Starlink : on a testé le jouet-vidéo d’Ubisoft qui comporte du StarFox, nos impressions


Starlink : on a testé le jouet-vidéo d’Ubisoft qui comporte du StarFox, nos impressions

Dévoilé lors de la conférence E3 2017 d’Ubisoft, Starlink avait étonné avec son concept qui propose de mélanger un vrai jouet à un jeu vidéo. En effet, après qu’Activision ait abandonné les Skylanders et après la déroute de Disney Infinity, on avait du mal à comprendre pourquoi un éditeur voulait s’engager sur la pente glissante des jouets connectés. Aujourd’hui, nous avons pu prendre en mains Starlink lors d’une démo en behind closed door chez Ubisoft, et on s’est rendu compte que ce titre dispose de bien plus d’atouts qu’on ne pouvait l’imaginer. Voici nos impressions, après 45 minutes manettes en mains.


Starlink : Battle for AtlasTesté sur Xbox One puis sur Nintendo Switch, Starlink se présente comme un shooter spatial très inspiré par No Man’s Sky lorsqu’on regarde la direction artistique du jeu. En effet, le jeu d’Ubisoft accueille le joueur avec un chatoiement de couleurs pastel, tandis que les ennemis font directement penser aux vaisseaux et aux robots qu’on pouvait croiser sur les planètes générées aléatoirement du titre de Hello Games. Concrètement, Starlink est un shooter spatial classique, avec des graphismes plutôt jolis, dans lequel le joueur évolue à bord de son vaisseau pour effectuer diverses missions. L’aventure principale va demander au joueur de libérer des planètes d’une invasion robotique, ce qui en passera par la destruction de hautes tours (oui c’est un jeu Ubisoft, il y a donc forcément des tours) et par le nettoyage de bases avancées. Au niveau du gameplay, le jeu va au plus simple puisqu’on contrôle l’assiette du vaisseau avec le stick gauche, tandis que le stick droit gère les gaz. Enfin, les gâchettes permettent d’utiliser l’arme assignée (gâchette droite pour l’arme de droite et réciproquement), et les boutons de tranche gèrent le bouclier et le pouvoir spécial de votre pilote. Enfin, les boutons permettront par exemple de couper les moteurs, afin d’utiliser votre vaisseau au sol comme un speeder, et ainsi pouvoir rester stationnaire tout en profitant du relief naturel pour se cacher ou se mettre à couvert.  

 

EN AVANT LES HISTOIRES !

 

Starlink : Battle for AtlasComme dans la plupart des jeux Ubisoft, ce titre fait appel à une carte dynamique avec un dé zoom, tandis qu’on pourra voyager librement dans la galaxie, passant sans temps de chargement d’une planète à l’espace intersidéral. L’avantage de ce gameplay simple, voire simpliste, c’est qu’on prend immédiatement Starlink en mains, et qu’on s’y amuse dès les premiers instants. Très facile d’approche, le jeu a également réussi à proposer une intégration efficace pour ses jouets. Comme vous l’avez vu dans les trailers, le jeu va vous demander d’avoir un vaisseau en plastique monté sur votre manette, ce qui se fait via un support spécifique. Sur la manette de Xbox One, ce support marche comme un bracelet qui enserre verticalement la manette, et qui se branche sur la prise accessoire située à la base du pad. Sur Switch, il va s’agit d’un nouveau Joy-Con grip modifié sur lequel il faudra placer les célèbres demi-manettes. Chaque support à vaisseau va disposer de deux emplacements en plastique : l’un pour le pilote et l’autre pour le vaisseau à proprement parler. En effet, le joueur va d’abord devoir choisir un pilote, ce qui va définir le pouvoir spécial dont on va disposer (invisibilité, frappe orbitale, boost d’énergie pour le bouclier et les armes, etc…). Chaque figurine se clipse sur l’emplacement dédié du support via un petit rail disposant d’une prise qui permet de lire la puce contenue dans le socle de la statuette. Ici pas de NFC comme sur les amiibos, tout se passe directement via une espèce de prise USB.

 

