BioShock Infinite : une fin alambiquée qui mérite des explications ! [spoilers]


BioShock Infinite : une fin alambiquée qui mérite des explications ! [spoilers]
Sorti le 26 mars dernier, il y a donc une quinzaine de jours, BioShock Infinite est considéré aujourd'hui comme l'un des meilleurs jeux de 2013. Il faut dire qu'avec une moyenne de 95% sur le site référent Metacritic, le FPS de 2K Games marquera le paysage vidéoludique de son empreinte indélébile, et pas seulement pour ses notes dythirambiques. Entre sa direction artistique splendide, son gameplay ambidextre, son scénario intelligent et son dénouement tout simplement brillant, BioShock Infinite nous prouve qu'il est possible d'allier tous ces ingrédients si l'on se donne un tant soit peu la peine. Ceux qui ont acheté le jeu à sa sortie, ou durant sa première semaine d'exploitation, ont sans doute terminer le jeu, et nombreux sont ceux qui ont dû se poser des questions une fois le générique de fin terminé. Il faut dire que Ken Levine n'a pas lésiné sur les moyens pour perdre le joueur dans cette histoire aux multiples embranchements. D'aucuns sont d'accord pour confirmer qu'il existe plusieurs niveaux de lecture à cette fin et que la vérité vraie, c'est Ken Levine qui la détient. C'est pourquoi, nous avons décidé de nous pencher sur la question et de vous proposer notre interprétation, afin d'essayer de coller les morceaux du puzzle de cette histoire superbement bien écrite. Si vous n'avez pas encore terminé le jeu, nous vous invitons à détourner le regard, car la suite est truffée de spoilers. Forcément...

BIOSHOCK INFINITE : TOUTE LA FIN DU JEU EN VIDÉO




BOOKER DEWITT OU ZACHARY HALE COMSTOCK ?
Pour commencer, tout le monde est d'accord pour avancer que Booker DeWitt, le héros, n'est autre que Zachary Hale Comstock, celui qui est présenté durant toute l'aventure comme le grand méchant de BioShock Infinite. Leader des Founders, un mouvement ultra nationaliste, il est aussi à l'origine de la cité flottante Columbia qu'il a façonnée avec l'aide de Rosalind et de Robert Lutece, le couple de scientifiques quantiques que l'on croise de manière régulière dans le jeu et dont chaque intervention se solde par une scène cocasse. Ce sont également eux qui emmènent DeWitt vers le phare au tout début du jeu, mais à ce moment-là, leur identité est masquée. Avec cette histoire de failles temporelles, qu'Elizabeth est aussi capable de générer, plusieurs univers parallèles se sont créés, mélangeant ainsi l'esprit de DeWitt. Car ces déplacements dans le temps existent grâce à la machine de Rosalind Lutece, qui lui a permis de faire la connaissance avec Robert Lutece, qui n'est autre que sa propre personne mais dans un monde parallèle. A force de se croiser et de se voir, Rosalind et Robert Lutece se sont baptisés les "Twins Lutece" et ce sont leurs travaux qui ont permis à Comstock de devenir ce prophète, capable de défier le gouvernement des Etats-Unis, et d'emmener Columbia parmi les nuages.

Rosalind et Robert Lutece ne font qu'un !
PARALLEL UNIVERSE
Pour comprendre la fin de BioShock Infinite, il faut admettre dès le départ qu'il existe plusieurs lignes temporelles et donc plusieurs versions des protagonistes, comme on a pu le constater avec la version âgée d'Elizabeth, qui intervient aux 3/4 du jeu. C'est donc aussi le cas pour Booker DeWitt qui, en fonction du choix fait avec le baptème du Prêtre Witting, devient ou pas Zachary Hale Comstock, ce fanatique xenophobe persuadé que la seule race qui mérite d'être libre et donc de vivre à Columbia sont les Blancs. Les autres sont considérés comme des parias de la société et l'on voit bien comment les Noirs et les Chinois sont traités par ce soi-disant Prophète. Ce pouvoir sur les habitants de Columbia, Comstock les a acquis en utilisant les failles temporelles créées par les jumeaux Lutece, provoquant des effets secondaires néfastes à ceux qui auraient tendance à trop en abuser. Saignements du nez, vieillesse accélérée (Comstock n'a que 38 ans en réalité) et stérilité sont donc les symptômes de ces voyages dans le temps répétés, faisant comprendre à notre barbu illuminé que la mort n'est plus très loin. En l'absence de progéniture, Comstock prend alors la décision d'aller chercher sa fille dans l'un de ces univers parallèles. Une scène de kidnapping à laquelle DeWitt assiste et tente d'empêcher Comstock de récupérer Elizabeth enfant, ce qui vaudra à cette dernière d'avoir l'auriculaire coupé après que la faille se soit refermée. Et c'est ce morceau de doigt dans une autre réalité qui permet à Elizabeth d'exister de manière simultanée dans deux univers distincts, lui permettant ainsi d'ouvrir des failles toutes seules, sans passer par la moindre machine.

