser dans une dizaine de vastes niveaux afin de libérer les enfants qui y sont retenus prisonniers par des adultes tous plus pervers les uns que les autres et organisés en réseau. Notons d'ailleurs que ce thème sombre impose une ambiance réellement pesante, qui démarque instantanément 2Dark du reste de la production vidéoludique.

Concrètement, le joueur doit progresser dans une dizaine de vastes niveaux afin de libérer les enfants qui y sont retenus prisonniers par des adultes tous plus pervers les uns que les autres et organisés en réseau.


2DarkIl s'agit certainement là de son atout principal et, à vrai dire, de la principale raison de le parcourir. Mais revenons tout de même aux mécaniques de jeu, qui se basent énormément sur la discrétion. Si la confrontation directe avec les ennemis reste possible, elle est souvent synonyme de game over. Leur tirer dessus avec une arme à feu fait beaucoup de bruit tandis que les attaquer frontalement à l'arme blanche occasionne peu de dégâts. Le moyen le plus efficace d'en venir à bout est donc de les approcher par l'arrière, en se déplaçant lentement, en restant en permanence hors de leur champ de vision et en ayant pris soin au préalable d'éteindre lampe torche, bougie, briquet et toute autre source de lumière portative. Ces outils sont pourtant bien utiles, car les niveaux s'avèrent extrêmement sombres. Cela peut être pratique pour se cacher (l'inventaire latéral passe alors du rouge au bleu pour signifier au joueur que Smith se trouve dans l'obscurité) mais soyez avertis que les développeurs ont poussé la perversion jusqu'à cacher des pièges mortels dans les zones les plus obscures, occasionnant ainsi des morts qui font sursauter ("jump scare" garanti les premières fois que cela vous arrivera) mais qu'on finit par trouver un peu trop injustes. D'une manière générale, le jeu fonctionne d'ailleurs beaucoup sur le procédé du die and retry. A l'ancienne !

 

THE DARK NIGHT
 

2DarkEtonnamment, l'inventaire dont nous parlions plus haut semble tout droit sorti d'un jeu d'aventures. Dépliable sur plusieurs colonnes, il permet de ranger tous les documents et objets ramassés dans le niveau en cours, d'en sélectionner un ou deux pour les prendre en main, et même d'associer certains entre eux (munitions et pistolet, pétrole et lanterne, piles et lampe-torche…). Signalons d'ailleurs que le seul moyen de sauvegarder consiste à associer le briquet et le paquet de cigarettes. Smith prend alors quelques secondes pour se griller une clope, et écraser ainsi l'unique emplacement de sauvegarde disponible pour chaque niveau. Attention donc à ne pas sauvegarder n'importe quand. Le reste du gameplay s'articule autour de quelques mécanismes à actionner (interrupteurs, caisses, leviers…), du déplacement des cadavres, de quelques interactions facultatives avec le décor (on peut ainsi se débarrasser de certains ennemis de manière détournée plutôt que directe) et de l'utilisation judicieuse… de bonbons ! Ces friandises servent à actionner les mécanismes à distance (suspension de crédulité indispensable), à attirer l'attention d'un garde, à déclencher volontairement certains pièges afin de ne plus tomber dedans par la suite et, surtout, à attirer les enfants vers soi. A moins que vous ne préfériez les attraper de force un par un ? Malaise assuré dans tous les cas, mais c'est pour la bonne cause. Il est également possible à tout moment de leur donner l'ordre de nous suivre ou de s'arrêter. Une mécanique d'escorte classique, qui se voit tout de même perturbée par le comportement erratique des enfants, qui peuvent très bien se mettre à hurler lorsque vous les laissez seuls. Vous l'aurez certainement compris, le niveau de difficulté de 2Dark est très relevé. D'ailleurs, en dehors du sauvetage des enfants, aucun objectif précis n'est donné au joueur, qui doit découvrir par lui même ce qu'il doit et peut faire. En ces temps d'assistanat permanent, on apprécie plutôt la démarche, qui est en plus la garantie d'une bonne durée de vie. Surtout si l'on souhaite réaliser un score parfait, en ramassant tous les bonbons d'un niveau, en ne tuant personne, et en sauvant tous les enfants. Car, oui, nos chères têtes blondes peuvent tout à fait mourir ! On est décidément très loin du politiquement correct de la plupart des productions actuelles.
 