Starlink : Battle for AtlasUne fois le pilote en place, il va falloir adapter une coque de vaisseau, sachant que chaque modèle dispose de ses spécificités. Certains sont optimisés pour la vitesse, d’autres sont des tanks, et d’autres encore ont des réserves d’énergie énormes pour pouvoir tirer sans interruption. Une fois la coque choisie on pourra ajouter des ailes qui vont booster les stats de votre vaisseau. En fonction de l’aile choisie certaines spécificités seront impactées, sachant qu’on peut empiler jusqu’à trois ailes différentes par côté. En fonction de la manière dont on va assembler les ailes sur le vaisseau en plastique, on va pouvoir obtenir différents effets, sachant que comme chaque composant pèse son poids, il arrivera un moment où le vaisseau sera trop lourd pour voler. Néanmoins, les modifications se faisant en temps réel (on peut bricoler le vaisseau en plein jeu sans s’arrêter, et chaque modification est prise en compte immédiatement) on va pouvoir donner libre cours à notre créativité (en fonction des jouets dont on dispose). En combinant astucieusement les ailes et les armes, on a ainsi pu faire un vaisseau trop lourd pour voler, mais dont les armes était en hauteur, ce qui permettait de tirer en restant à couvert derrière des rochers.  Chaque véhicule va donc être largement personnalisable, et en plus d’offrir des options, le fait de multiplier les jouets va permettre de faciliter la tâche du joueur. En effet, une fois abattu, il suffit de le remplacer son vaisseau par un autre afin de reprendre le combat là où on en était. Le Game Over n’arrivera qu’une fois le stock du joueur épuisé, et il faudra alors recommencer depuis le dernier point de sauvegarde.

 

Sorti de l’aspect jouet, Starlink est avant tout un excellent jeu de shoot spatial dans lequel on s’amuse bien plus que dans un No Man’s Sky (par exemple). L’action est frénétique lors des combats, les environnements sont travaillés, et certains boss sont carrément difficiles à battre.

 

Starlink : Battle for AtlasUne fois sur Switch, le jeu est graphiquement similaire, mais dispose de plusieurs spécificités dont le vaisseau de départ puisque ce dernier est l’ArWing de Fox Mc Cloud. Ce vaisseau ne peut pas être doté d’ailes supplémentaires, et dispose des lasers verts de la série StarFox lorsqu’on ne clipse pas d’arme sur sa coque.  Forcément, un problème se pose assez rapidement, à savoir peut-on jouer en mode portable avec la Switch ? En effet, les capacités portables de la machine seraient sérieusement bridées si on doit transporter un sac à dos entier de personnages et de pièces de vaisseau en plastique. Ubisoft a anticipé cet écueil, et a rendu l’intégralité du jeu jouable sans avoir besoin des jouets en plastique. En effet, tout peut être disponible en dématérialisé, ce qui permet également de pouvoir jouer en multijoueur en profitant de l’écran splitté. Mieux, si vous n’avez que faire des jouets en plastique, il sera possible de jouer au jeu en achetant les vaisseaux en dématérialisé.  Car oui, sorti de l’aspect jouet, Starlink est avant tout un excellent jeu de shoot spatial dans lequel on s’amuse bien plus que dans un No Man’s Sky (par exemple). L’action est frénétique lors des combats, les environnements sont travaillés, et certains boss sont carrément difficiles à battre. Bref, vous l’avez compris, si vous avez été déçu par StarFox Zero, sachez que Starlink est un très bon moyen de vous réconcilier avec Fox Mc Cloud. Il nous reste tout de même à aborder le sujet délicat du tarif. Les jouets coûtent cher, et cela se ressent sur le prix du jeu. Le Starter Pack (avec le jeu, un pilote et un vaisseau complet) sera vendu 80€ sur PS4 et Xbox One, sachant que pour ce prix, les joueurs Switch auront droit au même vaisseau en dématérialisé, tandis que la boîte contiendra l’Ar Wing et Fox Mc Cloud en tant que pilote. Pour un jeu de cette envergure, le prix reste quand même diablement élevé.

 


Réagir à cet article Réagir à cet article

 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
100% Joyeux



Autres articles

Starlink Battle for Atlas : une video de gameplay de 12 min en compagnie du pilote Mason Ubisoft poursuit la campagne promotionnelle de Starlink : Battle for Atlas en dévoilant une vidéo de gameplay de 12 minutes que l'on vous invite à découvrir sans plus attendre. 07/09/2018, 16:29
Starlink : plus d'infos sur Fox McCloud, Reggie Fils-Aimé à l'origine de son intégration Starlink commence véritablement à susciter l'intérêt, tout particulièrement depuis qu'Ubisoft a annoncé que Fox McCloud ferait partie de l'aventure. Ca tombe bien, quelques nouvelles infos à son propos viennent de tomber ! 1 | 11/07/2018, 14:48


Derniers commentaires
Par Bob-LE-bob le Mercredi 20 Juin 2018, 14:05

likeSmall 36
C'est ce que Nintendo aurait dû faire avec ses AMIIBOs , avec par exemple : le cou et la tête comme stick analogique .C'est une bonne idée : pour moi ça a toujours été un rêve de gosse . J'y avais déjà pensé .

Répondre
-
voter voter

Par herc le Mercredi 20 Juin 2018, 7:50

likeSmall 23
je n'arrive pas à savoir si ces jouets seront obligatoires ou si on peut débloquer des trucs ingame?
aussi tout le monde le compare à no man sky mais s'il a seulement 7 ou 8 planètes à découvrir on est loin du compte lol .........


Répondre
-
voter voter

>> Voir les 2 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*