Comstock qui tente de kidnapper Anna DeWitt, alias Elizabeth

CHAOS A.D.
Aussi, quand Booker DeWitt démarre l'aventure avec pour objectif de "ramener la fille afin d'effacer ses dettes", il n'a pas la connaissance de tous les agissements réalisés auparavant par Comstock. La mémoire perturbée, il est sujet à de nombreuses hallucinations ou souvenirs qui lui rappellent sa mission première. Vous l'aurez compris, DeWitt a en fait été utilisé par les Lutece (et donc par Comstock) pour retrouver Elizabeth qui n'est autre que sa propre fille, Anna, dont il scande le nom lors de ses hallucinations. Ce n'est d'ailleurs qu'à la fin du jeu qu'on comprend pourquoi Booker DeWitt s'est gravé sur la main droite les initiales "AD", qui correspondent au nom de sa fille : Anna DeWitt. Un signe qui lui causera bien du tort au sein de Columbia, puisque c'est ainsi qu'il est repéré par les hommes de Comstock pour être désigné comme le faux berger, Elizabeth étant l'agneau de Columbia. On se retrouve ainsi avec plusieurs personnages identiques mais parallèles, aux agissements différents et c'est à cause de ce capharnaüm métaphysique qu'Elizabeth va tenter de rompre ce cycle uchronique malsain, dont la chanson "Will The Circle Be Unbroken" fait référence.


BIOSHOCK INFINITE : LA SUPERBE CHANSON "WILL THE CIRCLE BE UNBROKEN"




UNE SEULE VÉRITÉ ?
Durant son avancement dans le jeu, Booker sera plongé dans différentes failles temporelles, correspondant non pas à des actions passées, mais à des situations parallèles. La mort inévitable de Chen-Lin en est un beau exemple, de même lors du passage à l'Asile, où Elizabeth finit par devenir l'enfant de la prophétie en détruisant la Sodome Inférieure, la partie basse de Columbia rejetée par Comstock. Il faudra donc attendre l'intervention de la version âgée d'Elizabeth pour que le cycle puisse avoir une chance d'être brisé. Cette carte qu'elle remet à DeWitt permet à Elizabeth d'ouvrir les yeux et donc de prendre conscience que l'homme avec lequel elle a partagé tous ses moments n'est autre que son père jeune. Elle va donc tout faire pour le détourner de ses mauvais agissements, en lui expliquant notamment qu'il est pris dans une spirale temporelle difficilement destructible, à moins qu'il rejoue la scène du baptême. Seulement voilà, la première fois où Booker se retrouve à nouveau devant le Prêtre Witting, il refuse de se faire baptiser, préférant retrouver Comstock, le tuer, ce qui a pour résultat de perdre Elizabeth. Ce n'est que la deuxième fois où DeWitt se laisse baptiser, ou plutôt noyer par les différentes Elizabeth, rompant définitivement le cycle infernal de déplacement dans le temps. En agissant de la sorte, Elizabeth met un terme à la lignée temporelle de Comstock. Clap de fin. Lancement du générique. Mais ce dénouement n'est pas si sombre que ça, surtout pour ceux qui ont pris la peine d'attendre la fin du générique, puisqu'il est offert au joueur de reprendre les commandes de DeWitt qui pénètre dans la chambre de sa fille Anna, d'où il entend une petite musique. Sa fille est là. Tout va bien.