Au delà de son ambiance lourde, de son scénario qui sort des sentiers battus et de sa difficulté relevée, 2Dark peut également séduire par ses graphismes. On reste certes dans la mode rétro et souvent inutile, voire cache-misère, des gros pixels mais au moins, ici il ne s'agit pas juste de sprites en basse définition. La technologie utilisée est celle du voxel, autrement dit du pixel en volume. 


2DarkAu delà de son ambiance lourde, de son scénario qui sort des sentiers battus et de sa difficulté relevée, 2Dark peut également séduire par ses graphismes. On reste certes dans la mode rétro et souvent inutile, voire cache-misère, des gros pixels mais au moins, ici il ne s'agit pas juste de sprites en basse définition. La technologie utilisée est celle du voxel, autrement dit du pixel en volume. On y gagne en souplesse puisqu'il est possible de zoomer sur la scène et que les personnages sont en réalité en trois dimensions. Ainsi, le volume du héros se retrouve creusé et de plus en plus sanguinolent au fil des coups qu'il reçoit. Tout n'est pas rose pour autant en ce qui concerne les graphismes et l'aspect technique, car le jeu manque souvent de lisibilité et de précision. La vue isométrique utilisée sans aucune perspective ne facilite pas la tâche du joueur, qui doit en plus se battre avec une maniabilité imprécise. Entre la prise en main des objets de l'inventaire, l'identification parfois difficile des zones interactives, et le fait que certaines actions se déclenchent automatiquement et d'autres non, on se retrouve parfois à commettre de véritables actes manqués. C'est ainsi, qu'au début de l'aventure, il y a de grandes chances pour que vous vous retrouviez à frapper un enfant que vous vouliez tout simplement aider… S'ajoute à cela une liste assez longue de bugs, dont certains peuvent être vraiment gênants. Gardes qui ne nous agressent pas alors qu'ils le devraient, gardes qui nous agressent alors qu'ils ne le devraient pas, ennemis qui oublient de reprendre leurs déplacements et restent bloqués sur place, objets qui deviennent invisibles (le gâteau de la tour Scarlett par exemple), réceptionniste qui soudainement crie "il a une arme" et déclenche l'alarme alors que le héros tient juste un balai et un seau donnés auparavant par cette même réceptionniste : autant d'exemples qui nous font prier pour qu'un patch salvateur arrive rapidement. Car malgré ses quelques défauts, 2Dark reste une expérience intéressante de par sa singularité et son absence de concession. De nos jours, c'est collector !


Réagir à cet article Réagir à cet article

 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
 Osef



Autres articles

2Dark : Frédérick Raynal parle de sa vision de l'horreur en vidéo Disponible depuis le 10 mars, 2Dark revient sur le devant de la scène avec un nouveau carnet de développeurs. L'occasion pour Frédérick Raynal d'expliquer sa vision de l'horreur, où l'art est au service de la peur. 1 | 16/03/2017, 16:59
2Dark : un trailer de lancement bien sombre pour célébrer la sortie du jeu Attendu pour le 17 mars prochain sur Xbox One, PC et PS4, 2Dark s'affiche dans un trailer de lancement bien sombre que l'on vous invite à découvrir sans plus attendre. 1 | 10/03/2017, 10:38


Derniers commentaires
Par otaku38 le Vendredi 17 Mars 2017, 20:06

likeSmall 98
herc a écrit:il sort en boite ou juste en dwl ?


en boite collector uniquement 39 euros ps4 pc et xbox one (35 euros sans l'art book)


Répondre
-
voter voter

Par herc le Vendredi 17 Mars 2017, 9:04

likeSmall 9
il sort en boite ou juste en dwl ?

Répondre
-
voter voter

Par herc le Vendredi 17 Mars 2017, 9:03

likeSmall 9
il sort en boite ou juste en dwl ?

Répondre
-
voter voter

Par otaku38 le Jeudi 16 Mars 2017, 13:02

likeSmall 98
je vais courir l'acheter !!

Répondre
-
voter voter

Par Narutovore le Jeudi 16 Mars 2017, 12:38 Modérateur

likeSmall 238
Il me tente bien ! En ce moment je suis plus overgamé que jamais mais on se croisera tôt ou tard...

Répondre
-
voter voter

Par agora666 le Jeudi 16 Mars 2017, 12:06

likeSmall 345
Un retour, sur le devant de la scène, "secouant" pour mister Raynal! Et c'est tant mieux. Pourquoi la technologie du voxel titille mes neurones de vieux gamer...?

Répondre
-
voter voter

Par CRICRI76RT le Jeudi 16 Mars 2017, 10:38
C un jeu intéressant pour la Switch sa

Répondre
-
voter voter

>> Voir les 7 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*