Le baptême : le point de rupture
On vous rappelle qu'il s'agit-là de notre interprétation de cette fin alambiquée de BioShock Infinite, que certains éléments ont pu nous échapper, même si nous pensons que cette lecture du scénario nous semble la plus plausible et cohérente. C'est pourquoi, nous vous invitons à débattre de cette vision et pourquoi pas nous indiquer la vôtre dans le topic plus bas. Cela dit, Ken Levine n'a pas son pareil pour nous perdre dans des dédales labyrinthiques qui ont cramé nos dernières neurones. Toujours est-il que cette fin est tout simplement brillante, la narration aussi et le parallèle avec le premier BioShock (fabuleuse scène où l'on se retrouve subitement aux portes de Rapture et que l'on aperçoit au loin un Big Daddy et une Little Sister) absolument génial. Ca ne sera donc pas de trop pour vous faire savoir à nouveau que BioShock Infinite fait d'ores et déjà partie de nos meilleurs jeux de 2013. Un chef d'oeuvre, il ne fait plus l'ombre d'un doute.

BioShock Infinite

Réagir à cet article Réagir à cet article

 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
100% Joyeux



Autres articles

BioShock 4 serait en développement par d'anciens créateurs de Mafia 3 A en croire un journaliste de Kotaku bien informé, un quatrième épisode de BioShock serait en développement chez 2K Games. Il est développé par des anciens développeurs du studio Hangar 13, à l'origine de Mafia 3. 2 | 15/04/2018, 11:23
BioShock : on fête les 10 ans de la série avec un unboxing du collector à 200 dollars Cette année, la saga BioShock fête ses 10 ans. A cette occasion, 2K Games a décidé de sortir une édition collector uniquement aux Etats-Unis. On vous l'unboxe avec quelques petits bonus en plus. 10 | 23/11/2017, 15:26


Derniers commentaires
Par Kyzeun le Jeudi 4 Août 2016, 20:41
JosuéM a écrit:Mon interpretation :Anna/elisabeth comprend que le point de rupture est le baptème, à partir de ce point, une infinités de mondes parrallèles se créent avec deux thèmes principaux. Les mondes dans lesquelles **** Dewitt reste **** dewitt en refusant le baptème, et les mondes dans lesquels **** Dewitt se fait baptiser et devient Comstock. Il est donc impossible de tuer comstock puisqu’il existe une infinité de Comstock. La seule alternative pour Anna/Elisabeth est donc d’empecher la réalisation de ce point de rupture en tuant **** dewitt avant qu’il ne fasse le choix de se faire baptiser ou non, rompant ainsi la boucle infernale.Enfin la dernière vidéo après le générique est un classique, pour laisser au spectateur /joueur ou lecteur la possibilité de choisir. Veux t’il une happy end ou au contraire un fin malheureuse ?Quelque soit le choix du joueur, je suppose que s’il reprend le contrôle de **** dewitt pour une dernière fois, c’est qu’Anna a loupé une hypothese, un monde parallèle ou **** dewiit pourrait encore exister et dans lequel il aurait encore sa fille. Le point de rupture n’était donc pas le baptème, Anna a fait une erreur (meme si elle semble touchée par un pouvoir divin, il ne faut pas oublier qu’elle reste un simple etre humain).De la :- Happy end : **** dewitt va vivre une longue et belle vie avec sa fille anna qu’il ne troquera jamais à comstock qui n’aura pas le doigt coupé et donc pas la possibilité de voyager à travers divers mondes parallèles. Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants (pas enssemble si possble :D )dans un monde unique et longiligne.- Fin triste (mon hypothese préféré) Anna c’est trompée, le point de rupture n’était pas le baptème, et rien n’est résolu. La boucle est bouclée et leur triste sort est sur le point de se repeter, encore et encore.Pour toute la symbolique religieuse du baptème et de l’eventuel pardon d’Anna accordé en lui offrant le baptème et la mort par la même, c’est une autre histoire ^^ ou peut-être que ce pardon va permettre à **** dewitt de se rattraper et dans ce cas, on peux imaginer la happy end ;)





Je suis entièrement d'accord avec toi, mais j'aimerais juste rectifier quels que chose. Quand tu dis "Anna s'est trompée, le point de rupture n’était pas le baptême, et rien n’est résolu. La boucle est bouclée et leur triste sort est sur le point de se répéter, encore et encore." Tu n'as pas totalement raison, a un détail près. Elle a trouvée le point de rupture, car à mon avis, elle ne chercher pas a tuer brooker mais a lui montrée qu'il est la lune et le soleil (le héros et le méchant pour ceux qui n'avaient pas compris ^^) ce qu'on voit dans la cinématrice ou brooker dit clairement "Je suis les deux" (ou un truc comme ça). Comme on sait qu'il se souvient clairement de ce qu'il ces passer (on remarque ça dans la mini cinématique après le générique) on peut en déduire qu'Anna a réussi totalement sa tache. Et c'est à mon avis aussi pour ça qu'elle lui a montrée tout, ses erreurs passées avec elle.
Donc en gros pour moi Elizabeth n'a pas voulut rompre la boucle en tuant Brooker mais en lui montrant ce qui il pouvait être, ce qui il a pu être.
Après la suite de l'histoire est facile a immaginer, il ne referat pas les mêmes conneries donc on peut en déduire qu'il vas vivre paisiblement avec sa fille a Paris ou a New-York (même si Paris me parais plus logique, ça serais comme une sorte de remerciement a l'ancienne Elizabeth ^^)


Répondre
-
voter voter

Par Seb44 le Mardi 7 Avril 2015, 9:37
Alex13008 a écrit:J'aimerai bien qu'on corrige un léger point, car à parler xénophobie on le devient vite soi même... comment peut on parler uniquement des noirs et des chinois alors que les irlandais aussi sont traités comme la lie de l'humanité... ? Et là paf, impasse totale dans l'article on nie. L'éditeur à fait l'effort de ne pas sombrer dans le classique et le révisionnisme, car il n'y a pas que les noirs ou les asiatiques qui ont pris cher, là bas les Irlandais étaient de la vermine, en France se furent les italiens (il y eu des passages d'une rare violence qu'un ami black féru d'histoire m'a fait connaitre, alors que je suis en partie italien je ne le savais même pas) , donc tout le monde n'est pas Hitler et on peut être raciste de n'importe quelle couleur, on peut hair les autres sans qu'il y ait de différence notable. Après je peux comprendre certaines raisons, mais je ne pourrais jamais cautionner les comportements parceque ca ne me viendrait pas à l'idée de le faire. Donc ca serait bien de corriger l'article la démagogie, au sens littéral art de simplifier est à mon sens une lourde erreur quand on aborde de telles questions.merci d'avance
Pourquoi tu veux faire ton interessant ? ce n'est pas le sujet. C'est super que tu connaisses des trucs racistes de l'histoire. Mais t'es qu'un **** a ramener ta science juste pour la ramener, alors va ashtagger tout ce que tu veux pour te donner bonne conscience, mais arreter les hors sujets, tu fais pitie.


Répondre
-
voter voter

Par Alex13008 le Vendredi 28 Novembre 2014, 23:33
J'aimerai bien qu'on corrige un léger point, car à parler xénophobie on le devient vite soi même... comment peut on parler uniquement des noirs et des chinois alors que les irlandais aussi sont traités comme la lie de l'humanité... ? Et là paf, impasse totale dans l'article on nie. L'éditeur à fait l'effort de ne pas sombrer dans le classique et le révisionnisme, car il n'y a pas que les noirs ou les asiatiques qui ont pris cher, là bas les Irlandais étaient de la vermine, en France se furent les italiens (il y eu des passages d'une rare violence qu'un ami black féru d'histoire m'a fait connaitre, alors que je suis en partie italien je ne le savais même pas) , donc tout le monde n'est pas Hitler et on peut être raciste de n'importe quelle couleur, on peut hair les autres sans qu'il y ait de différence notable. Après je peux comprendre certaines raisons, mais je ne pourrais jamais cautionner les comportements parceque ca ne me viendrait pas à l'idée de le faire. Donc ca serait bien de corriger l'article la démagogie, au sens littéral art de simplifier est à mon sens une lourde erreur quand on aborde de telles questions.

merci d'avance


Répondre
-
voter voter

Par Netzach le Mardi 23 Septembre 2014, 22:08
Bof. La fin ne m'a pas transcendé. Dommage, c'était plutôt sympa.

Répondre
-
voter voter

Par JosuéM le Vendredi 15 Août 2014, 1:28
Mon interpretation :

Anna/elisabeth comprend que le point de rupture est le baptème, à partir de ce point, une infinités de mondes parrallèles se créent avec deux thèmes principaux. Les mondes dans lesquelles **** Dewitt reste **** dewitt en refusant le baptème, et les mondes dans lesquels **** Dewitt se fait baptiser et devient Comstock. Il est donc impossible de tuer comstock puisqu’il existe une infinité de Comstock. La seule alternative pour Anna/Elisabeth est donc d’empecher la réalisation de ce point de rupture en tuant **** dewitt avant qu’il ne fasse le choix de se faire baptiser ou non, rompant ainsi la boucle infernale.

Enfin la dernière vidéo après le générique est un classique, pour laisser au spectateur /joueur ou lecteur la possibilité de choisir. Veux t’il une happy end ou au contraire un fin malheureuse ?
Quelque soit le choix du joueur, je suppose que s’il reprend le contrôle de **** dewitt pour une dernière fois, c’est qu’Anna a loupé une hypothese, un monde parallèle ou **** dewiit pourrait encore exister et dans lequel il aurait encore sa fille. Le point de rupture n’était donc pas le baptème, Anna a fait une erreur (meme si elle semble touchée par un pouvoir divin, il ne faut pas oublier qu’elle reste un simple etre humain).

De la :
- Happy end : **** dewitt va vivre une longue et belle vie avec sa fille anna qu’il ne troquera jamais à comstock qui n’aura pas le doigt coupé et donc pas la possibilité de voyager à travers divers mondes parallèles. Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants (pas enssemble si possble :D )dans un monde unique et longiligne.
- Fin triste (mon hypothese préféré) Anna c’est trompée, le point de rupture n’était pas le baptème, et rien n’est résolu. La boucle est bouclée et leur triste sort est sur le point de se repeter, encore et encore.

Pour toute la symbolique religieuse du baptème et de l’eventuel pardon d’Anna accordé en lui offrant le baptème et la mort par la même, c’est une autre histoire ^^ ou peut-être que ce pardon va permettre à **** dewitt de se rattraper et dans ce cas, on peux imaginer la happy end ;)


Répondre
-
voter voter

Par Pigma le Mercredi 23 Avril 2014, 0:18
Une fin digne de shutter island. J'ai pas fini de m'arracher les cheveux là dessus.. En tout cas merci monsieur Levine pour cette merveille, ça rentre dans mon palmarès à transmettre à mes enfants. Si j'en ai dans ce monde ? Ou peut être le parallèle, qui sais ?

Répondre
-
voter voter

Par denisq23 le Jeudi 6 Février 2014, 2:47
Pour suivre le raisonnement de bubuche, je pense même qu'on peut aller plus loin : lorsque l'on se retrouve face à toutes les Elizabeth, leurs différence m'a fait penser à une chose : et si Elizabeth était à la fois la fille, la femme, et la mère de DeWitt (après tout on ne les vois jamais) ? C'est à dire, qu'elle était sa propre mère, sa propre fille, sa propre grand mère ! En gros, qu'elle était à l'origine de toutes les réalités, car elle a décidé de les créer, et même de créer le héros. On peut même voir par la, une allusion à la sainte trinité et à la création du monde, comme si l'univers avait décidé de se créer par lui même.

Si on poursuit dans l'allusion biblique, la réalité où Elizabeth déchaîne une pluie de feu sur la sodome inférieure peut être assimilée à l'Apocalypse.


Répondre
-
voter voter

Par yotamorken le Mardi 21 Janvier 2014, 5:31
Voici l'unique explication de la fin du jeu :
http://imageshack.com/a/img34/984/zuqv.jpg


Répondre
-
voter voter

Par doggytus le Mardi 22 Octobre 2013, 21:54
Alors franchment, cette histoire pour moi 2 mots :" mind fuck "

Sinon je suis d'accord avec Geryco c'est semblable a Matrix, et je dois avoue que je comprend très, même trop mal l'histoire, a dire vrai je n'ai rien comprit x'D


Répondre
-
voter voter

Par K3bl1 le Samedi 5 Octobre 2013, 18:19
Déjà bravo pour votre analyse même si je ne suis pas vraiment d'accord pour l'explication du baptême...
Mais en repensant à la fin après générique, je me dis que ce n'était peut-être qu'un rêve ;)


Répondre
-
voter voter

>> Voir les 40 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*